Liste des acronymes et des définitions utilisés sur le site web Le Guide Santé. Ce glossaire santé généraliste a pour but une meilleure compréhension des informations, des actualités, des dossiers et des enquêtes réalisés par le comité de rédaction.

Liste alphabétique du glossaire santé

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Glossaire Santé

 

A

Lettre A

  • Accident vasculaire cérébral (AVC)

Un AVC ou accident vasculaire cérébral, ou ACV, accident cérébro-vasculaire correspond à une attaque cérébrale provenant d'un déficit neurologique foudroyant.  D'origine vasculaire, l'AVC est causé par un infarctus ou une hémorragie au niveau du cerveau. Les causes d'un AVC sont nombreuses mais seraient en particulier en rapport avec une maladie inflammatoire. La prise en charge de l'AVC est une urgence absolue et nécessite l’appel immédiat du Samu Centre 15.

Retour en haut ↑

  • Addictologie

L'addictologie est l'étude des addictions,  de la dépendance physiologique et psychologique à une substance ou un comportement.

Les addictions sont nombreuses mais les plus répandues se rapportent essentiellement à la consommation de substances.  On remarque la consommation occasionnelle et la consommation de dépendance, de substances telles que le tabac, l'alcool, les tranquillisants, le cannabis (haschisch…), le LSD, la cocaïne, l'ecstasy, ou encore le crack. Sans doute liée à une activité de libération d'endorphines dans la circulation sanguine du corps humain, en liaison avec le plaisir procuré par cette activité, l'addiction peut se différencier du comportement obsessionnel compulsif (T.O.C), notamment aux troubles du comportement alimentaire (boulimie, anorexie), des addictions affectives et sexuelles ou encore du jeu pathologique. L'addiction peut être la suite de conséquences multifactorielles (problèmes familiaux, sociaux, pertes d'emploi, maladie…). Pour l'exemple, certains sportifs souhaitant améliorer leurs performances utilisent des substances interdites et addictives. On parle alors de dopage, mais la prévention du dopage est primordiale sachant que ces substances sont addictives et néfastes pour le corps du sportif. « Désignant une discipline médicale et hygiéniste assez nouvelle, le terme « addictologie », dont l’élément issu du grec « -logie » semble garantir la nature scientifique, vient de l’emploi d’un verbe latin renouvelé par les Anglo-Saxons. Cet addicere s’employait en droit, à propos d’un engagement (d’abord verbal, dicere, « dire ») à donner, à fournir une somme d’argent, en rémunération d’un prêt. Au Moyen Âge, en latin, l’addictus était tenu de rembourser, et l’addictio un genre de contrainte par corps. De l’addict au sens latin (au xvie siècle en Angleterre) à celui du xxe siècle, qui est comme « emprisonné » par ses habitudes, il a fallu la prise de conscience des dangers des « paradis artificiels ». L’addiction est un drame psychosomatique ; l’addictologie un savoir complexe, nécessaire si l’on veut réparer les dégâts, surtout de l’alcool, du tabac, de toutes drogues devenues habitudes contraignantes. Mais ce n’est pas parce qu’il faut nommer ce chapitre de la pathologie et de la médecine qu’on sera forcé, comme un alcoolique enivré par la langue anglo- américaine, de dire d’un gamin qu’il est « addict » des jeux vidéo, ou même des apéros avec les copains. » (Conseil national de l’Ordre des médecins / Alain Rey).

Retour en haut ↑

  • Adénome

L'adénome est une tumeur bénigne qui touche une muqueuse ou une glande. Cette affection nécessite une consultation auprès d'un docteur en médecine.

Retour en haut ↑

  • Allergologie

L’allergologie est une discipline exercée par les allergologues. Elle prend en charge les maladies provoquées par une réponse spécifiquement variable d’un organisme à son environnement normalement toléré. On connait de nombreux types d'allergies comme les allergies aux pollens ou les allergies alimentaires.

Retour en haut ↑

  • Anatomo-pathologie

L’anatomie et la cytologie étudient les lésions macroscopiques et microscopiques des tissus pathologiques, les cellules et leurs organites.

Retour en haut ↑

  • Andrologie

L'andrologie est la spécialité médicale de la santé masculine, des problèmes de l'appareil reproducteur masculin et urologiques.

Retour en haut ↑

  • Anesthésie-Réanimation

L'anesthésie-réanimation est vouée  à éliminer la sensibilité douloureuse et la prise en charge de patients présentant des défaillances viscérales aiguës à risque sur leur pronostic vital.

Retour en haut ↑

  • Angéiologie

L’angéiologie, appelée aussi angiologie, est une spécialité de la médecine vasculaire prenant en charge les pathologies et les soins des vaisseaux sanguins (veines, artères, micro-circulation) et lymphatiques.

Retour en haut ↑

  • Anticoagulants

Selon le Vidal, "Les traitements anticoagulants (également appelés « fluidifiants du sang ») visent à empêcher la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins (la thrombose) afin de prévenir des maladies graves où ces caillots migrent et bouchent de petits vaisseaux, par exemple dans les poumons (embolie pulmonaire) ou le cerveau (embolie cérébrale ou « attaque »). Les traitements anticoagulants sont prescrits en cas de phlébite (l’inflammation d’une veine avec formation de caillots), d’embolie pulmonaire ou cérébrale, de certains infarctus du myocarde, chez les personnes qui ont certains troubles du rythme cardiaque (qui peuvent favoriser la formation de caillots), ainsi que chez les personnes qui ont une valve cardiaque artificielle."

