La meilleure méthode pour arrêter de fumer - le tabac chauffé ? [3/3]

Temps de lecture
7 min

Les personnes qui veulent arrêter de fumer ont généralement essayé de le faire à l’aide de plusieurs moyens avant d’atteindre leur objectif. En effet, le sevrage tabagique n’est pas une mince affaire, même lorsqu’un fumeur est soutenu et qu’il se tourne vers des interventions potentiellement efficaces, comme certains substituts nicotiniques (patch à la nicotine, gommes, pastilles,…) et traitements médicamenteux (Nicopass, Niquitin, Zyban, Champix,…).

Aujourd’hui, il n’est pas rare que les fumeurs qui rechutent ou souhaitent démarrer leur sevrage tabagique s’orientent vers des dispositifs comme les cigarettes électroniques (e-cigarettes) ou les dispositifs de tabac chauffé. Parmi les dispositifs modernes non médicamenteux utilisés comme aides au sevrage tabagique et pour une réduction des risques (supposable), on recense actuellement plusieurs types d’appareils électroniques. En particulier, des dispositifs électroniques qui produisent un aérosol en chauffant un e-liquide, avec ou sans nicotine, et certains arômes et autres produits chimiques.

Plus récemment, d’autres dispositifs où le tabac est chauffé et sans combustion (« Heat-not-burn tobacco product », en anglais) font leur apparition. Les produits de tabac chauffé sont nés en 2014, et sont donc beaucoup plus récents que les cigarettes électroniques répandues dans le monde depuis 2003. Toutefois, depuis leur arrivée sur le marché, de nombreux scientifiques et professionnels de la santé (tabacologue, pneumologue, etc.) commencent à s’inquiéter de l’usage grandissant de ces dispositifs de tabac chauffé.

Effectivement, les produits de tabac chauffé, comme par exemple l’IQOS (créé par Philip Morris International, PMI), font l’objet d’une surveillance accrue par les autorités de santé publique. Il s’avérerait que les industriels du tabac veulent faire admettre au travers de ces « innovations » une réduction du risque en comparaison à tous les autres produits du tabac. Cependant, plusieurs rapports d’études mettent en avant les risques potentiels de ce type de dispositif. D’ailleurs, les résultats des études scientifiques indépendantes, placent les produits de tabac chauffé sur la même échelle de dangerosité que les cigarettes traditionnelles et les cigarettes électroniques. [1]

Une femme utilisant un dispositif de tabac à chauffer

Rappelons que, « plus de 80 % du 1,3 milliard de fumeurs dans le monde vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Le nombre de fumeurs a régulièrement baissé au cours de ces dernières années » [2]. « Une bonne nouvelle sur le front sanitaire qui cache toutefois les efforts menés par l’industrie du tabac pour tenter de reconquérir les marchés perdus. […] Un recul qui devrait se poursuivre dans les prochaines années, l’OMS [Organisation mondiale de la santé, NDLR] tablant sur 1,27 milliard de consommateurs d’ici 2025. La proportion de fumeurs devrait tomber ainsi à environ 20 % de la population âgée de plus de 15 ans. Cette proportion était encore d’un tiers en 2000 » [3].

Préambule

Cet article sur les produits du tabac chauffé fait partie d'une série de trois articles informatifs sur les meilleures méthodes pour arrêter de fumer. Les contenus de cet article ont été révisés par le Dr Stéphane BACH [] (médecin de santé publique, cofondateur du groupe Le Guide Santé et membre du comité de rédaction). Par ailleurs, cet article propose d’explorer quelles sont la place et les conséquences des aides au sevrage tabagique et de certains produits du tabac en plein développement, et dont les connaissances scientifiques sont parfois dans un contentieux en émergence. L'auteur, le médecin réviseur et l'équipe de la plateforme Le Guide Santé déclinent toutes responsabilités concernant les conclusions, les corrélations ou l’absence de corrélations entre les incertitudes scientifiques des différentes études et articles cités.

Lutte contre le tabagisme : vers des législations plus strictes ?

La consommation de tabac est un véritable fléau, même si les ventes de tabac semblent baisser régulièrement. A ce jour, plusieurs gouvernements dans le monde essayent d’annihiler la pandémie du tabagisme en modifiant les législations fréquemment, et en étant plus strictes sur les mesures politiques engagées. Effectivement, même si le combat est rude, certaines initiatives claires sont élaborées, comme par exemple récemment en Nouvelle-Zélande – une initiative qui pourrait inspirer d’autres pays.

