Taux de gamma-GT élevé : quelles causes ?

modifié le 
Temps de lecture
11 min

La gamma-glutamyl transférase (GGT), ou γ-glutamyltransférase, est une enzyme qui se trouve principalement dans le foie. Les professionnels de la santé utilisent des tests sanguins GGT pour aider à diagnostiquer les affections hépatiques ou pour exclure certaines conditions médicales sur la base de résultats anormaux d'autres tests d'enzymes hépatiques.

Les rapports de tests sanguins, y compris les rapports de tests de gamma-glutamyl transférase (GGT), fournissent généralement les informations suivantes : le nom du test sanguin ou ce qui a été mesuré dans le sang ; le nombre ou la mesure du résultat de prise de sang ; la plage de mesure normale pour ce test ; les informations qui indiquent si le résultat est normal ou anormal ou élevé ou bas.

Ainsi, un test de gamma-glutamyl transférase (GGT) mesure la quantité de GGT dans le sang d'un patient, et lorsque le foie est endommagé, la GGT peut s'infiltrer dans la circulation sanguine. De la sorte, des taux élevés de GGT dans le sang peuvent être le signe d'une maladie du foie ou d'une atteinte des voies biliaires. Les voies biliaires sont des tubes qui transportent la bile dans et hors du foie. La bile est un liquide fabriqué par le foie qui est important pour la digestion.

Par contre, un test GGT ne peut pas diagnostiquer la cause spécifique de la maladie du foie. Par conséquent, il est généralement effectué avec ou après d'autres tests de la fonction hépatique, le plus souvent un test de phosphatase alcaline (ALP). L'ALP est un autre type d'enzyme hépatique qui est souvent utilisé pour aider à diagnostiquer les troubles osseux ainsi que les maladies du foie.

Gamma GT (normes, taux bas, haut) : les faire baisser

La gamma-glutamyltransférase (GGT) est un marqueur sérique bien établi des maladies hépatiques liées notamment à une consommation excessive d’alcool [1], une surcharge pondérale ou certains virus. Cependant, l'utilité prédictive de la GGT s'applique bien au-delà de la maladie du foie [2].

En effet, une GGT élevée est liée à un risque accru d'une multitude de maladies (pathologies hépatiques, etc.) et d'affections, notamment les maladies cardiovasculaires, le diabète [3], le syndrome métabolique et la mortalité toutes causes confondues. La littérature scientifique disponible provenant de plusieurs groupes de populations dans le monde montre constamment un fort pouvoir prédictif de la GGT, même dans différentes catégories de sexe et catégories ethniques.

D’autre part, les recherches actuelles démontrent une tendance générale à la hausse des niveaux de population de GGT au fil du temps dans plusieurs pays. Ceci n’est pas sans poser d’inquiétude pour les systèmes de santé [4] et l’amélioration des prises en charge.

Gamma-GT bas et haut : définition et norme

La Gamma-GT est nécessaire au transfert des acides aminés au travers des cellules, et est un marqueur prédictif précoce de plusieurs pathologies : l’athérosclérose [5], l'insuffisance cardiaque, la raideur et de la plaque artérielles, le diabète gestationnel, diverses maladies hépatiques (hépatites virales, hépatites chroniques, etc.), d'autres maladies infectieuses et plusieurs cancers potentiellement mortels.

Gamma glutamyl transpeptidase (GGT)

La gamma-glutamyltransférase - appelée aussi Gamma-GT, GGT, γ-glutamyltransférase ou γ-GT (« Gamma-glutamyl transferase », en anglais) est une enzyme intracellulaire (et une enzyme glycoprotéique) qui apparaît dans le sang suite à une fuite des cellules.

Les tubules rénaux [6], le foie et le pancréas contiennent des quantités élevées, bien que la mesure de la GGT dans le sérum soit presque toujours utilisée pour évaluer la fonction hépatobiliaire [7].

Contrairement à d'autres enzymes qui se trouvent dans le cœur, les muscles squelettiques et la muqueuse intestinale ainsi que dans le foie, l'apparition d'un taux élevé de GGT dans le sérum est presque toujours le résultat d'une maladie ou d'une blessure du foie.