Retour en haut ↑

  • Aspirine

L’aspirine ou acide acétylsalicylique est une substance active présente dans plusieurs médicaments. L’aspirine à des propriétés antipyrétiques, anti-inflammatoires (anti-inflammatoire non stéroïdien) et analgésiques. L’acide acétylsalicylique, qui est à l'origine un acide isolé de l'écorce du saule (arbre),  est aussi un antiagrégant plaquettaire (1) (en bloquant la synthèse plaquettaire du thromboxane A2). L'aspirine tire son nom de la marque déposée au 19ème siècle par la société Bayer : Aspirin®. Médicament très consommé dans le monde, l’aspirine est un médicament non soumis à prescription médicale (2) mais il peut être délivré dans le cadre d'un traitement dans une prescription ordonnée par un docteur en médecine. Cependant, la consommation de l’aspirine par une personne doit être nécessairement contrôlée et respecter une posologie précise. Bien que l'aspirine soit employée pour le traitement chez l'enfant et chez l'adulte, tout le monde ne peut pas consommer de l’aspirine et il existe des effets indésirables connus. Certains types de médicaments peuvent être prescrits par un médecin traitant dans le cadre d’un traitement préventif à long terme supervisé. L’aspirine existe sous différentes formes (comprimés sécables, effervescents,…). L'aspirine est disponible en officine de pharmacie et existe sous différents modes d'administrations (orale…). Ce médicament est utilisé dans le cadre d'indications comme le traitement symptomatique de douleurs d'intensité légère à modérée et/ou des états fébriles (fièvres), les rhumatismes inflammatoires chroniques, les rhumatismes articulaires,…. Plusieurs recherches récentes (3) placent l’aspirine sous les projecteurs de l’actualité en santé, pour des effets préventifs contre différents troubles et différentes maladies comme le cancer colorectal, l’infarctus ou encore le déclin cognitif.

Retour en haut ↑

B

Lettre B

  • Biologie

La biologie médicale, clinique, médecine de laboratoire, pathologie clinique ou nommée analyse clinique prend en charge l’analyse des liquides biologiques et leur interprétation médicale.

Retour en haut ↑

C

Lettre C

  • Cancérologie

La cancérologie, appelée aussi oncologie ou carcinologie, étudie, diagnostique (dépistage, examens biologiques) et traite les cancers (chimiothérapie, radiothérapie…).

Retour en haut ↑

  • Cancer du sein

Le cancer du sein correspond à une tumeur maligne. Se développant essentiellement chez les femmes, le cancer du sein existe aussi chez l'homme. Le Cancer du sein s'accroît à partir des cellules constituant la glande mammaire et où les cellules malignes du cancer se multiplient anarchiquement jusqu'à former une tumeur. Plusieurs traitements sont utilisés dans la stratégie de soins et traitements, comme la chirurgie du cancer du sein.

Retour en haut ↑

  • Cardiologie

La cardiologie étudie le cœur et les pathologies, maladies cardiovasculaires, comme l’infarctus du myocarde, myocardite, endocardite, ou épanchement péricardique. Traitant les maladies cardiovasculaires, le cardiologue diagnostique et traite en particulier l'hypertension artérielle, les troubles du rythme cardiaque, l’insuffisance cardiaque, ou l'infarctus du myocarde. Spécialiste qui met en place un protocole précis et adapté à un patient, le cardiologue traite donc tous les troubles de santé des maladies cardiovasculaires. Comme tous les Professionnels de santé, les Cardiologues sont parés pour réaliser des examens sur l’état physique et l’état psychologique d’un patient. Doté d’une grande capacité d’écoute, chaque examen de cardiologie est précédé par une consultation auprès d’un cardiologue afin de faire un pré-diagnostic, qui peut faire appel à différents tests comme l'échocardiographie.

Retour en haut ↑

  • Certification des établissements de santé

La certification des établissements de santé est un jugement ou une estimation indépendante au niveau de la qualité d’un établissement de santé, de service(s), ou d'activité(s) d’un établissement de santé. La Certification des établissements de santé se fait grâce à des indicateurs, critères et référentiels relatifs aux procédures, sur les résultats des divers services et activités de l’établissement de santé, ainsi qu'aux bonnes pratiques cliniques. « L’ordonnance n°96-346 du 24 avril 1996 portant réforme hospitalière introduit la certification au sein du système de santé français.

Retour en haut ↑

  • Chirurgie de la cataracte

La chirurgie de la cataracte est un acte chirurgical en ophtalmologie très pratiqué, visant à traiter la cataracte, qui correspond à l'opacification partielle ou totale du cristallin. La cataracte est l'une des causes de cécité.

Retour en haut ↑

  • Chirurgie de la main

La chirurgie de la main fait partie des actes chirurgicaux dans la chirurgie du membre supérieur, afin de traiter toutes les pathologies de la main : plaies, brulures, amputations, fractures, doigt à ressaut, arthrose du pouce (rhizarthrose), maladie de Dupuytren (fibrose rétractile de l'aponévrose palmaire de la main), tendinites, kyste, arthrose du poignet et des doigts, fracture du poignet, du scaphoïde, ou des doigts. De l'épaule, au coude, au poignet et jusqu'à la main, la Chirurgie de la Main et du Membre supérieur traite l’ensemble des lésions du membre supérieur. Ces lésions peuvent être traumatiques, comme les plaies, les fractures, les accidents sportifs ; congénitales comme les malformations ; dégénératives comme les lésions rhumatismales, l’arthrose ; ou autres comme la maladie de Dupuytren, la pathologie tumorale, etc. Après des consultations et examens auprès d'un spécialiste, un patient peut être pris en charge avec un protocole adapté à sa pathologie. Les interventions chirurgicales ou micro-chirurgicales sont pratiquées avec des instruments chirurgicaux spécifiques (ciseaux de chirurgie,…). Les suites d'une opération chirurgicale sont différentes selon les patients, mais un patient est généralement amené à suivre des séances de rééducation. La rééducation post-opératoire d'un patient est prise en charge par un kinésithérapeute et/ou prothésistes spécialistes de la rééducation du membre supérieur.

Retour en haut ↑

  • Chirurgie esthétique

La chirurgie esthétique concerne des interventions chirurgicales non remboursées par la Sécurité Sociale (France). Liée à la chirurgie plastique, elle participe à la réparation ou le remodelage d'une structure tégumentaire ou une forme du corps humain. Elle est pratiquée en général pour lutter contre le vieillissement et ses conséquences. Actes chirurgicaux et non médicaux — sans motivation pathologique —, il existe une batterie de techniques de chirurgie esthétique : peeling phénol, lifting cervico-facial, blépharoplastie, calvitie, ptôse mammaire, rhinoplastie, implants mammaires, etc. Actes soumis aux articles L.6322-1 encadrant la chirurgie esthétique, obligatoirement pratiquée par un Chirurgien dans un bloc opératoire au sein d'un établissement de santé (hôpital,…). "Le critère de différentiation (entre la médecine esthétique et la chirurgie esthétique semble être l'enveloppe musculaire. Tout acte affectant cette enveloppe relève de la chirurgie esthétique, reconnue au sein de l'Ordre des Médecins. L'article 6322-1 dispose ainsi que : L'activité, objet de l'autorisation, n'entre pas dans le champ des prestations couvertes par l'assurance maladie au sens de l'article L. 321-1 du code de la sécurité sociale " et ne semble pas distinguer entre chirurgie esthétique et réparatrice. La chirurgie esthétique se situe donc à mi-chemin entre la médecine et l'esthétisme."

