La meilleure méthode pour arrêter de fumer - le patch de nicotine ? [1/3]

Temps de lecture
7 min

La fumée de tabac est incroyablement nocive pour la santé. Quels que soient les types de tabacs et la façon de le fumer, le tabac est très addictif et dangereux pour la santé du fumeur et de son entourage (tabagisme passif). Les substances (acétone, goudron, monoxyde de carbone,…) qui sont inhalés affectent les poumons et tout le corps.

En effet, le tabagisme peut entraîner diverses complications persistantes dans le corps humain, ainsi que des effets à long terme. Bien que le tabagisme puisse augmenter le risque de divers problèmes sur plusieurs années, certains des effets corporels sont immédiats.

Les cigarettes contiennent plusieurs centaines d’ingrédients, et lorsque ces ingrédients brûlent, ils génèrent plus de plusieurs milliers de produits chimiques. Beaucoup de ces produits chimiques sont toxiques et liés au cancer (affection qui touche les muqueuses de la bouche, la gorge, le larynx, l’œsophage,…).

Enfin, pour le fumeur, l’arrêt du tabac est un véritable défi, et le manque de nicotine peut être créateur de stress et d’angoisses. Il est souvent difficile d’atteindre l’objectif d'arrêter de fumer seul et de faire face aux envies irrépressibles de fumer. Cependant, un médecin tabacologue peut grandement augmenter les chances de réussite et aider un patient à élaborer un plan afin de trouver la meilleure méthode pour arrêter de fumer (patchs transdermiques Nicoretteskin®, Niquitin patch transparent,…).

Une femme qui applique un patch nicotinique

Patch anti tabac : timbre de nicotine ou patch pour arrêter de fumer

Il existe une variété de substituts et de médicaments en vente libre et sur ordonnance (traitement par chlorhydrate de Bupropion en forme orale [1], patchs ou timbres transdermiques de nicotine,…) qui peuvent aider les fumeurs à arrêter de fumer.

Étant donné que le tabagisme affecte tous les systèmes du corps (AVC, perte de la vue, cataracte, DMLA, parodontite, asthme, cancer,…), trouver un moyen d'arrêter est une mesure importante pour vivre une vie plus longue et plus heureuse.

Le patch à la nicotine est l’un des médicaments approuvés dans la plupart des pays qui peut aider les gens à arrêter de fumer, et avec peu d’effets indésirables. Le patch de nicotine s'applique sur la peau propre en y diffusant de la nicotine, et peut être utilisé quotidiennement seul pour contrôler les symptômes de sevrage. Selon les patients et sauf contre-indication, il peut être utilisé avec de la gomme ou des pastilles à la nicotine (gomme à mâcher Nicorette®,…) qui sont pris au besoin pour les fortes envies de fumer.

Patch nicotine : prix, remboursement

En France, le prix d’une boîte de patchs à la nicotine dépend du nombre de patchs et du dosage. En moyenne, les boîtes sont vendues entre 5 et 30€ en fonction des formats et des dosages.

L'Assurance Maladie « rembourse, sur prescription, les traitements par substituts nicotiniques (patch, gomme, pastille…). Comme annoncé par le plan « Priorité prévention » et le Programme national de lutte contre le tabagisme, la prise en charge des traitements de substitution nicotinique a évolué pour passer du forfait d’aide au sevrage de 150 € par an et par assuré à une prise en charge de droit commun. Enfin, il n’est plus nécessaire que ces traitements figurent sur une ordonnance dédiée comme auparavant. Le recours à ces traitements est en forte augmentation depuis l’évolution de ces modalités de remboursement ». [2]

Comme le souligne le site Tabac Info Service, « Depuis le 1er janvier 2019, les substituts nicotiniques sont remboursés à 65 % par l’Assurance Maladie. Le ticket modérateur peut être pris en charge par votre complémentaire santé. Les pharmacies peuvent désormais pratiquer la dispense d’avance de frais pour ces produits ». [3]

 

Comment utiliser un patch de nicotine ?

 

Patch à la nicotine : dosage, surdosage, effets indésirables

Les patchs sont des produits de santé, comme le détermine la directive européenne 93/42/CEE reprise par l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM).