Comme le souligne une étude [8] publiée en 2015 dans le journal académique Disease Markers, « il est particulièrement utile de différencier les niveaux élevés de phosphatase alcaline (PAL) lorsque la source de l'augmentation de phosphatase alcaline (os, foie ou placenta) n'est pas claire. La combinaison d'une phosphatase alcaline élevée et d'une GGT normale n'exclut cependant pas complètement une maladie hépatique ».

En plus d'être un marqueur très spécifique de la fonction hépatobiliaire, la GGT est également un marqueur très sensible des lésions hépatocellulaires. Généralement, des concentrations anormales apparaissent avant que les élévations d'autres enzymes hépatiques ou de la bilirubine [9] ne soient évidentes.

Que ce soit une infection virale (hépatite, mononucléose, etc.), un cancer métastatique (tumeur métastatique), l’exposition aux hépatotoxines (substance chimique toxique qui endommage le foie : solvants organiques, médicaments, alcool, etc.), une obstruction des voies biliaires [10] et la prise de médicaments (qui induisent des enzymes microsomales [11] dans le foie) peuvent tous provoquer une augmentation modérée à marquée de la concentration sérique de GGT.

De plus, certains médicaments (médicaments contre la tension artérielle, etc.) peuvent provoquer ou aggraver un dysfonctionnement de l’activité hépatique, d’où une grande attention à porter sur les contre-indications et avertissements.

Ainsi, un test de la GGT est utile pour le diagnostic d'une maladie ou d'une lésion hépatique, l'exclusion de l'atteinte hépato-biliaire liée à d'autres maladies et la prise en charge des patients pendant la rémission d'une maladie existante ou après une blessure. Lorsqu'il est utilisé pour évaluer un dysfonctionnement hépatique secondaire à une maladie non hépatobiliaire existant sans changement des signes, des symptômes ou du traitement, il n'est généralement pas nécessaire de répéter une détermination de la GGT après l'obtention d'un résultat normal à moins que de nouvelles indications ne soient présentes.

Si la GGT est la seule enzyme glycoprotéique hépatique anormalement élevée (parmi l’alanine aminotransférase, l’aspartate aminotransférase, et la phosphatase alcaline), il n'est généralement pas nécessaire de poursuivre une évaluation de la maladie hépatique pour cette indication spécifique.

Lorsqu'ils sont utilisés pour déterminer si d'autres tests enzymatiques anormaux reflètent une anomalie hépatique plutôt que d'autres tissus, il n'est généralement pas nécessaire de répéter un GGT plus d'une fois par semaine.

En raison de l'extrême sensibilité de la GGT en tant que marqueur de l'induction de la cytochrome oxydase [12] (gène mitochondrial) ou de la perméabilité de la membrane cellulaire [13], elle n'est généralement pas utile pour surveiller les patients atteints d'une maladie hépatique connue.

Quel est le bon taux de Gamma GT ?

Enfin, il est généralement estimé que le taux normal de Gamma-GT doit être situé entre 10 et 45 UI/L (pour unités internationales par litre) pour un homme, et entre 5 et 35 UI/L pour une femme.

En effet, comme le précise dans un article [14] le Centre Hépato-Biliaire de l’Hôpital Universitaire Paul Brousse [15] (Villejuif) « la valeur normale du taux sanguin de gamma GT est, chez l'homme, inférieure à 45 UI/L, et chez la femme, inférieure à 35UI/L. Le dosage sanguin du taux des Gamma-GT est surveillé au cours d'un traitement ou d'un régime. L'interprétation par le médecin de tous les résultats tient compte des autres éléments du bilan hépatique et d'autres examens médicaux comme l’échographie. »

D’autre part, le taux de Gamma-GT dans le sang peut varier dans de nombreuses situations selon les patients. De la sorte, des contrôles sanguins consécutifs ou des examens complémentaires (échographie, etc.) adaptés à chaque patient sont parfois nécessaires afin de suivre l’évolution et améliorer la prise la charge.

Gamma GT et valeurs normales

Quel est le taux maximum de gamma GT ?