Ainsi, « la Nouvelle-Zélande va interdire la vente de tabac à sa prochaine génération, dans le but d'éliminer progressivement le tabagisme » [4]. « Cette mesure s'inscrit dans le cadre d'une vaste campagne de répression du tabagisme annoncée jeudi [9 décembre 2021, NDLR] par le ministère néo-zélandais de la santé. Les médecins et autres experts de la santé du pays ont salué ces réformes "de pointe", qui réduiront l'accès au tabac et limiteront les niveaux de nicotine dans les cigarettes ».

Par conséquent, « en Nouvelle-Zélande, acheter des cigarettes sera progressivement interdit. Cette restriction progressive s'appliquera d'abord aux plus jeunes, avec une stratégie qui consistera à reculer chaque année l'âge légal pour se procurer un paquet. Par exemple, en 2027 il faudra avoir dix-neuf ans pour acheter des cigarettes, en 2028 vingt ans, etc. Cette restriction sera accompagnée d'une réduction des points de vente. La composition de cigarette sera également modifiée, et contiendra moins de nicotine » [5].

Dans cette politique de santé publique, bien que la nouvelle loi stricte va s'appliquer au tabac, il n'est actuellement pas prévu de modifier les règles relatives aux achats de vapotage. En effet, même si les effets du vapotage sur la santé ne sont pas encore bien compris, la Nouvelle-Zélande considère le fait de vapoter comme une porte d'entrée pour arrêter de fumer.

Enfin, comme le souligne l’OMS (Organisation mondiale de la santé), « la nicotine est très addictive et les inhalateurs électroniques de nicotine sont dangereux et doivent être mieux règlementés. […] Les entreprises du tabac ont agressivement promu de nouveaux produits comme les cigarettes électroniques ou les produits à base de tabac chauffé et ont démarché les gouvernements pour qu'ils limitent leur règlementation ».

« L’industrie du tabac et les industries connexes qui fabriquent ces produits les commercialisent souvent auprès des enfants et des adolescents en ayant recours à des milliers de saveurs attrayantes et en invoquant des arguments fallacieux à leur sujet. Lorsque ces dispositifs ne sont pas interdits, les pouvoirs publics devraient adopter des politiques appropriées afin de protéger leurs populations des méfaits des inhalateurs électroniques de nicotine et d’empêcher leur usage par les enfants, les adolescents et d’autres groupes vulnérables. » [6]

 

Femme qui tient un Iqos® dans les mains

 

Le tabac chauffé : sans combustion et sans cendres

La dernière riposte de l'industrie du tabac aux méfaits documentés de la consommation de cigarettes, et aux stratégies menées en santé publique, a été de lancer de nouvelles cigarettes de tabac sans combustion. Les cigarettes de tabac chauffé sont la dernière invention commercialisée comme une "technologie révolutionnaire" qui chauffe le tabac sans le brûler, et donc sans fumée de cigarette.

Appareil et stick de tabac à chauffer

La croissance des marques de tabac à chauffer (IQOS, Ploom X,…)

Les cigarettes de tabac à chauffer sont vendues sous forme de kits, avec un design futuriste très attractif, comprenant le plus souvent un petit boîtier électronique rechargeable, un chargeur, un stylet et des accessoires (adaptateur, outils de nettoyage, etc.). Les matériaux utilisés sont largement inspirés des tendances du secteur des nouvelles technologies pour attirer un large public et faire oublier le danger.  

Ensuite, pour utiliser cet hybride entre les cigarettes traditionnelles et les vapoteuses (e-cigarettes ou cigarettes électroniques), le fumeur doit acheter des recharges de tabac (unités de tabac nommées « heets » ou « heat-stick » en anglais). Ces recharges de tabac, disponibles souvent sous forme de bâtonnets de tabac jetables ou de sticks de tabac (tabac à risque modifié), sont imbibées de certains produits chimiques comme le propylène glycol (un glycol souvent dérivé de la pétrochimie).

Après, le fumeur doit insérer la recharge de tabac dans un petit boîtier électronique, où le tabac est chauffé avec une lame électrique à très hautes températures (chauffage du tabac à une température entre 300°C et 400°C). Ce dispositif de tabac chauffé ne produit (normalement) pas de fumée de cigarette, car il n’ y a pas (ou très peu) de combustion du tabac.