De plus, « suite à un signalement de pharmacovigilance, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) souhaite attirer l’attention des professionnels de santé et des patients sur le fait que les dispositifs transdermiques (patchs) de nicotine utilisés dans le sevrage tabagique ne peuvent se substituer l’un à l’autre. Quatre spécialités de patchs de nicotine sont actuellement commercialisées en France dans l’aide à l’arrêt du tabac. Selon la spécialité utilisée, ces patchs délivrent une quantité de nicotine de : 7 mg, 14 mg ou 21 mg, sur une durée de 24 heures (Niquitin, Nicotinell, Nicopatchlib) ;10 mg, 15 mg ou 25 mg, sur une durée de 16 heures (Nicoretteskin). La biodisponibilité de ces patchs, c’est-à-dire la vitesse et la fraction absorbée du principe actif pour produire son action thérapeutique, n’a pas été comparée entre les différentes spécialités, à l’exception de Nicotinell et son générique (Nicotine EG). C'est pourquoi, pour un même dosage, deux patchs de nicotine de marque différente peuvent libérer le principe actif plus ou moins rapidement au cours de la période indiquée ; la bioéquivalence entre les patchs ne peut donc être garantie. » [4]

Pour éviter une mauvaise utilisation (risque de surdosage,…) du patch à la nicotine, lorsqu’une personne utilise un produit en vente libre pour l’arrêt du tabac, il est vital de lire toutes les instructions sur l'emballage du substitut nicotinique avant de l’utiliser. Le respect de la posologie est vital.

Le patch doit être appliqué sur une zone propre, sèche et non poilue du tronc ou du haut du bras. Il faut retirer le patch de l'emballage, et la bande protectrice puis appliquer immédiatement le patch sur la peau. De plus, il faut appuyer fermement pendant 10 à 20 secondes pour s’assurer que le patch reste en place. Aussi, il faut s’assurer que les bords sont fermement maintenus contre la peau. Après avoir appliqué le patch, il est recommandé de se laver les mains à l'eau claire.

Le dosage idéal pour un patient est la dose qui diminue l'envie de fumer sans effets secondaires d'un excès de nicotine. Si un médecin prescrit ce médicament ou un autre (traitement par chlorhydrate de Bupropion en forme orale,…}, il faut suivre attentivement les instructions. La dose devra être ajustée selon les besoins, y compris les antécédents de tabagisme et l’état de santé.

Patch de nicotine (24 h, 16 h) : avec prescription et sans ordonnance

Quel est le meilleur patch anti-tabac (Nicoretteskin®,…) ?

Différentes marques de timbres à la nicotine (patchs transdermiques Nicoretteskin®, NiQuitin patch,…) ont des quantités différentes de nicotine (dosage de la quantité de nicotine en mg de nicotine) et des instructions différentes pour la durée pendant laquelle le timbre doit rester sur la peau (pour éviter des effets indésirables).

Il est nécessaire de consulter un médecin ou un pharmacien pour savoir quel type et quelle marque de patch utiliser selon le niveau de dépendance.

Si un patient se réveille généralement avec une envie de cigarettes, il est fort probable que le patch de 24 heures sera le plus adapté.

Si le patch pour l’arrêt du tabac provoque des rêves intenses, des rêves anormaux ou interfère avec le sommeil, il faudra porter le patch uniquement lors de la phase d’éveil, comme avec le patch 16 heures.

Notons que les patchs diffusent la nicotine de manière régulière durant la journée, et que la nicotine continue à se diffuser dans le corps pendant environ une heure après le retrait du patch.

Si un patient arrête soudainement d'utiliser ce médicament, il peut avoir des symptômes de sevrage tels que des envies de tabac, de la nervosité, de l'irritabilité, du stress, ou des maux de tête (céphalées).

Est-ce que je peux fumer avec un patch ?

Fumer en portant un patch à la nicotine (NiQuitin patch,…) peut non seulement augmenter la dépendance et la tolérance à la nicotine, mais expose un patient également à un risque de toxicité de la nicotine. Avoir trop de nicotine dans le corps peut causer des problèmes de rythme cardiaque dangereux qui pourraient être mortels. Il est préférable de parler à un médecin ou à un pharmacien pour déterminer la dose et la fréquence d’utilisation des TRN (Thérapie de remplacement de la nicotine) pour éviter les dérapages.

Quel patch pour 20 cigarettes par jour ?

Un fumeur qui a l’habitude de consommer 20 cigarettes et plus par jour, doit utiliser un patch tous les jours de 25 mg de nicotine pendant huit semaines avant de passer à un patch plus faible. Si un patient fumeur consomme moins de 20 cigarettes par jour, il peut généralement commencer par un patch tous les jours de 15 mg de nicotine jusqu'à huit semaines avant de passer à un patch plus faible.

Où mettre un patch de nicotine ?

Les emplacements habituels pour mettre le patch de nicotine chez un patient qui souhaite arrêter de fumer sont le haut de la poitrine, le haut du bras, l'épaule, le dos ou l'intérieur du bras. D’autre part, il est nécessaire d’éviter de mettre le patch sur les zones de peau irritée, grasse, cicatrisée ou qui serait endommagée.