Chez les adultes, des taux de GGT compris entre 0 et 30 UI/L sont normaux. Tout ce qui dépasse 30 UI/L peut être un signe que le foie ne fonctionne pas comme il le devrait.

Plusieurs types de maladies du foie peuvent provoquer une augmentation, notamment : l’hépatite virale, une maladie obstructive du foie ou une lésion des voies biliaires, un cancer du foie.

Cependant, des taux élevés de GGT à eux seuls ne sont pas suffisants pour que le médecin traitant sache si un patient a une maladie du foie.

Généralement, les médecins recommandent d’autres tests complémentaires, y compris celui lié à la phosphatase alcaline (ALP), une autre enzyme qui peut s’accumuler dans le sang si le foie ne fonctionne pas correctement.

Selon le Centre Hépato-Biliaire - Hôpital Universitaire Paul Brousse « on distingue 2 types de transaminases : SGPT et SGOT. Les valeurs normales du taux sanguin des transaminases varient en fonction du sexe, de l'âge, de la température du corps et de l'index de masse corporelle du patient. »

 

2 types de transaminases : SGPT et SGOT
© Centre Hépato-Biliaire - Hôpital Universitaire Paul Brousse

 

* NB : Les valeurs de référence indiquées dans cette page sont indicatives. Ces valeurs peuvent varier légèrement d'un laboratoire à l'autre.

Bilan sanguin hépatique complet

Le bilan hépatique sanguin (tests hépatiques) est un moyen non invasif parmi les examens sanguins permettant d'identifier certaines pathologies du foie.

Faire un bilan hépatique sanguin complet permet aussi de « mesurer la gravité et la progression d’une maladie hépatique et sa réponse au traitement ».  

Lors d’un bilan hépatique sanguin certains éléments sont donc dosés : les enzymes hépatiques (alanine aminotransférase, aspartate aminotransférase, gamma-glutamyl transférase, phosphatase alcaline), la bilirubine et l'albumine.

L’efficacité des analyses de laboratoire autorise ainsi la détection (inflammation, lésions, dysfonctionnement du foie), l’évaluation (niveau de gravité d’une lésion hépatique), la surveillance (évolution d’une maladie hépatique, réponse au traitement), et de préciser le diagnostic.

De la sorte, un test GGT peut également aider les médecins à diagnostiquer ou à gérer plusieurs problèmes médicaux : maladie des os, maladies infectieuses, comme l’hépatite, problèmes de pancréas, trouble lié à la consommation d’alcool. D'autres conditions qui peuvent augmenter un niveau de GGT incluent l'insuffisance cardiaque congestive (ICC) et le diabète.

Quelles sont les causes de l'augmentation des Gamma GT ?

Pourquoi j'ai trop de gamma GT (GGT) ?

En plus d’être causés par l'abus d'alcool, une maladie alcoolique du foie ou l'utilisation de médicaments toxiques pour le foie, des niveaux élevés peuvent être dus à des maladies du foie, telles que l'hépatite ou la cirrhose.

Cependant, ils peuvent être dus à d'autres conditions, telles que l'insuffisance cardiaque congestive, le syndrome métabolique, le diabète ou la pancréatite.

Dosage sanguins des Gamma-GT, ASAT, et ALAT

Comment interpréter les résultats de la prise de sang ?

Utilisé dans le cadre d'un bilan pour détecter des lésions hépatiques, les dosages de l'Aspartame Aminotransférase (ASAT), de l’Alanine Aminotransférase (ALAT), des phosphatases alcalines (PAL), ou des Gamma-GT, sont réalisés lors d'un bilan hépatique de routine et permettent de voir l'état de santé du foie d’un patient.

Bien que l'importance du taux de Gamma-GT dans le sang ne soit pas toujours corrélée à la gravité de l’atteinte chez les patients, ces enzymes constituent surtout un avertissement et peuvent être un réel signal d’alarme d’une circonstance à surveiller.

Le dosage de la gamma-glutamyl transpeptidase (GGT) mesure la quantité de l’enzyme glycoprotéique GGT dans le sang. Cette donnée essentielle pour les professionnels de la santé (médecin traitant, etc.) se retrouve dans les résultats d'examens sanguins.

