Vaccin contre la grippe et risque de maladies cardiovasculaires

Temps de lecture
6 min

La vaccination contre la grippe est recommandée en France pour les plus de 65 ans. La grippe se manifeste par des courbatures, de la fièvre, fatigue, toux… qui disparaissent en 8 jours, lorsque l’on est en bonne santé. Mais chez des personnes fragiles, âgées ou atteintes de maladies chroniques, elle peut entrainer, une insuffisance respiratoire grave et augmenter le risque d’accident cardio-vasculaire. Le vaccin protège en partie contre les formes graves de grippe, mais aussi sans doute contre les complications cardiaques liées à la grippe, infarctus et accident vasculaire cérébral (AVC). Il a été démontré que la grippe est associée à une augmentation des hospitalisations et de la mortalité cardiovasculaire [1]. Malgré tout, beaucoup de personnes, y compris dans les groupes dits à risque, sont encore réticentes à se faire vacciner.

Une étude publiée en avril 2022 dans la revue scientifique JAMA Network Open [2], confirme que ce vaccin diminue bien les accidents cardio-vasculaires (AVC), sans les éliminer complètement. Cette méta-analyse porte sur 6 essais cliniques randomisés incluant 9 001 adultes tirés au sort pour recevoir soit le vaccin antigrippal soit un placebo.

Les résultats révèlent que 3,6 % des patients vaccinés ont souffert d’un accident cardiovasculaire majeur dans les 12 mois suivant la vaccination mais 5,4 % de ceux qui ont reçu seulement un placebo. L’étude montre que pour les patients à haut risque, la réduction du risque cardio-vasculaire est de 45 % avec le vaccin par rapport au placebo. Pour les patients à haut risque les avantages de la vaccination contre la grippe saisonnière sont démontrés. Ils doivent connaître les bénéfices, les éventuels effets secondaires (mineurs) et la composition du vaccin.

Personne se faisant vacciner

Le vaccin contre la grippe est-il efficace aussi contre les formes graves de grippe ?

Chaque année, l’efficacité du vaccin est contestée. Car chacun connaît quelqu’un qui a contracté la grippe, malgré la vaccination. On sait que cette efficacité n’est pas totale pour plusieurs raisons. D’abord, les personnes âgées ont un système immunitaire qui fonctionne moins bien, expliquant pourquoi leur protection reste partielle. Ensuite, il arrive certaines années que les virus inactivés contenus dans le vaccin n’offrent pas ou peu de protection car le virus de la grippe qui circule majoritairement n’est pas inclus dans le vaccin.

Mais des évaluations régulières confirment l’intérêt de ce vaccin. Le Réseau canadien de recherche sur l'immunisation (RCRI) a mené une surveillance active de la grippe et une évaluation de l’efficacité du vaccin chez les adultes de 16 ans et plus au cours des saisons 2012, 2013 et 2014 dans les hôpitaux du Canada [3]. Pour tous les cas et les témoins des caractéristiques cliniques ont été obtenues à partir du dossier médical. 

Le critère de jugement de cette étude était l'efficacité du vaccin pour la prévention des hospitalisations liées à la grippe confirmée en laboratoire. Cette efficacité pour prévenir l'admission en unité de soins intensifs liée à la grippe était de 54,1 % chez les plus de 65 ans. Celle pour la prévention des décès s’est avérée être de 74,5 %. Selon cette étude menée avec un vaccin trivalent et publiée en 2018, même si l’efficacité n’est pas totale, le vaccin contribue à prévenir de manière significative l'hospitalisation et le risque de décès. Les avantages des vaccins antigrippaux sont démontrés par d’autres études encore, malgré une variabilité d’efficacité d'une année sur l'autre. 

Quels sont les effets secondaires du vaccin antigrippal

Une des raisons pour ne pas se faire vacciner est la crainte d’effets secondaires. Ils sont en réalité très rares. La vaccination contre la grippe est généralement très bien tolérée. Elle est associée à un faible taux d'effets indésirables. Les plus fréquemment rapportés sont des douleurs au site d’injection, des maux de tête, de la fièvre, des courbatures musculaires et des frissons. Ils surviennent dans les 3 jours suivant la vaccination et disparaissent en deux ou trois jours. Ils sont sans gravité et concernent 10 à 40% des personnes vaccinées.

Quelques complications graves existent, mais elles sont rares : réaction allergique grave et syndrome de Guillain-Barré. Les données du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) aux États-Unis ont répertorié, sur une période de 3 ans entre 2009 et 2011, 33 cas de choc anaphylactique liés aux vaccins anti-grippaux sur 25 millions de doses administrées pendant ces trois années. Dans cette analyse, le taux de syndrome de Guillain-Barré recensé a été de 0,19 cas par million de doses. Le risque de développer ce syndrome suite au vaccin contre la grippe est nettement inférieur au risque, quatre fois plus élevé, d’en souffrir à la suite d'une infection par le virus de la grippe [4].