Retour en haut ↑

  • Chirurgie infantile

La chirurgie pédiatrique ou infantile prend en charge la période prénatale à l'adolescence. Pathologies différentes de l’adulte, comme les malformations congénitales ou la sténose hypertrophique du pylore.

Retour en haut ↑

  • Chirurgie maxillo-faciale

La chirurgie maxillo-faciale et stomatologie est la prise en charge de pathologies de la cavité buccale, de la face, comme les traumatismes, la cancérologie de la cavité buccale ou de l'oro-pharynx.

Retour en haut ↑

  • Chirurgie orthopédique

La chirurgie orthopédique concerne le traitement de toutes les affections de l'appareil locomoteur au niveau des os, articulations, muscles, tendons et nerfs, et des affections des membres supérieurs et inférieurs. Spécialité chirurgicale pratiquée par un Chirurgien orthopédiste.

Retour en haut ↑

  • Chirurgie Plastique reconstructrice et esthétique

La chirurgie plastique reconstructrice et esthétique répare, remodèle, une structure tégumentaire, une forme du corps humain sur toutes les régions anatomiques, sauf l’intérieur du crâne, du thorax et de l’abdomen.

Retour en haut ↑

  • Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire

La chirurgie thoracique et cardio-vasculaire ou chirurgie cardiothoracique est la spécialité chirurgicale qui prend en charge le cœur, ses vaisseaux et la région du thorax.

Retour en haut ↑

  • Chirurgie Urologique

La chirurgie urologique ou urologie prend en charge la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies de l’appareil urinaire de la femme et de l’appareil uro-génital de l’homme.

Retour en haut ↑

  • Chirurgie vasculaire

La chirurgie vasculaire prend en charge les vaisseaux, artères et veines sauf les vaisseaux intracrâniens et coronaires. Elle comprend la Chirurgie artérielle et la Chirurgie veineuse (traite l'insuffisance veineuse chronique responsables des varices). La Chirurgie vasculaire fait appel à des techniques et actes comme la chirurgie sous circulation extra-corporelle, la chirurgie conventionnelle, la chirurgie peu invasive, les endoprothèses aortiques ou les angioplasties percutanées.

Retour en haut ↑

  • Coronarographie

Technique d'imagerie médicale, la coronarographie est employée en Cardiologie afin de visualiser les artères coronaires. Utilisant la technique de radiographie aux rayons X ainsi que l'injection d'un produit de contraste iodé, la coronarographie un examen médical complémentaire invasif pratiquée par un médecin coronarographiste.

Retour en haut ↑

  • Cybercondrie

Terme récent, la cybercondrie est intimement liée à l'avènement des nouvelles technologies et de l'emploi d'internet au quotidien. Les personnes touchées par un trouble hypocondriaque, ou pouvant développer ce syndrome, qui utilisent Internet pour des questions de santé, comme des questionnements sur des symptômes, des traitements, peuvent développer plus de peur ou d'anxiété. L’automédication et l’auto-évaluation d'un état de santé suite à une recherche sur Internet devient de plus en plus fréquente. Phénomène caractérisé par un usage intense et permanent d'Internet, la cybercondrie peut avoir des conséquences néfastes sur la santé, sur l'appréciation de symptômes ou encore la relation entre un patient et son médecin traitant.

Retour en haut ↑

  • Cytogénétique humaine

La cytogénétique humaine étudie les phénomènes génétiques au niveau de la cellule, les chromosomes, sans extraire l’ADN.

Retour en haut ↑

D

Lettre D

  • Dépendance

La dépendance peut toucher une personne à tous les âges, même si les populations les plus concernées sont les personnes âgées (gérontologie, gériatrie) et/ou handicapées. La Dépendance, le fait d'être dépendant, met une personne dans le besoin d'une tierce personne afin d'accomplir les actes de la vie courante : faire sa toilette (se laver), être mobile (se déplacer), se nourrir (s'alimenter), s'habiller.

Retour en haut ↑

  • Dépenses de santé

Les dépenses de santé correspondent aux économies totales engagées dans l'exécution des actes, actions ou la satisfaction de besoins dans les domaines de la Santé, et dépend de la définition et du soin de santé.

Retour en haut ↑

  • Désert médical (désertification médicale)

Un désert médical (ou désertification médicale) peut se définir comme étant un territoire (zone géographique) où les patients sont nécessairement contraints à parcourir plus d’une dizaine de kilomètres avant de trouver un médecin généraliste. Le désert médical est aussi défini par le délai d’attente pour obtenir un rendez-vous médical auprès d'un professionnel de la santé. Le délai d'attente pouvant courir plus d’une semaine pour un médecin généraliste, jusqu'à plusieurs mois pour certains spécialistes (dermatologue, ophtalmologue, gynécologue, etc.). De la sorte, la désertification médicale, qui correspond à la densité en professionnels de la santé ou établissements de santé, rapportée à la population et les besoins d'une région d'un pays, est un enjeu de santé publique. Les solutions envisagées ou mises en œuvre actuellement en France contre les déserts médicaux sont : le soutient financier pour l'installation de médecins en zones rurales et subissent la désertification médicale ; la création de maisons médicales regroupant des praticiens généralistes et spécialistes ; la télémédecine ; le recrutement de professionnels de la santé à l'étranger ; etc.

Retour en haut ↑

  • Diabète

Le diabète est un dysfonctionnement du système de régulation de la glycémie, soit la concentration de glucose dans le sang ou plasma sanguin. Ceci peut avoir diverses causes comme la sécrétion d’insuline ou la réponse à l’insuline, etc.