Les enzymes sont des molécules nécessaires aux réactions chimiques de l’organisme. La GGT fonctionne dans le corps comme une molécule de transport, aidant à déplacer d'autres molécules dans le corps.

Ainsi, la GGT joue un rôle important en aidant le foie à métaboliser les médicaments et autres toxines. Elle est concentrée essentiellement au niveau des membranes cellulaires, dans le foie, la vésicule biliaire, la rate, le pancréas et les reins. Les taux sanguins de GGT sont généralement élevés lorsque le foie est endommagé. Ce test est souvent effectué avec d’autres tests qui mesurent les enzymes hépatiques en cas de risque de lésions hépatiques.

Rappelons que le foie est essentiel pour produire des protéines dans le corps et filtrer les poisons (toxines). Il produit également de la bile, une substance qui aide l’organisme à traiter les graisses. Le médecin traitant peut prescrire un test GGT (dosage sanguin des Gamma-GT) s’il soupçonne que le foie d’un patient est endommagé ou si une maladie du foie est présente, et en particulier si elle est liée à la consommation et l’abus d’alcool.

Le dosage de Gamma-GT dans le sang est actuellement l'indicateur enzymatique le plus sensible des atteintes hépatiques et des maladies. Ces dommages sont souvent causés par une forte consommation d'alcool ou d'autres substances toxiques, comme des drogues ou des poisons.

Parmi les symptômes des problèmes hépatiques récurrents, on retiendra en particulier :

  • diminution ou perte de l’appétit ;
  • nausées ou vomissements ;
  • manque d’énergie (dysthymie ou asthénie) ;
  • douleur abdominale ;
  • jaunisse (ictère) ;
  • urine [16] de couleur jaune foncée lors de la miction quotidienne ;
  • excréments de couleur claire ;
  • prurit et démangeaison de la peau.

Si un patient a terminé un programme de désintoxication et qu’il essaye de s’abstenir de consommer de l’alcool, le médecin traitant peut lui prescrire ce test afin de vérifier qu’il suit le programme de traitement. Le test peut également surveiller les niveaux de GGT pour les personnes qui ont été traitées pour une hépatite alcoolique.

La mesure de la concentration des gamma-GT dans le sang ne rend pas nécessaire d'être à jeun, mais le médecin-prescripteur peut demander au patient de jeûner pendant environ huit heures avant le test et d'arrêter de prendre certains médicaments. Si le patient boit ne serait-ce qu'une petite quantité d'alcool dans les 24 heures suivant le test, cela peut affecter les résultats du dosage sanguin des Gamma-GT. En France, lorsqu’un patient doit se rendre en laboratoire pour réaliser un dosage sanguin des gamma-GT, il est nécessaire d’amener l'ordonnance de prescription délivrée par le médecin traitant, la Carte Vitale et la carte de mutuelle.

Habituellement, pour réaliser un dosage sanguin des gamma-GT, le sang est prélevé du bras du patient au niveau du pli du coude. Le médecin traitant ou l’infirmier mettra un élastique autour du bras pour rendre les veines plus proéminentes. Ensuite, il prélèvera du sang à l'aide d'une seringue et le collectera dans un flacon pour analyse. La prise de sang est une procédure à risque relativement faible. Il existe un risque de léger saignement ou un hématome (ecchymose sous la peau), mais l’infection ne se produit que dans de très rares cas.

Les résultats du dosage sanguin des Gamma-GT provenant d’un laboratoire d’analyses sont disponibles généralement le jour de la prise de sang. Ensuite, le médecin traitant aide les patients à les interpréter et à évaluer s’ils se situent ou non dans la fourchette normale. « Les valeurs normales peuvent varier en fonction du sexe et de l'âge, et la plage normale pour les niveaux de GGT se situe globalement de 9 à 48 UI/L », selon le Mayo Clinic Laboratories. [17]

Le test Gamma-GT peut diagnostiquer des lésions hépatiques, mais il ne peut pas en déterminer la cause. Si un patient a un niveau de GGT élevé, il devra probablement subir d'autres tests. En général, plus le taux de GGT est élevé, plus les dommages au foie sont importants.