D’autre part, soulignons que dans de nombreux pays dans le monde, les lois anti tabac qui protègent les personnes contre le tabagisme passif ne s'appliquent qu'aux produits du tabac fumés.

Ainsi, comme le révèle une étude publiée en 2017 dans la revue scientifique JAMA Internal Medicine : « les dispositifs de tabac à chauffer comme l'IQOS ne dégagent pas de fumée car le tabac ne brûle pas et les feuilles de tabac sont uniquement chauffées et non brûlées. Cependant, il peut y avoir de la fumée sans feu. Les composants nocifs de la fumée de tabac sont les produits d'une combustion incomplète (pyrolyse) et de la dégradation des cigarettes de tabac par la chaleur (dégradation thermogénique, dégradation thermochimique). Les marqueurs typiques de la pyrolyse et de la dégradation thermogénique des cigarettes de tabac sont l'acétaldéhyde, un composé organique volatil cancérigène irritant, le benzo[a]pyrène, un hydrocarbure aromatique polycyclique cancérigène, et le monoxyde de carbone. » [7]

IQOS : la « cigarette électronique » de Philip Morris (PMI)

L’IQOS (en anglais, acronyme de « I-Quit-Ordinary-Smoking », ou littéralement en français, « J'arrête de fumer ordinaire ») est l’un des dispositifs pour tabac chauffé célèbre et disponible dans différents pays. Le dispositif de l’IQOS est souvent confondu avec les cigarettes électroniques (e-cigarettes), qui, rappelons-le, fonctionnent avec un e-liquide (avec ou sans nicotine) et non pas du tabac.

Selon son créateur, le plus important cigarettier de l’industrie du tabac, le dispositif bénéficie de la « technologie IQOS HeatControl™ », « une technologie spécialement conçue et brevetée qui surveille et contrôle la température de la lame chauffante IQOS. La lame chauffante est fabriquée en céramique avec des traces de platine, d'or et d’argent ». [8] 

Par ailleurs, la montée de la popularité de l’IQOS n’est pas sans orages ni ciels nuageux. Effectivement, la disponibilité de ce dispositif connaît quelques aléas, puisqu’il est actuellement retiré du marché américain, pour un problème de brevet, entre autres avec son rival R.J. Reynolds Tobacco Company. [9]  

De plus, « le groupe basé à Lausanne et son concurrent British American Tobacco s’affrontent dans des procédures juridiques autour de leurs brevets. L’interdiction d’importation de la cigarette chauffante Iqos de PMI sur sol américain force ce dernier à y installer une production locale ». [10]

Enfin, comme le précisent plusieurs médias, dernièrement (suite à une audience en septembre 2021), Philip Morris France a été condamné « à 75 000 euros d’amende pour publicité illégale. Poursuivie par deux associations de lutte contre le tabac pour son dispositif de tabac chauffé IQOS, la filiale française du cigarettier a été condamnée par le tribunal correctionnel de Paris. […] Philip Morris France et Philip Morris Products devront également verser 50 000 euros de dommages et intérêts et 5 000 euros de frais de justice à chacune des deux associations de lutte contre le tabagisme qui les poursuivaient. Ces dernières estimaient que la promotion des appareils IQOS enfreignait la loi sur les produits du tabac ». [11]

Où acheter un IQOS, Ploom X,… dans le monde (France, Suisse, Japon,…) ?

Les dispositifs pour tabac chauffé de nouvelle génération tels que l’IQOS (Philip Morris) ou le Ploom X (Japan Tobacco Inc., [12]) sont actuellement autorisés à la vente dans certains pays comme au Japon, en Suisse ou en France. Bien qu’il existe une différence entre ces produits, le fonctionnement et les effets sont très similaires (tabac au lieu d’un e-liquide, sans combustion du tabac, substances toxiques proches,…).

Selon les pays et les réglementations en vigueur, ces dispositifs pour tabac chauffé, ainsi que leurs accessoires et recharges de tabac à chauffer (« heat-stick », etc.), sont disponibles dans différents points de vente comme des bureaux de tabac, et certaines enseignes  (« Relay », « Press & Books », « Seven Eleven », « Family Mart »,…).