Effets indésirables : quelles contre-indications au vaccin contre la grippe ?

Les contre-indications aux vaccins contre la grippe sont rares. L’allergie à l’une des substances entrant dans la composition du vaccin, comme les œufs ou les protéines de poulet sont la principale contre-indication. Par ailleurs, il est recommandé de retarder la vaccination en cas de maladie aigüe fébrile.

Que contiennent les vaccins contre la grippe saisonnière ?

Les rares réactions allergiques, en particulier aux œufs, avec le vaccin s’expliquent par la manière dont ils sont produits. Ils sont fabriqués à partir de virus de la grippe inactivés produits cultivés sur des œufs de poule fécondés.

Chaque année aux mois de février et mars, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), à partir de la surveillance des virus grippaux qui circulent dans l’hémisphère sud, fait des recommandations pour la composition des virus inactivés qui seront contenus dans les vaccins antigrippaux pour la saison à venir dans l'hémisphère nord. 

La mise à jour chaque année des virus à intégrer dans le vaccin contre la grippe est nécessaire pour qu’il soit efficace en raison de l’évolution permanente de ces virus. 

Ainsi, par exemple, l'OMS recommande [5] que les vaccins quadrivalents, contenant 4 souches de virus différents, à utiliser pour la grippe saisonnière 2022-2023 dans l'hémisphère nord contiennent les virus inactivés suivants :  

  • un virus de type A/Victoria/2570/2019 (H1N1)pdm09 ;
  • un virus de type A/Darwin/9/2021 (H3N2) ;
  • un virus de type B/Austria/1359417/2021 (lignée B/Victoria) ;
  • un virus de type B/Phuket/3073/2013 (lignée B/Yamagata).

Plusieurs vaccins quadrivalents contre la grippe sont sur le marché en France, Influvac Tetra, Vaxigrip Tetra… Efluelda, un vaccin quadrivalent avec un fort dosage d’antigènes viraux.

Recommandations vaccinales : qui devrait se faire vacciner contre la grippe ?

Toute personne qui le souhaite peut bénéficier du vaccin contre la grippe saisonnière, mais la prise en charge pour les recommandations vaccinales est réservée aux personnes à risques. La vaccination contre la grippe est destinée à toutes les personnes de plus de 65 ans. Et aussi, à celles souffrant de maladie chronique et à leur entourage.

En période d’épidémie, les gestes barrières vis-à-vis des plus fragiles, même vaccinés, doivent être respectées pour réduire le risque de contamination.

La liste des personnes à risque de moins de 65 ans, atteintes de maladie chronique et pour lesquelles le vaccin contre la grippe est recommandé et prit en charge est longue : celles atteintes d'affection de longue durée, de maladies chroniques, respiratoires, cardiovasculaires, neurologiques et neuromusculaire, atteintes d’une affection chronique des reins et du foie ou souffrant  de diabète, d’obésité, d'insuffisance cardiaque, de troubles de l’immunité et de maladies sanguines, d’infection par le VIH, de la drépanocytose,....

Le vaccin est aussi recommandé pour les femmes enceintes à risque de forme grave de grippe pendant la grossesse. Cette vaccination des femmes enceintes protège également le nourrisson dans les premiers mois de vie.

Les recommandations vaccinales sont aussi destinées aux personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ou dans un établissement médico-social d’hébergement quel que soit l’âge. 

Enfin, la vaccination contre la grippe est recommandée chez tous les professionnels de santé et chez tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des personnes à risques de grippe sévère,….[6]

Le personnel soignant est-il correctement vacciné ?

Malgré ces recommandations vaccinales, beaucoup de personnes pour lesquelles le vaccin est nécessaire, refusent de se faire vacciner. En France, la couverture vaccinale du personnel soignant contre la grippe demeure insuffisante. Lors de la saison 2018-2019, elle était estimée à 35% dans les établissements de santé (67%, pour les médecins, 48% pour les sages-femmes, 36% pour les infirmiers et 21% pour les aides-soignants) et à 32% dans les EHPAD (75% pour les médecins, 43% pour les infirmiers, 27% pour les aides-soignants et 34% pour les autres paramédicaux [7].

Quand et à quel moment faire le vaccin contre la grippe ?

En général, l’épidémie de grippe commence début novembre dans l’hémisphère Nord et s’achève début avril, avec des variations selon les années.

Sachant que le vaccin met au moins 15 jours à produire une immunité, l’injection devrait être faite dès le 15 septembre, quand le vaccin est disponible.

Il arrive parfois que l’épidémie de grippe déjoue les pronostics et survient plus tôt ou plus tard. Des études ont été menées pour voir si le fait de retarder la vaccination améliorait la protection des personnes âgées.

Dans la mesure où l’immunité contre la grippe est de courte durée, retarder le vaccin pourrait protéger les personnes fragiles.

Une étude américaine a constaté l’inverse : au cours d'une saison typique, le fait de retarder la vaccination de quelques semaines, a augmenté les hospitalisations pour grippe [8]. 