Certaines des conditions qui entraînent une augmentation de la GGT comprennent :

  • abus d’alcool ;
  • manque de circulation sanguine vers le foie ;
  • hépatite virale chronique ;
  • tumeur du foie ;
  • cirrhose ou foie cicatrisé ;
  • abus de certains médicaments ou autres toxines ;
  • insuffisance cardiaque ;
  • infarctus du myocarde ;
  • diabète ;
  • pancréatite ;
  • maladie du foie gras.

La GGT est souvent mesurée par rapport à une autre enzyme, la phosphatase alcaline (ALP). Si la GGT et l'ALP sont toutes deux élevées, les médecins soupçonneront que le patient a des problèmes de foie ou des voies biliaires. Si la GGT est normale et que l'ALP est élevée, cela pourrait indiquer une maladie osseuse. Le médecin traitant peut utiliser le dosage sanguin des Gamma-GT de cette manière pour écarter certains problèmes.

Soulignons, que le dosage sanguin des Gamma-GT est sensible aux fluctuations. Si le médecin traitant pense que l’utilisation temporaire de médicaments ou d'alcool affecte le test, il peut souhaiter à nouveau un test. Les barbituriques, le phénobarbital et certains médicaments sans ordonnance peuvent augmenter les niveaux de GGT dans votre corps. Les niveaux de GGT augmentent avec l'âge chez les femmes, mais pas chez les hommes.

Si une personne a récemment arrêté de boire beaucoup d’alcool et/ou de fumer, cela peut prendre jusqu'à un mois pour que le taux de GGT redescende à des niveaux normaux.

Taux de Gamma-GT haut chez les alcooliques : à quoi est due l’augmentation ?

Lorsqu’une personne boit un verre d’alcool, l’alcool passe dans le sang et se diffuse dans les cellules ainsi que dans tous les organes du corps. Notons, que le foie traite tout ce dont une personne ingère et joue ainsi un rôle de filtre. En effet, le foie est capable de métaboliser l'alcool grâce à différentes enzymes.

De la sorte, le foie est forcé de neutraliser l'alcool de façon permanente. Les cellules hépatiques peuvent être détruites ou altérées, ce qui entraîne des dépôts graisseux et parfois des problèmes bien plus graves, comme l'hépatite alcoolique.

Le foie d’un patient n’a pas la capacité de tout neutraliser. Il est dépendant d’une quantité et d’un délai pour pouvoir tout neutraliser correctement. Ainsi, lorsque la quantité d'alcool ingéré par une personne est trop importante, le foie sature et ne peut plus la traiter correctement.

Si l’organisme est saturé, les toxines contenues dans l’alcool vont s’accumuler dans les cellules hépatiques et endommageront le foie. Sur le long terme, cette altération du foie chez les patients peut entraîner une accumulation de dépôts de graisses au niveau des cellules hépatiques (stéatose) [18] , mais aussi un cas d’inflammation (hépatite) ou des lésions (cirrhose).

Gamma GT et alcool : quel est le taux de gamma GT d'un alcoolique ?

Le taux sérique élevé de GGT reste le marqueur le plus largement utilisé de l'abus d'alcool. Les niveaux augmentent généralement après une forte consommation d'alcool qui se poursuit pendant plusieurs semaines

Chez l’homme alcoolique, une valeur du taux sanguin supérieure à 45 UI/L, et chez la femme alcoolique, supérieure à 35UI/L, et peut augmenter au-delà de 2 fois la valeur normale.

Avec 2 à 6 semaines d'abstinence, les taux diminuent généralement à l'intérieur de la plage de référence normale (« la demi-vie de la GGT étant de 14 à 26 jours »).

Notons, que la GGT peut augmenter en raison d'une synthèse accrue ou d'une libération accélérée de cellules hépatiques endommagées ou mortes. Cela semble indiquer principalement une consommation excessive continue, plutôt qu'épisodique, bien que quelques buveurs modérés produisent également des niveaux élevés de GGT.

Quel taux de Gamma-GT pour récupérer son permis ?