 

Femme japonaise qui fume un Iqos®

 

Tabac chauffé danger et nocivité

Pour l’instant, même s’il ne semble pas y avoir de consensus scientifique définitif sur les dangers réels des dispositifs de tabac chauffé, il est primordial de rester vigilant et de ne pas foncer tête baissée sur ces produits.

Les cigarettes électroniques (e-cigarettes ou vapoteuses) et plus récemment les produits du tabac chauffés mettent à disposition des alternatives aux fumeurs, car elles sont généralement perçues comme moins nocives que les cigarettes conventionnelles.

Cependant, il est crucial de comparer les risques pour la santé de ces différents dispositifs émergents, afin de déterminer quel produit doit être préféré pour remplacer la cigarette traditionnelle.

Une étude publiée en janvier 2021 dans la revue Journal of Hazardous Materials [1] visait à comparer la composition des émissions des produits de tabac chauffé (« heated tobacco products », HTP), des e-cigs (cigarettes électroniques) et des cigarettes conventionnelles, en ce qui concerne certains composés nocifs ou potentiellement nocifs, et leurs impacts toxiques sur les cellules épithéliales bronchiques humaines (BEAS-2B).

Les résultats montrent que les produits de tabac chauffé émettent moins d'hydrocarbures aromatiques polycycliques et de carbonyles que la cigarette conventionnelle. Toutefois, les quantités de ces composés, dans les aérosols de produits de tabac chauffé, étaient toujours plus élevées que dans les vapeurs d'e-cigarettes.

De manière concordante, l'aérosol d’un produit de tabac chauffé a montré une cytotoxicité réduite par rapport à la fumée de cigarette mais supérieure à celle des vapeurs d'e-cigarettes. De plus, les dispositifs de tabac chauffé et d’e-cigarettes avaient le potentiel d'augmenter le stress oxydatif et la réponse inflammatoire, d'une manière similaire à celle de la fumée de cigarette, mais après des expositions plus intensives. D’autre part, l'augmentation de la puissance de l'e-cigarette a eu un impact sur les niveaux de certains composés toxiques et le stress oxydatif associé.

Enfin, cette étude fournit des données complémentaires et nécessaires à l'évaluation des risques, en démontrant que le tabac chauffé pourrait selon les cas provoquer une réduction moyenne de nocivité par rapport à la cigarette de tabac, mais serait plus nocif que l’e-cigarette.

Tabac chauffé : impact cellulaire aussi nocif que les cigarettes ?

L'impact sur les cellules pulmonaires des produits de tabac chauffé n’est sans doute pas moins nocif que celui des cigarettes conventionnelles, selon une petite étude publiée  dans la revue Thorax en juin 2021. [13]

Les produits de tabac à chauffer contiennent de la nicotine et du tabac, mais ont été commercialisés par l'industrie du tabac comme une alternative moins nocive aux cigarettes conventionnelles, au motif qu'ils ne produisent pas de produits chimiques nocifs spécifiques qui sont libérés lors de la combustion du tabac.

Les chercheurs ont comparé la dysfonction endothéliale (anomalie de la vasodilatation endothélium-dépendante), le stress oxydatif et l'activation plaquettaire chez 20 non-fumeurs (âge moyen de 28 ans), 20 fumeurs de cigarettes conventionnelles à long terme (âge moyen de 27 ans) et 20 utilisateurs à long terme de produits du tabac chauffé (âge moyen de 33 ans).

Les résultats révèlent que, « les fumeurs conventionnels fumaient depuis 3,5 ans en moyenne, consommant 13 bâtonnets par jour ; les utilisateurs de chaleur ne brûlent pas environ 11 produits par jour depuis 5 ans en moyenne ». Aussi, ils ont montré que, par rapport au fait de ne pas fumer, « l'utilisation à long terme d'un produit du tabac chauffé était associée à une fonction endothéliale réduite et à une augmentation du stress oxydatif et de l'activation plaquettaire ».

Bien qu’il s’agisse d'une petite étude observationnelle, ce qui pose plusieurs limites aux résultats, les chercheurs concluent en expliquant qu’il n'y avait « pas de différences significatives entre les fumeurs de cigarettes classiques et les utilisateurs de dispositifs de tabac chauffé ».