Retour en haut ↑

  • Docteur

Tenu par le secret médical, le docteur (docteur en médecine, docteur en pharmacie…) ou plus souvent sous le terme Médecin en France, sont des professionnels de santé diplômés d'État de docteur en médecine, chirurgie dentaire, pharmacie, médecine vétérinaire. « Docteur », associé par l’usage à l’exercice légal de la médecine, serait-il une exception française ? Nous connaissons bien des docteurs en droit ou ès lettres, mais à la différence de « doctorat » ou « doctoral » qui s’appliquent à tous les titulaires d’une thèse, « docteur » est devenu au xviiie siècle un synonyme courant de « médecin ». Car doctor, en latin, est clairement le dérivé du verbe docere, « enseigner ». Le doctor latin, cependant, était surtout un savant théologien – on parle encore des docteurs de l’Église – et un médecin. Quand les universités s’organisent, au xive siècle, un titre de « doctor » est institué en fin d’études : il s’applique aux études médicales vers la fin du xve siècle. Fiers de leur savoir, les docteurs se firent appeler par leur titre universitaire . Alors que le docteur français, s’il n’est pas qualifié (en droit, etc.), est toujours médecin, le Doktor allemand, le dottore italien ne le sont pas toujours. Mais par un curieux paradoxe, dans les hôpitaux, on dit aux professeurs, aux chefs de service, non pas Docteur, mais Monsieur, mot d’origine très noble (sieur, c’est seigneur), mais devenu le plus banal qui soit. Comme quoi il ne s’agit pas tant d’être honoré que d’être distingué.On notera avec amusement qu’on ne s’adressera jamais à un docteur en médecine en lui disant : « Salut, médecin ! », alors que si on le connaît personnellement on lui donnera du « Bonjour, toubib ! ». Quant au « Monsieur le Docteur » de nos ancêtres, il paraîtrait cérémonieux et un peu ironique.» (Conseil national de l’Ordre des médecins / Alain Rey).

Retour en haut ↑

E

Lettre E

  • E-santé

Le terme e-santé, lié à la télésanté ou la télémédecine, correspond à la santé dans le cadre d'une application de la santé dans les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), et en particulier Internet. « La mode déferlante des composés qui, à l’image de l’anglo-américain, ornent un terme anglais ou français d’un « e- », qui représente electronic et pourtant se prononce « i », n’est plus très nouvelle. Ainsi « e-mail », que seuls les Québécois ont intelligemment remplacé par « courriel », « courrier électronique) », est entré dans nos habitudes. « E-business » ou « e-book », autres anglicismes imprononçables selon les normes françaises, ne sont pas non plus des nouveautés. Mais qu’on n’imagine pas lutter contre le franglais en disant e-commerce et aujourd’hui, donc, « e-santé », fâcheux hybrides : on aimerait mieux, à la québécoise, quelque « santé électronique », aimablement écrite « santelle ». Mais ne rêvons pas. M’éveillant, je déplore tout de même cette construction à l’anglaise (« électronique-santé », « e-santé »), cette prononciation aberrante (dit-on « ilectron », même en anglais ?) et finalement cet usage de santé où il ne s’agit plus d’un état souhaitable, sinon normal, de l’organisme vivant, mais des actions destinées à le maintenir ou à le restaurer. Il s’agit en fait, si on tient au e-baragouin, d’une e-médecine, ou e-thérapeutique, ou d’une e-information médicale. Cela fait plusieurs raisons pour renâcler, sinon devant l’apport de la toile à la pratique médicale, du moins devant cette boiteuse e-santé, qui n’est autre qu’une aide électronique aux professions de santé. Reste à trouver une manière brève, élégante, claire de le dire et qui soit acceptée de tous. Saint Internet, inspirez-nous ! » (Conseil national de l’Ordre des médecins / Alain Rey).

Retour en haut ↑

  • Endocrinologie

Endocrinologie : de science (logos), de la sécrétion (crine) et interne (endo). L'endocrinologie est l'étude complexe de différentes hormones, de leurs actions et des troubles liés dans le corps. Science de la médecine qui étudie les hormones, pratiquée par un médecin spécialiste nommé l'endocrinologue.

Retour en haut ↑

  • Évaluation et traitement de la Douleur

L'évaluation et traitement de la douleur vise la prise en charge de la douleur, tant aiguë que chronique, dans les domaines médicaux fondamentaux, cliniques et thérapeutiques.

Retour en haut ↑

F

Lettre F

  • Fœtopathologie

Une fœtopathologie ou fœto-pathologie est une malformation ou maladie affectant le fœtus lors les premiers mois de la grossesse.

Retour en haut ↑

G

Lettre G

  • Gastro-entérologie et Hépatologie

La gastro-entérologie étudie le tube digestif et prend en charge ses maladies. L'hépatologie s'intéresse au foie et à ses maladies (cirrhose, tumeurs…).

Retour en haut ↑

  • Génétique Médicale

La génétique médicale étudie l'hérédité des individus, les causes génétiques des maladies, soit la présence de maladies dans une famille et faire un diagnostic génétique.

Retour en haut ↑

  • Gériatrie

La gériatrie, ou médecine des personnes âgées. Spécialité médicale composante de la gérontologie.

Retour en haut ↑

  • Glioblastome

Le glioblastome multiforme (GBM) ou glioblastome ou astrocytome de grade 4, correspond à la tumeur primitive du cerveau. Elle est la forme la plus fréquente et la plus agressive.

Retour en haut ↑

H

Lettre H

  • Hématologie

L’hématologie étudie le sang et ses maladies (hémopathies), en particulier les cellules sanguines hématopoïétiques, nées de la synthèse de ces cellules dans la moelle osseuse.

Retour en haut ↑

  • Hémobiologie-transfusion

L’hémobiologie‐transfusion est une discipline de thérapeutique transfusionnelle substitutive et palliative dans le champ des thérapeutiques curatives grâce à la thérapie cellulaire.

Retour en haut ↑

  • Hôpitaux

Les hôpitaux sont des établissements de santé voués aux prises en charge de patients. Un hôpital renferme de nombreux services spécialisés et généralistes où exercent et collaborent nombreux professionnels de santé, des professionnels du secteur médico-social ou encore du personnel logistique et administratif. Un hôpital prend en charge des patients atteints de multiples pathologies, traumatismes et troubles, qu’ils soient bénins ou complexes mais nécessitant une hospitalisation du patient. Les patients admis dans les hôpitaux peuvent avoir été admis suite à une visite auprès d’un docteur en médecine, suite à un accident (certains hôpitaux bénéficiant d'un service d'urgences) ou de leur propre grès. Selon les hôpitaux, plusieurs services proposent des spécialités médicales et chirurgicales parfois uniques et innovantes, que ce soit au niveau des urgences, des soins ou de la chirurgie. De nombreux centres hospitaliers existent en France. Vous pouvez consulter la liste des hôpitaux dans l’annuaire des établissements de santé.