Où se faire vacciner contre le virus de la grippe saisonnière ?

Pour les personnes faisant partie des groupes à risque, la caisse d'Assurance Maladie envoie une invitation à se faire vacciner et un bon de prise en charge. Ce bon permet de bénéficier gratuitement du vaccin antigrippal.

Le vaccin peut être alors retiré à la pharmacie sur présentation du bon. Il est ensuite possible de se faire vacciner par le professionnel de santé de son choix, médecin, sage-femme, infirmier, pharmacien, et depuis peu, préparateur de pharmacie [9].

Recommandations vaccinales et COVID-19

Peut-on se faire vacciner contre la grippe en même temps que contre la COVID-19 ?

Depuis 2020, les épidémies de grippe ont été exceptionnellement limitées, sans doute en raison des gestes barrières obligatoires contre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et qui ont permis de contrôler la diffusion du virus de la grippe.

Néanmoins, nul ne peut prédire ce qui va se passer dans les années suivantes. Il est donc légitime que les personnes à risques continuent à bénéficier du vaccin, y compris en temps de Covid.

Les vaccinations contre la grippe et contre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) peuvent être réalisées au cours d’une même consultation, avec des injections le même jour, mais au niveau de deux sites différents, une injection par bras.

Les personnes les plus à risque de grippe sévère sont aussi à risque de formes graves de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Les symptômes sont semblables pour les deux infections virales. Les personnes qui ont eu le Covid ne sont pas protégées contre la grippe.

Faut-il une ordonnance pour le vaccin contre la grippe ?

Vaccin à la pharmacie, chez le médecin,... ?

La vaccination est réservée prioritairement aux personnes à risques qui reçoivent un bon pour se faire vacciner. Mais elle est ouverte à toutes les personnes qui le souhaitent. Il suffit retirer le vaccin en officine sans prescription médicale et se faire vacciner par le professionnel de santé de son choix. Ils peuvent vacciner toutes les personnes majeures sans prescription médicale préalable, y compris celles non ciblées par les recommandations, à l'exception bien sûr des personnes présentant des antécédents de réaction allergique sévère à l’un des composants du vaccin ou à une vaccination antérieure [9].

Toutefois, en l’absence de recommandations par la Haute Autorité de Santé (HAS), le vaccin et l’injection pour ces personnes ne sont pas pris en charge par l’Assurance Maladie.

Sources

  1. Chow EJ, Rolfes MA, O'Halloran A, Anderson EJ, Bennett NM, Billing L, Chai S, Dufort E, Herlihy R, Kim S, Lynfield R, McMullen C, Monroe ML, Schaffner W, Spencer M, Talbot HK, Thomas A, Yousey-Hindes K, Reed C, Garg S. Acute Cardiovascular Events Associated With Influenza in Hospitalized Adults : A Cross-sectional Study. Ann Intern Med. 2020 Oct 20;173(8):605-613. doi: 10.7326/M20-1509.
  2. Behrouzi B, Bhatt DL, Cannon CP, Vardeny O, Lee DS, Solomon SD, Udell JA. Association of Influenza Vaccination With Cardiovascular Risk: A Meta-analysis. JAMA Netw Open. 2022 Apr 1;5(4):e228873. doi: 10.1001/jamanetworkopen.2022.8873. PMID: 35486404; PMCID: PMC9055450.
  3. Nichols MK, Andrew MK, Hatchette TF, Ambrose A, Boivin G, Bowie W, Chit A, Dos Santos G, ElSherif M, Green K, Haguinet F and al; Serious Outcomes Surveillance Network of the Canadian Immunization Research Network (CIRN), the Toronto Invasive Bacterial Diseases Network (TIBDN). Influenza vaccine effectiveness to prevent influenza-related hospitalizations and serious outcomes in Canadian adults over the 2011/12 through 2013/14 influenza seasons: A pooled analysis from the Canadian Immunization Research Network (CIRN) Serious Outcomes Surveillance (SOS Network). Vaccine. 2018 Apr 12;36(16):2166-2175. doi: 10.1016/j.vaccine.2018.02.093. Epub 2018 Mar 13. PMID: 29548608.
  4. Haute Autorité de Santé (HAS). Juillet 2018.
  5. Recommandations annoncées pour la composition du vaccin antigrippal pour l’année 2022/2023, 25 février 2022  Communiqué de presse de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
  6. Santé Publique France, recommandations 2021.
  7. Rapport de l’Académie de Médecine, 19 sept 2020.
  8. Ferdinands JM, Alyanak E, Reed C, Fry AM. Waning of Influenza Vaccine Protection: Exploring the Trade-offs of Changes in Vaccination Timing Among Older Adults. Clin Infect Dis. 2020 Apr 10;70(8):1550-1559. doi: 10.1093/cid/ciz452. PMID: 31257422.
  9. https://www.ameli.fr/assure

Le guide des hôpitaux et cliniques de France.

Recherchez parmi les 1335 établissements