Comme le précise un article [19] de la plateforme Alcool Info Service, « afin de récupérer votre permis de conduire, les examens réalisés lors de la visite médicale vont évaluer votre taux de Gamma-GT ou du VGM (Volume Globulaire Moyen). Il faut 2 à 4 semaines de consommation régulière excessive pour que le taux de Gamma-GT s’élève au-dessus des valeurs de référence de laboratoire. Et ce taux diminue de moitié 25 jours après la dernière consommation. En ce qui concerne le VGM, il faut plusieurs mois de consommation régulière excessive pour que le taux s’élève au-dessus des valeurs de référence des laboratoires et il reste pendant plusieurs mois (4 maximum) au-dessus des valeurs de référence, après l’arrêt de la consommation. »

Comment et combien de temps pour faire baisser le taux de Gamma-GT élevés ?

La GGT est très sensible et peut être augmentée lorsqu’une personne ne présente pas de symptômes. Cette élévation peut être temporaire, peut-être en raison de la prise de certains médicaments ou en raison de la consommation d'alcool dans les 24 heures suivant le test.

Si d'autres enzymes hépatiques sont normales, le médecin traitant peut choisir de répéter le test GGT à une date ultérieure. Si la GGT est très élevée ou si d’autres enzymes hépatiques sont élevées, il peut être nécessaire de subir des tests supplémentaires pour identifier la cause.

Au fil du temps, le taux de GGT chutera du niveau auquel il était lorsqu’une personne a arrêté de boire de l'alcool à l'intérieur de la plage normale. Cela peut prendre plusieurs semaines à plus d'un mois.

S'abstenir de boire de l'alcool et de consommer du tabac (cigarettes, tabac chauffé*, vapoteuse*,...) diminuera les chances d'endommager davantage le foie et devrait permettre à la fonction hépatique de s’améliorer. Même de petites quantités d'alcool dans les 24 heures suivant un test GGT peuvent provoquer une augmentation temporaire de la GGT. Cependant, la variabilité génétique entre les individus peut entraîner des différences dans cette réponse de la GGT à la consommation d'alcool.

Comment faire baisser le volume globulaire moyen (VGM) ?

Le dosage du VGM fait partie du dosage sanguin de la numération formule sanguine, appelée NFS ou hémogramme. Donnée très utile notamment en cas d'anémie ou de consommation chronique d’alcool (alcoolisme), le VGM (volume globulaire moyen) est le plus souvent demandé au cours d'un bilan sanguin.

Le VGM doit être analysé par un professionnel de la santé en fonction du reste de l’analyse (hémogramme), et de la liste des causes d'un taux trop élevé (lors d’anémies macrocytaires, hypothyroïdie, hépatites, cirrhose, traitent par chimiothérapie ou antibiotiques, etc.) ou trop bas (comme dans le cas d’une microcytose, etc.) de VGM

Lorsqu’une anomalie du VGM est présente, seul le médecin traitant peut interpréter l'ensemble des données de la prise de sang et de l'examen clinique, et donner les recommandations afin de stabiliser le volume globulaire moyen à un niveau normal.

Quels sont les médicaments qui font augmenter les Gamma GT ?

Les médicaments pouvant entraîner une élévation du taux de GGT comprennent la phénytoïne [20] , la carbamazépine et les barbituriques [21]  tels que le phénobarbital [22] .

L’utilisation de nombreux autres médicaments sur ordonnance et en vente libre, y compris les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les hypolipidémiants [23] , les antibiotiques, les antagonistes des récepteurs de l'histamine, les agents antifongiques, les antidépresseurs, les contraceptifs oraux et les hormones comme la testostérone, peuvent augmenter les niveaux de GGT.

Enfin certains anticoagulants et les médicaments immunosuppresseurs augmentent également les taux de GGT dans le sérum.

Qu'est-ce qui fait baisser les gamma GT ?

Afin de réduire le taux de la gamma glutamyltransférase, les professionnels de santé (des services médicaux à l'hôpital [24] et des cabinets médicaux en ville) recommandent généralement de surveiller et modifier le régime alimentaire, en plus de réduire fortement ou supprimer la consommation d'alcool.

Grâce à l’alimentation [25], un patient peut améliorer son taux de la gamma glutamyltransférase, en favorisant plus d’œufs, de volaille, de portions de légumes [26], et avec l'objectif de réduire drastiquement la consommation de viande rouge et de charcuterie.