Retour en haut ↑

  • Hydrologie et Climatologie médicale

L’hydrologie et la climatologie médicale sont des spécialités médicales qui étudient les effets des eaux thermales et minérales, et du climat sur la santé publique.

Retour en haut ↑

I

Lettre I

  • Imagerie par Résonance Magnétique (IRM)

L'IRM ou imagerie par résonance magnétique correspond à une technique d'imagerie médicale. L'IRM permet de créer des vues en 2D ou 3D de l'intérieur d'un corps. L'IRM dispose d'une résolution élevée et de façon non-invasive, en reposant sur le principe de la résonance magnétique nucléaire ou RMN.

Retour en haut ↑

  • Immunologie et Immunopathologie

L'immunologie étudie le système immunitaire face à un organisme pathogène. L'immunopathologie consiste à analyser les liquides biologiques du fonctionnement du système immunitaire et la source de maladies immunitaires.

Retour en haut ↑

  • Interruption volontaire de grossesse (IVG)

L’IVG est l'acronyme ou abréviation d'Interruption volontaire de grossesse. L’IVG désigne l'acte d'avortement provoqué dans le cadre légal, pour des raisons non médicales. Si elle est provoquée pour des raisons médicales, on parle alors d'interruption thérapeutique de grossesse (ITG) ou d'interruption médicale de grossesse (IMG).

Retour en haut ↑

K

Lettre K

  • Kinésithérapie

La kinésithérapie ou masso-kinésithérapie est constituée en essentiellement de techniques manuelles, d'applications d'exercices basés sur les principes scientifiques qui sont adaptés au renforcement musculaire d'une personne. Ainsi qu'à l'endurance et à la mobilité de patients, dans la cadre de limitations fonctionnelles (mobilité difficile), dont le besoin de conditionnement physique est prolongé.

Retour en haut ↑

L

Lettre L

  • Laboratoire d'analyses médicales

Laboratoire d'analyses de biologie médicale (LBM) ou laboratoire d'analyses médicales (LAM) est un lieu physique où des professionnels de santé (biologistes médicaux) pratiquent des prélèvements et des analyses des fluides biologiques d'origine humaine ou animale. Le biologiste médical prend en charge l’analyse des liquides biologiques et interprète médicalement ces résultats afin de donner un diagnostic et le suivi d'une ou plusieurs maladies.

Retour en haut ↑

  • Leucémie

La leucémie est une maladie maligne ou cancer des leucocytes (globules blancs), parfois nommée cancer du sang. Affections malignes des cellules souches, on distingue plusieurs formes de leucémies, aiguës et chroniques : Leucémie aiguë lymphoblastique (LAL), Leucémie aiguë myéloblastique (LAM), Leucémie lymphoïde chronique (LLC), Leucémie myéloïde chronique (LMC). Selon les patients le protocole est différent et les leucémies sont traitées par différentes thérapies comme la chimiothérapie, des agents différenciants, des médicaments de la classe des inhibiteurs et des options thérapeutiques avec d'autres médicaments, la greffe de moelle, etc.

Retour en haut ↑

M

Lettre M

  • Maladies Sexuellement Transmissibles (MST)

Maladies dues à un contact sexuel (maladies à transmission sexuelle). MST est l'acronyme de Maladies Sexuellement Transmissibles ou sous l'ancien nom de maladie vénérienne, qui sont des infections possiblement transmissibles lors d'un rapport sexuel (Sida, HPV, Syphilis, infections chlamydiennes, gonococcies…). Nommée aussi Infection transmissible sexuellement (ITS), une MST est différenciée d'une Infection transmissible sexuellement et par le sang (ITSS). Cette infection peut donner lieu à une maladie infectieuse. « Les maladies sexuellement transmissibles touchent aussi bien les pays industrialisés que les pays en voie de développement. La population la plus exposée aux MST est celle des 20-24 ans. »

Retour en haut ↑

  • Maternité

Une maternité, au niveau hospitalier, désigne un lieu physique. La maternité est soit un établissement de santé spécialisé dans les accouchements, soit un département de cette spécialité au sein d'un établissement de santé (hôpital, clinique).

Retour en haut ↑

  • Médecine Aérospatiale

La médecine aérospatiale prend en charge la médecine aéronautique et la médecine spatiale, et s’intéresse aux effets biologiques de l’homme en vole dans et hors de l’atmosphère.

Retour en haut ↑

  • Médecine d'urgence

La médecine d'urgence correspond aux ressources médicales et chirurgicales qui pallient à l’urgence, pour éviter les séquelles irréversibles et les décès.

Retour en haut ↑

  • Médecine de catastrophe

Liée à la médecine d’urgence, la médecine de catastrophe concerne les accidents, les catastrophes, qui impliquent un nombre certain de victimes lors d’accidents (train, tremblement de terre, attentat, etc.).

Retour en haut ↑

  • Médecine de la reproduction

La Médecine de la Reproduction étudie, prend en charge et traite la stérilité, et les problèmes liés d’ordres gynécologiques, endocrinologiques et biologiques.

Retour en haut ↑

  • Médecine du travail

La médecine du travail concerne la prévention d’atteintes à la santé d’un travailleur pour lui éviter les accidents du travail et les maladies professionnelles.

Retour en haut ↑

  • Médecine Générale

La médecine générale prend en charge le suivi, les soins médicaux généraux sans se limiter à une maladie ou un organe, un âge, ou un sexe particulier. La médecine générale est pratiquée par un médecin généraliste. La définition de la médecine générale ou médecine de famille, au niveau européen « est une discipline scientifique et universitaire, avec son contenu spécifique de formation, de recherche de pratique clinique, et ses propres fondements scientifiques. C’est une spécialité clinique orientée vers les soins primaires. » (source : « La Définition Européenne de la Médecine Générale », cnge.fr, Wonca Europe, 2002, P7.). Les soins médicaux pratiqués par les médecins généralistes sont des actes sur la personne humaine. L’application de la médecine aux animaux est nommée médecine vétérinaire. Bien que généraliste, la médecine de famille utilise une terminologie liée à toutes les médecins, comme : l’étiologie, la pathogénie, la physiopathologie, la sémiologie, le diagnostic, le diagnostic différentiel, la thérapeutique est le traitement de cette maladie, le pronostic. Les sciences fondamentales de la médecine sont l’anatomie, la biologie médicale, la biochimie, la biophysique, l’histologie et l'embryologie, la physiologie humaine.