Patch de nicotine et sommeil

Fumer du tabac est incroyablement addictif. Ceci est principalement dû à la présence de nicotine dans les produits du tabac. Une fois dans l'organisme, la nicotine stimule la libération de plusieurs neurotransmetteurs ou messagers chimiques. La libération de ces neurotransmetteurs, comme la sérotonine, la dopamine ou l'acide gamma-aminobutryique,  peut être associée à des sensations agréables et à une sensation de bien-être. Cependant, les fluctuations de ces niveaux de neurotransmetteurs peuvent également affecter le cycle veille-sommeil d'une personne.

Bien la thérapie de remplacement de la nicotine par un patch ne soit pas aussi nocive pour la santé que fumer du tabac, la nicotine sous toutes ses formes peut perturber le sommeil. Les cigarettes électroniques (vapoteuse), les patchs (patchs transdermiques Nicoretteskin®,…) et les gommes nicotiniques (chewing-gums) sont une alternative plus sûre aux cigarettes, mais ils risquent tout de même de créer des troubles du sommeil et gâcher le sommeil.

Enfin, comme le précise Tabac Info Service, lors de l’arrêt du tabac « si les troubles du sommeil ne s'améliorent pas, consultez votre médecin. Rassurez-vous, vous n'êtes pas seule à ressentir ce type de symptômes à l'arrêt du tabac. Vous trouverez d'ailleurs de nombreux témoignages dans notre rubrique parole d'ex-fumeurs. C'est toujours une bonne chose d'être accompagnée dans son arrêt du tabac. En appelant le 39 89, vous pouvez être aidée dans votre démarche et être accompagnée par un(e) tabacologue ». [3]

Substituts nicotiniques : est-ce que les patchs sont efficaces ?

La dépendance à la nicotine est le principal obstacle au sevrage tabagique et à l'abstinence à long terme. Actuellement, plusieurs médicaments nicotiniques (substituts nicotiniques) sont disponibles sous différentes formes, doses et saveurs et leur utilisation a été recommandée pour tous les consommateurs de tabac qui n'ont pas de contre-indications médicales.

Le choix du produit de TRN (Thérapie de remplacement de la nicotine) doit normalement être guidé par la préférence du patient. Comme le souligne une étude publiée en 2016 dans la revue International Journal of Health Sciences (IJHS) [5], les preuves actuelles suggèrent que toutes les formes de TRN disponibles dans le commerce (gomme, dispositif transdermique, spray nasal, inhalateur et comprimés/pastilles sublinguaux) augmentent leurs chances de réussir à arrêter de fumer.

« Les TRN augmentent le taux d'abandon de 50 à 70 %. Une autre méta-analyse a également conclu que la TRN augmentait la probabilité de réduire la taille de l'habitude chez les fumeurs qui ne sont pas disposés à arrêter complètement de fumer. »

Pour améliorer l'efficacité de la TRN, la recherche s'est récemment davantage concentrée sur les techniques d'administration rapide et les techniques immunologiques. Ces nouvelles modalités nécessitent plus de recherche de qualité. Enfin, compte tenu de la capacité potentielle de la TRN, il est essentiel que les professionnels de la santé se familiarisent avec toutes les formes de TRN afin de pouvoir répondre aux questions et aux besoins des fumeurs qui semblent de plus en plus intéressés par le sevrage tabagique.

Patch de nicotine et femme enceinte

Les recherches actuelles menées sur les femmes utilisant des substituts nicotiniques (patchs,…) pendant la grossesse n'ont pas montré d'augmentation du risque de syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN), bien que les résultats soient mitigés.

Si une femme est enceinte, elle doit absolument proscrire la consommation de produits du tabac et se renseigner auprès d’un professionnel de la santé en cabinet de ville ou en établissement de santé (hôpital, clinique) aide à connaître les possibilités pour utiliser des substituts nicotiniques adaptés.

Sources

  1. Gamme de médicament Zyban (Traitement par chlorhydrate de bupropion en forme orale). https://www.vidal.fr/medicaments/gammes/zyban-52096.html
  2. La prise en charge du sevrage tabagique. 2021. https://www.ameli.fr/medecin/exercice-liberal/presciption-prise-charge/medicaments-et-dispositifs/prise-en-charge-sevrage-tabagique
  3. Remboursement des patchs de nicotine. https://www.tabac-info-service.fr/questions-reponses/04_questions-mises-en-ligne/remboursement-patch2
  4. Patchs de nicotine : ne pas changer de marque si le patient est équilibré. https://ansm.sante.fr/actualites/patchs-de-nicotine-ne-pas-changer-de-marque-si-le-patient-est-equilibre
  5. Wadgave U, Nagesh L. Nicotine Replacement Therapy: An Overview. Int J Health Sci (Qassim). 2016;10(3):425-435. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5003586/

Le guide des hôpitaux et cliniques de France.

Recherchez parmi les 1335 établissements