Quelle plante pour faire baisser les gamma GT ?

Le régime alimentaire [27], l’activité physique [28], et l’hygiène de vie sont des éléments-clefs dans l’objectif de faire baisser les gamma GT. Cependant, seul un professionnel de la santé, grâce aux résultats d’un bilan hépatique sanguin complet d’un patient, peut établir des recommandations et prendre en charge un patient.

L’usage des médecines douces et alternatives [29] dans ce cadre ne disposent pas à ce jour de suffisamment d’études et de résultats cohérents pour conseiller précisément des plantes afin de faire baisser les gamma GT.

Même si certains essais combinant des médicaments [30] conventionnels et à base de plantes ont montré des résultats favorables, pour contribuer à la protection contre la cirrhose du foie et améliorer la récupération du foie cirrhotique, les chercheurs doivent encore approfondir les recherches avant de renforcer leur conclusion.

Gamma GT et stress

Une étude [31] publiée en 2004 dans la revue scientifique Free Radical Research montre que de fortes associations de la GGT sérique avec de nombreux facteurs de risque et/ou événements cardiovasculaires pourraient être expliquées par un mécanisme lié au stress oxydatif.

Ces résultats épidémiologiques suggèrent que la GGT sérique pourrait être utile pour étudier les problèmes liés au stress oxydatif dans les contextes épidémiologiques et cliniques.

Bon à savoir | GGT et indice de stéatose hépatique

Index pour le diagnostic de la stéatose hépatique non alcoolique

La stéatose hépatique non alcoolique (NASH, ou non-alcoholic steatohepatitis) est devenue une épidémie mondiale. Il existe non seulement un grand intérêt dans le monde entier pour comprendre les causes et les conséquences de la stéatose hépatique, mais aussi pour diagnostiquer la stéatose hépatique à un stade précoce.

Les chercheurs du Département de médecine interne de l'hôpital universitaire de Tübingen et de l'Institut de recherche sur le diabète et les maladies métaboliques (IDM) de Helmholtz Zentrum München, ont généré un nouvel indice à partir de données cliniques qui peuvent prédire la présence d'une stéatose hépatique avec une grande précision.

Actuellement, environ un adulte sur trois dans les pays industrialisés a une stéatose hépatique morbide. Selon l'INSERM, « la stéatohépatite non alcoolique (NASH, pour non-alcoholic steatohepatitis) est une maladie chronique qui concernerait plus de 200 000 personnes en France. Elle correspond à une accumulation de graisses dans le foie (stéatose) associée à une inflammation de l'organe (hépatite) ». [33]

Pour les patients, cela augmente non seulement le risque de maladies hépatiques avancées telles que la cirrhose du foie et le cancer du foie, mais aussi, en particulier, le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires. Afin de pouvoir intervenir précocement avec des mesures préventives et thérapeutiques, la stéatose hépatique doit être détectée à temps. Dans ce but, l'examen échographique du foie et la détermination des valeurs hépatiques conviennent, cependant dans la plupart des cas, ils ne peuvent diagnostiquer la stéatose hépatique qu'à un stade avancé.

Des tests plus modernes tels que la spectroscopie par résonance magnétique (SRM) sont plus significatifs, mais ils ne sont pas largement applicables en raison des coûts relativement élevés de la pratique clinique. Par conséquent, les scientifiques du monde entier travaillent sur des méthodes simples et précises qui conviennent mieux au diagnostic d'une stéatose hépatique. Parmi les différents indices qui ont été développés et semblent efficaces, le Fatty Liver Index (FLI), ou « indice de stéatose hépatique » en français, constitué des paramètres suivants : âge, tour de taille, taux de triglycérides (TG) mesurés dans le sang à jeun, gamma-glutamyl transpeptidase (GGT). En effet, l'indice de stéatose hépatique (FLI) est un algorithme basé sur le tour de taille, l'indice de masse corporelle (IMC), les triglycérides et la gamma-glutamyl-transférase (GGT) pour la prédiction de la stéatose hépatique, qui est facile à utiliser pour chaque patient.

