Arrêter de fumer pour préserver sa santé !

Temps de lecture
2 min
Addiction au tabac

Première cause de mortalité évitable en France, le tabac est responsable de 75 000 décès, dont 45 000 par cancer, chaque année en France. Une prise en charge thérapeutique du sevrage tabagique par un professionnel de santé, adaptée à chacun, multiplie les chances d’un arrêt durable du tabac.

Un quart des adultes fument quotidiennement en France. En dépit des progrès réalisés ces dernières années, cette consommation tabagique demeure élevée dans l’Hexagone, notamment chez les femmes.

« La dangerosité est due à la combustion de la cigarette. Si les personnes continuent de fumer c’est qu’elles sont devenues dépendantes à la nicotine », explique le Dr William Lowenstein, Président de SOS addictions, interniste et addictologue.

Trouver des substituts avant l’arrêt complet

« L’idéal serait d’arrêter de fumer mais seule une très faible proportion des fumeurs, estimée autour de 5 %, y parvient », constate-t-il.

Pour un premier sevrage tabagique ou une réduction de la consommation, les nicotiniques de substitution (patchs, gommes, pastilles, inhalateurs) peuvent être préconisés.

Selon la HAS, la nicotine de substitution est indiquée pour le traitement de la dépendance tabagique par soulagement des symptômes de sevrage de la nicotine, notamment l’envie irrépressible, ce qui facilite l’arrêt du tabagisme ou sa réduction temporaire chez les fumeurs motivés pour cesser de fumer.

Mais l’objectif final demeure l’arrêt complet du tabac. Un autre moyen de se sevrer est la cigarette électronique, un dispositif produisant une vapeur d'eau ressemblant visuellement à la fumée produite par la combustion du tabac.

Pour le Dr Lowenstein, « c’est le meilleur moyen d’arrêter de fumer ». Certes, les connaissances progressent rapidement sur ce produit. « S’il existe encore des incertitudes concernant ses effets sur la santé, les effets irritants et/ou toxiques des composants de l'e-cigarette sont nettement moins élevés que ceux du tabac », selon l’Institut national du Cancer (InCa).

Une autre alternative ?

La seule alternative est l'arrêt du tabac !

Le tabac à chauffer est un produit que les autorités de santé américaines (FDA, Food and Drug Administration) considèrent comme « un produit du tabac à risque modifié » puisqu’elles viennent d’en autoriser sa commercialisation aux États-Unis.

Toutefois, l’OMS réaffirme que la réduction de l’exposition à des produits chimiques nocifs contenus dans les produits du tabac chauffés ne se traduit pas par une diminution des risques pour la santé humaine. 

En conséquence, des études sérieuses et indépendantes devront venir confirmer la réduction du risque pour la santé de ces produits comparés à la cigarette.

Actuellement, l'OMS attire l'attention sur le fait que les allégations selon lesquelles ces produits permettent de réduire l’exposition à des produits chimiques nocifs par rapport aux cigarettes traditionnelles pourraient être trompeuses.

Un accompagnement indispensable

Enfin, un traitement médicamenteux représente une solution efficace en cas d’échec.

Car la dépendance au tabac reste avant tout une maladie. D’où la nécessité de se faire aider par un addictologue ou un service spécialisé de tabacologie, dans lequel le patient sera suivi en consultations régulières, avec le soutien éventuel d’un psychologue et d’un nutritionniste.

D’autant que cette prise en charge thérapeutique peut être assurée par une infirmière, un kinésithérapeute ou un dentiste, prescripteurs de traitements du tabagisme.

Dans le sevrage, mieux vaut être accompagné que seul : la quasi-totalité (97%) des fumeurs échouent sans aide, selon une récente enquête d’IFOP et de Pfizer, engagé dans le sevrage tabagique. Il n’est jamais trop tard pour arrêter.

Le sevrage tabagique présente toujours un bénéfice quel que soit l’âge : à 30 ans, il améliore l’espérance de vie de 10 ans et à 60 ans de 3 ans.

Aussi, il réduit les risques de cardiopathie, d’accident vasculaire cérébral (AVC), de cancer du poumon…. Et cerise sur le gâteau, il permet de préserver la qualité de sa peau et son teint de pêche.

Le guide des hôpitaux et cliniques de France.

Recherchez parmi les 1335 établissements