« Le tabac chauffé, c’est du tabac qui émet moins de fumée mais qui donne moins de nicotine conduisant les fumeurs à fumer plus pour avoir leur dose. Le tabac chauffé est un produit qui n’a pas démontré qu’il tuait moins que le tabac. » Pr. Dautzenberg  [1]

Sources

  1. Dusautoir R, Zarcone G, Verriele M, Garçon G, Fronval I, Beauval N, Allorge D, Riffault V, Locoge N, Lo-Guidice JM, Anthérieu S. Comparison of the chemical composition of aerosols from heated tobacco products, electronic cigarettes and tobacco cigarettes and their toxic impacts on the human bronchial epithelial BEAS-2B cells. J Hazard Mater. 2021 Jan 5;401:123417. doi: 10.1016/j.jhazmat.2020.123417. Epub 2020 Jul 7. PMID: 32763707, https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32763707/
  2. Tabac. OMS (Organisation Mondiale de la Santé). https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/tobacco
  3. Pas plus de 20 % de la population mondiale fumera en 2025.. https://www.jim.fr/e-docs/pas_plus_de_20_de_la_population_mondiale_fumera_en_2025__190314/document_actu_pro.phtml
  4. Tabagisme : la Nouvelle-Zélande va interdire la cigarette pour les générations futures. https://www.bbc.com/afrique/monde-59595381
  5. Tabac : l'interdiction de la cigarette est-elle envisageable en France ? https://www.francetvinfo.fr/sante/drogue-addictions/lutte-contre-le-tabagisme/tabac-l-interdiction-de-la-cigarette-est-elle-envisageable-en-france_4876837.html
  6. L’OMS fait état de progrès dans la lutte contre l’épidémie de tabagisme. https://www.who.int/fr/news/item/27-07-2021-who-reports-progress-in-the-fight-against-tobacco-epidemic
  7. Auer R, Concha-Lozano N, Jacot-Sadowski I, Cornuz J, Berthet A. Heat-Not-Burn Tobacco Cigarettes: Smoke by Any Other Name. JAMA Intern Med. 2017;177(7):1050-1052. doi:10.1001/jamainternmed.2017.1419. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5543320/
  8. IQOS. https://www.iqos.com/fr/fr/technologie.html
  9. Altria can’t sell Iqos in the U.S. as Biden administration opts to not intervene in patent dispute. https://www.cnbc.com/2021/11/30/altria-cant-sell-iqos-in-us-as-biden-wont-intervene-in-patent-dispute.html
  10. Philip Morris doit fabriquer des Iqos américains. https://www.letemps.ch/economie/exclusif-philip-morris-fabriquer-iqos-americains
  11. Philip Morris France condamné à 75 000 euros d’amende pour « publicité illégale », https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/12/03/tabac-chauffe-philip-morris-france-condamne-a-75-000-euros-d-amende-pour-publicite-illegale_6104625_3224.html - Cigarette électronique : Philip Morris condamné à 75.000 Euros d'amende pour publicité illégale. https://www.bfmtv.com/economie/consommation/cigarette-electronique-philip-morris-france-condamne-a-75-000-euros-d-amende-pour-publicite-illegale_AD-202112030351.html
  12. JT Group launches Ploom X : The next generation heated tobacco device hits stores across Japan on August 17th, https://www.jt.com/media/news/2021/0715_01.html ; Japon : JT lance la Ploom X, un dispositif pour tabac chauffé de nouvelle génération. https://www.lemondedutabac.com/japon-jt-lance-la-ploom-x-un-dispositif-pour-tabac-chauffe-de-nouvelle-generation/

  13. Loffredo L, Carnevale R, Battaglia S, Marti R, Pizzolo S, Bartimoccia S, Nocella C, Cammisotto V, Sciarretta S, Chimenti I, De Falco E, Cavarretta E, Peruzzi M, Marullo A, Miraldi F, Violi F, Morelli A, Biondi-Zoccai G, Frati G. Impact of chronic use of heat-not-burn cigarettes on oxidative stress, endothelial dysfunction and platelet activation: the SUR-VAPES Chronic Study. Thorax. 2021 Jun;76(6):618-620. doi: 10.1136/thoraxjnl-2020-215900. Epub 2021 Apr 19. PMID: 34157671. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34157671/
  14. Compte Twitter du Pr Bertrand Dautzenberg (Tabacologue, ex pneumologue Pitié Salpêtrière, Tabacologue Institut A. Vernes, Président Paris Sans Tabac et AQODI). https://twitter.com/prdautzenberg/status/1284009041249873921

Le guide des hôpitaux et cliniques de France.

Recherchez parmi les 1335 établissements