 

Retour en haut ↑

  • Médecine Interne

La médecine interne s’intéresse au diagnostic et la prise en charge globale des maladies (systémiques) de l'adulte comme le lupus érythémateux disséminé ou les maladies auto-immunes.

Retour en haut ↑

  • Médecine Légale

La médecine légale prend en charge l’activité thanatologique (science/étude de la mort), principalement par l’autopsie en s’appuyant sur les législations et la criminalistique.

Retour en haut ↑

  • Médecine Nucléaire

La médecine nucléaire regroupe les applications médicales sources radioactives non scellées pour l’imagerie fonctionnelle in vivo, diagnostic biologique in vitro, radiothérapie métabolique.

Retour en haut ↑

  • Médecine Pénitentiaire

La médecine pénitentiaire ou médecine en milieu pénitentiaire prend en charge les soins des détenus (soins dentaires, etc.) en milieu pénitentiaire.

Retour en haut ↑

  • Médecine Physique et Réadaptation

La médecine physique et réadaptation prend en charge l’autonomie, en concevant et supervisant des programmes de rééducation et de réadaptation des patients victimes d’accidents ou de pathologies graves.

Retour en haut ↑

  • Médecine sportive

La médecine appliquée aux Sports concerne la prévention, le soin, l’épidémiologie, la recherche appliquée à l'être humain en mouvement.

Retour en haut ↑

  • Médecine Thermale

La médecine thermale utilise depuis l’Antiquité les vertus de l’eau pour améliorer la guérison, le rétablissement, grâce au thermalisme et ses multiples fins thérapeutiques.

Retour en haut ↑

N

Lettre N

  • Néonatologie

La néonatalogie est une spécialité médicale de la branche de la pédiatrie qui s’intéresse aux nouveau-nés.

Retour en haut ↑

  • Néphrologie

La néphrologie prévient, diagnostique et soigne les maladies des reins. Spécialité médicale, le néphrologue n'exerce pas de traitement chirurgical, à l'inverse de l'urologue qui traite chirurgicalement l'appareil génital masculin et le système urinaire : reins, uretères, vessie, prostate, urètre. La néphrologie clinique s'intéresse au dépistage des maladies rénales, et le néphrologue propose des consultations externes et internes, avec de nombreux moyens de diagnostic des maladies rénales (biopsie rénale…). Les néphrologues prennent en charge les pathologies rénales comme l’insuffisance rénale. Le néphrologue exerce en profession libérale ou en établissement de santé et accueille dans son cabinet ou son service des patients qui souffrent de nombreuses pathologies (diabète, néphropathie vasculaire…).  Ce praticien coordonne aussi l'activité des centres de dialyses.

Retour en haut ↑

  • Neurochirurgie

La neurochirurgie est une discipline chirurgicale spécialisée du système nerveux central et périphérique. Le neurochirurgien traite  par exemple l’hernie discale, le traumatisme crânien, ou la tumeur du cerveau.

Retour en haut ↑

  • Neurologie

La neurologie étudie les maladies du système nerveux et du cerveau. Spécialité médicale séparée de la psychiatrie. Terme médical introduit par le médecin-anatomiste anglais Thomas Willis.

Retour en haut ↑

  • Nomophobie

La nomophobie —  de “no mobile phobia“  en anglais — tout comme la cybercondrie, est la conséquence d'un comportement addictif lié aux nouvelles technologies et Internet. La Nomophobie est une dépendance aux nouvelles technologies, et plus particulièrement la dépendance aux smartphones et la peur d'être éloigné de son smartphone. Pathologie liée aux phobies, la nomophobie est en progression constante, sachant que l'utilisation d'un téléphone mobile se banalise et s'insère dans de nombreux actes du quotidien.

Retour en haut ↑

  • Nutrition

La nutrition englobe les processus par lesquels un être vivant transforme des aliments. Spécialité médicale et science pluridisciplinaire, la physiologie de la nutrition étudie le processus métabolique.

Retour en haut ↑

O

Lettre O

  • Ophtalmologie

L’ophtalmologie est chargée du traitement des maladies de l’œil, spécialité médico-chirurgicale pratiquée par l'ophtalmologue ou l'ophtalmologiste.

Retour en haut ↑

  • ORL et Chirurgie Cervico-Faciale

L’ORL (oto-rhino-laryngologie) et Chirurgie Cervico-Faciale prend en charge les pathologies de la spécialité de l’enfant et de l’adulte, par diagnostic, traitement, chirurgie, de troubles du nez, gorge, oreille, et région tête-cou. Le professionnel de santé spécialisé dans ce domaine se nomme également ORL ou Oto-Rhino-Laryngologiste.

Retour en haut ↑

P

Lettre P

  • Parapharmacie

La parapharmacie désigne un ensemble de produits (produits de parapharmacie ou parapharmaceutiques) ainsi qu'un lieu de vente de produits de parapharmacie ou encore une boutique de vente en ligne (parapharmacie sur internet). Une parapharmacie vend aux particuliers des produits de soins, des produits de bien-être, des cosmétiques, des produits diététiques, des produits d' hygiène, des compléments alimentaires, ou de la cosmétofood. Les produits que vend une parapharmacie sont tous accessibles sans prescription médicale délivrée par un médecin.

Retour en haut ↑

  • Pathologie infectieuse et tropic. Clinique et Bio.

La pathologie infectieuse et tropicale clinique et biologique étudie l’épidémiologie, la prévention, la Physiopathologie des maladies transmissibles, les Infections communautaires et nosocomiales, le VIH….

Retour en haut ↑

  • Pédiatrie

La pédiatrie étudie le développement psycho-moteur et physiologique normal de l'enfant, les maladies infantiles, de la naissance à la période postpubertaire.

Retour en haut ↑

  • Pharmacie

La pharmacie (ou Apothicaire, ancienne appellation) est à la fois la science concernant  la conception, le mode d'action, la préparation et le lieu physique (la pharmacie) pour la dispensation des médicaments et produits de santé. Combinant la biologie, de la chimie et de la médecine, les compétences du pharmacien prennent en compte les interactions médicamenteuses possibles entre les molécules chimiques et les interactions avec d'autres produits comestibles. Le Pharmacien est un professionnel de santé qui est Docteur en Pharmacie, après une soutenance de thèse en pharmacie et le serment de Galien ou serment des Apothicaires. L'espace de vente de la pharmacie délivre aussi des produits de parapharmacie sans ordonnance.

Retour en haut ↑

  • Pharmacologie clinique et éval. des thérapeutiques

La pharmacologie clinique et l’évaluation des thérapeutiques étudie les applications pratiques des données pharmacocinétiques, métaboliques, essais thérapeutiques, cliniques par médicament (Pharmacovigilance, toxicologie…).

Retour en haut ↑

  • Phoniatrie

La phoniatrie a pour but de soigner les troubles de la voix, de la parole, de la déglutition avec des pathologies prises en charge comme la dysphonie, la dysarthries, l’aphasie.

Retour en haut ↑

  • Pneumologie

La pneumologie s'occupe des maladies des poumons, de l'appareil respiratoire proche des soins intensifs avec la ventilation mécanique. Discipline pratiquée par un Pneumologue.

Retour en haut ↑

  • Pratiques Médico-Judiciaires

Les pratiques médico-judiciaires abordent tous les axes de la médecine légale actuelle, clinique, biologique et thanatologique.

Retour en haut ↑

  • Prostate

La prostate est une glande de l'appareil reproducteur masculin qui participe en partie à la production du liquide séminal avec les vésicules séminales. La Prostate se situe sous la vessie, au carrefour des voies génitales et urinaires, en avant du rectum et entourant l'urètre.

Retour en haut ↑

  • Prothèse totale de hanche (PTH)

La prothèse totale de hanche ou PTH est un procédé de chirurgie de la hanche qui remplace l’articulation coxo-fémorale, principalement à la suite d'une usure. Cette prise en charge est pratiquée par un chirurgien orthopédiste, qui pratique la chirurgie orthopédique. Prothèse articulaire interne, elle remplace l'articulation de la hanche et permet de retrouver une fonction quasi normale, et l'accès à la marche d'un patient nécessitant cette prothèse. Les patients qui bénéficient d'une PTH sont souvent des personnes âgées. La pose d'une PTH se fait par le biais d'une intervention chirurgicale en anesthésie générale ou locale. Une rééducation est nécessaire après l'opération.

Retour en haut ↑

  • Psychiatrie

Spécialité médicale pratiquée par un psychiatre, la psychiatrie est un domaine prenant en charge et traitant de la maladie mentale ou des maladies mentales. Discipline introduite par Johann Christian Reil en 1808.

Retour en haut ↑

R

Lettre R

  • Radiologie

La radiologie est une science utilisant la technique de radiographie, une spécialité médicale de techniques d'imagerie médicale radiographiques ou non, comme l'échographie ou l'imagerie par résonance magnétique (IRM).

Retour en haut ↑

  • Radiopharmacie et Radiobiologie

La radiopharmacie vise au diagnostic, pronostic, et à la thérapeutique qui émet des ondes radioactives. La radiobiologie étudie les effets biologiques des rayonnements (ionisants).

Retour en haut ↑

  • Recherche Médicale

La recherche médicale est fondamentale et clinique, afin de comprendre le corps humain et ses maladies, et inventer de nouveaux traitements ou techniques.

Retour en haut ↑

  • Reste à charge

Le reste à charge est un terme de santé publique et économie désignant ce qui reste à la charge d’un assuré. Le Reste à charge correspond à la somme restante à payer par un patient (usager en santé, assuré), une fois déduit ses remboursements provenant de sa Caisse d’Assurance maladie, ainsi que de sa complémentaire santé (mutuelle). Être affilié à une complémentaire santé n’est pas obligatoire en France, mais permet d’être mieux remboursé selon les actes et prestations de santé. Chaque acte et prestation n’a pas la même taux de remboursement et le Reste à charge peut donc être variable en fonction des prestations. Parfois confondu avec le Ticket Modérateur.

Retour en haut ↑

  • RRAC

RRAC est l'abréviation de Récupération Rapide des patients Après Chirurgie.

 

Retour en haut ↑

S

Lettre S

  • Santé

Bien que la notion de santé soit relative et tributaire de plusieurs facteurs, sa définition est Inchangée depuis 1946, selon la définition de la santé par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qui indique que "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité". Extrait du Préambule à la Constitution de l'Organisation mondiale de la Santé, tel qu'adopté par la Conférence internationale sur la Santé, New York, 19-22 juin 1946; signé le 22 juillet 1946 par les représentants de 61 Etats. 1946; (Actes officiels de l'Organisation mondiale de la Santé, n°. 2, p. 100) et entré en vigueur le 7 avril 1948. La charte d’Ottawa, lors de la première Conférence internationale pour la promotion de la santé en 1986, propose une autre définition : « la santé est l’équilibre et l’harmonie de toutes les possibilités de la personne humaine (biologiques, psychologiques et sociales). Ce qui exige, d’une part, la satisfaction des besoins fondamentaux de l’homme qui sont qualitativement les mêmes pour tous les êtres humains,d’autre part,une adaptation sans cesse remise en question de l’homme à un environnement en perpétuelle mutation ». « Issu oralement du latin sanitas, le nom qui correspondait à sanus, mot très ancien dont on ignore l’origine, le mot français s’est imposé pour exprimer un état physique et mental favorable. La santé est opposée à la maladie, où règne le « mal », et la science des maladies humaines, la médecine, a toujours eu pour objectif le retour à la santé perdue. L’idée dominante n’est alors plus celle d’un état normal et stable, mais d’un bien menacé. Si l’on boit « à la santé » – cela se dit depuis le xvie siècle – c’est qu’il faut cette invocation bienveillante pour la conserver ou la retrouver. Et les « maisons de santé » sont destinées à des malades. De toutes parts, le langage souligne la précarité de cet état, qu’on souhaite bon (on est en « bonne » santé), mais dont on se méfie et qu’on rapetisse pour conjurer le sort : comment va cette « petite santé » ? La santé est un état de grâce : provisoire, donc. On l’exprime volontiers en français par la métaphore d’un poids, léger ou lourd, que l’être humain supporte ou non : « bien et mal se porter ». C’est sans doute le poids même du corps, sujet à peser sur l’esprit et sur l’âme. Comme le disait le profond docteur Knock : "Un homme en bonne santé est un malade qui s’ignore". » (Conseil national de l’Ordre des médecins / Alain Rey).

Retour en haut ↑

  • Santé Publique

La santé publique étudie les déterminants physiques, psychosociaux et socioculturels de la santé de la population et vise une amélioration par ses actions. Un médecin spécialiste de santé publique poursuit des études générales et pluridisciplinaires comme l’épidémiologie, l’évaluation des problèmes de santé, la conception-gestion et l’évaluation des programmes de santé, l'économie, les sciences sociales et leurs applications en santé publique. La santé publique se charge entre autre de veille sanitaire des établissements de soins et commerces, de promouvoir la santé à travers les bonnes habitudes à adopter, avec une mission de prévention de risques par l’encourageant et l’offre d’informations auprès de tous, comme dans le cas de la vaccination,  de plan santé (Plan Alzheimer, etc.), du dépistage de maladies infectieuses ou virales (VIH, grippe,…), ou dans le contrôle de la qualité de notre environnement (de l’eau, de l’habitat, etc.).

Retour en haut ↑

  • Sclérose en plaques (SEP)

Maladie neurologique auto-immune chronique du système nerveux central. SEP est l'acronyme de Sclérose en plaques, qui est une maladie neurologique auto-immune chronique du système nerveux central, source d'handicap et de multiples symptômes. La sclérose en plaques est liée à l'activité anormale de certains anticorps dirigés contre la gaine de myéline des fibres nerveuses. Elle se manifeste cliniquement au niveau du cerveau, de la moelle épinière, du nerf optique.
 

Retour en haut ↑

T

Lettre T

  • Télémédecine

Pratique moderne et en voie de développement en particulier dans les situations de désert médical ou d'éloignement géographique entre un patient et son médecin traitant, la télémédecine englobe toutes les pratiques médicales autorisées et stimulées par les moyens de télécommunications et les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication). Grâce à la télémédecine, certains professionnels de santé peuvent échanger des dossiers médicaux de patients, des informations de recherche ou d'analyse médicale et biologique, de manière rapide et dématérialisée. Cette pratique de la Télémédecine permet aussi aux professionnels de santé de pratiquer des consultations médicales en ligne (téléconsultations).

Retour en haut ↑

  • Toxine botulique

Toxine sécrétée par la bactérie Clostridium botulinum (bactérie est responsable du botulisme), la toxine botulique est utilisée en médecine pour ses propriétés antigéniques, qui varient selon son type.

Retour en haut ↑

  • Trousse de secours

La trousse de secours (premiers secours), ou trousse d'urgence ou de pharmacie, est une trousse permettant d'apporter les premiers soins dans le cadre d'un petit accident domestique ou lors de voyage. Cette trousse peut aussi être présente dans les lieux professionnels pour permettre aux employés d'une entreprise de s'apporter les premiers soins ou traiter des petits soucis de santé n'impliquant pas de contacter un médecin ou d'aller au Service des Urgences d'un établissement de santé (maux de tête, piqûres d'insecte, petites coupures,…).

Retour en haut ↑

U

Lettre U

  • Urologie

Spécialité chirurgicale, l'urologie s'applique aux reins, aux voies urinaires, masculines et féminines, ainsi qu’à l’appareil uro-génital masculin.

Retour en haut ↑

V

Lettre V

  • Vaccin

Un vaccin est un agent extérieur qui permet de créer une réaction immunitaire positive contre une maladie infectieuse après son introduction dans un organisme vivant. Il existe plusieurs types de vaccins en fonction de leur méthode de préparation, dont les agents infectieux inactivés, les agents vivants atténués, les sous-unités d’agents infectieux, les anatoxines (antidiphtérique, antitétanique). Un certain nombre de vaccins (dont la liste est évolutive) sont pris en charge par l'Assurance maladie. Il existe de nombreux vaccins notamment contre  la poliomyélite, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’Haemophilus influenzae de type B, l’hépatite A, l’hépatite B, la rougeole, la rubéole, les oreillons, le méningocoque C, la grippe, le pneumocoque, le rotavirus, le papillomavirus humain (ou HPV, responsable du cancer du col de l'utérus), la varicelle, la fièvre jaune, la méningite à méningocoques, l’encéphalite japonaise, l’encéphalite à tiques d’Europe centrale ou la fièvre typhoïde. En France, la liste des vaccins qui sont pris en charge par l'Assurance Maladie est fixée par arrêté ministériel du 16 septembre 2004 modifié le 3 mars 2010. La liste de ces vaccins concernant les maladies ci-dessous peut être modifiée et mise à jour selon plusieurs facteurs, comme les épidémies. Ces vaccins sont remboursés uniquement sur prescription médicale et à hauteur de 65 % sur la base du prix indiqué sur la vignette de l'emballage : Coqueluche, Diphtérie, Hépatite B, Infections à Haemophilus influenza B, Infections invasives à méningocoque du sérogroupe C Infection à papillomavirus humains (HPV), Infections à pneumocoque, Oreillons, Poliomyélite, Rougeole, Rubéole, Tétanos, Tuberculose, Varicelle.

Retour en haut ↑

  • Vaccination

La vaccination est un acte médical qui consiste à inoculer ou introduction d'un agent infectieux (un vaccin) dans un organisme vivant pour amener une réaction immunitaire positive contre une maladie infectieuse. La vaccination est une inoculation préventive.

Retour en haut ↑

  • Virus de l'immunodéficience humaine (VIH)

Rétrovirus infectant l'homme, le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) est responsable du syndrome d'immunodéficience acquise (sida), par un affaiblissement du système immunitaire l'amenant à devenir vulnérable à de nombreuses infections.

Retour en haut ↑

  • Vitiligo

Le vitiligo est une affection de la peau. Nommée achromie ou leucodermie cette maladie de l’épiderme se manifeste par  des plaques de dépigmentation blanche.

Retour en haut ↑

Le guide des hôpitaux et cliniques de France.

Recherchez parmi les 1335 établissements