Les chercheurs expliquent dans une étude publiée en 2017 dans la revue Diabetes & Metabolism, qu'ils ont développé un FLI amélioré. Effectivement, comme le précisent les auteurs, « en plus des paramètres du FLI, ils ont utilisé les taux de TG (triglycérides) et de glucose d'un test de tolérance au glucose oral mesuré au point temporel de deux heures ainsi que la variante génétique la plus importante pour la stéatose hépatique ». [34]

Sur la base des données de l'étude TULIP (Tübingen Lifestyle Intervention Program), ils ont pu montrer qu'avec ce nouvel indice étendu de stéatose hépatique, non seulement la stéatose hépatique peut être mieux diagnostiquée qu'avec le FLI connu, mais aussi plus déterminer avec précision la probabilité de réduire la teneur en graisse du foie lors d'une intervention sur le mode de vie. Les chercheurs soulignent que « cet indice sera de plus en plus utilisé en pratique clinique pour diagnostiquer la stéatose hépatique à un stade précoce afin de prévenir les conséquences de la stéatose hépatique ».

Niveaux de gamma-GT et troubles cognitifs post-AVC

Une étude de cohorte multicentrique publiée en février 2022 dans la revue BMC Neurology [35] s'est intéressée aux liens entre les niveaux de gamma-GT et les troubles cognitifs. En effet, les auteurs ont découvert que les niveaux de gamma-glutamyl transférase sont associés à la survenue de troubles cognitifs post-AVC.

Les chercheurs précisent que la gamma-glutamyl transférase (GGT) est impliquée dans le maintien des concentrations physiologiques de glutathion (protéine nativement produite par l'organisme, qui est un tripeptide composé de trois acides aminés : le glutamate, la cystéine et la glycine) dans les cellules et les protège des dommages induits par le stress oxydatif (agressions motivées par des molécules dérivant de l'oxygène aux cellules du corps). Toutefois, son rôle dans les troubles cognitifs post-AVC (en anglais, « Post-stroke cognitive impairment » ou PSCI) reste inconnu. Ainsi les chercheurs ont étudié les effets de la gamma-GT sérique sur troubles cognitifs post-AVC.

Pour obtenir leurs résultats, les auteurs ont mené une étude de cohorte prospective multicentrique, en recrutant presque deux mille participants ayant subi un AVC ischémique mineur ou un accident ischémique transitoire (AIT), dont les taux de gamma-GT de base ont été mesurés. Les participants ont été classés en quatre groupes selon les quartiles des niveaux de gamma-GT de base. Les fonctions cognitives ont été évaluées à l'aide du test d'évaluation cognitive de Montréal (MoCA). Aussi, des modèles de régression logistique multiple (méthode de classification) ont été réalisés pour évaluer la relation entre la gamma-GT et les troubles cognitifs post-AVC à trois mois de suivi.

Enfin, les résultats montrent que 34,29% des 1957 participants ont subi des troubles cognitifs post-AVC à trois mois de suivi. Le groupe du quartile avec un niveau de la gamma-GT le plus élevé présentait un risque plus faible de troubles cognitifs post-AVC dans le modèle entièrement ajusté, par rapport au groupe le plus faible. D'autre part, l'incorporation de la gamma-GT au modèle conventionnel a entraîné de légères améliorations des résultats des troubles cognitifs post-AVC après trois mois. En conclusion, les chercheurs soulignent que les taux sériques de la gamma-GT sont inversement associés au risque de troubles cognitifs post-AVC, des taux extrêmement faibles étant des facteurs de risque viables pour les troubles cognitifs post-AVC.

Sources

  1. « Alcool et adolescence. Attention danger ! » Le Guide Santé, Actualités Santé Publique. 2020. https://www.le-guide-sante.org/actualites/sante-publique/alcool-adolescence-attention-danger
  2. « Structure et fonction du foie. » Par Danielle Tholey , MD, Thomas Jefferson University Hospital. Le Manuel MDS. 2019. https://www.msdmanuals.com/
  3. « Diabète de type 2 : surpoids et taux de glycémie élevé. Le diabète gras n'est plus l'apanage du sujet adulte ! » Le Guide Santé, Actualités Médecine. 2020. https://www.le-guide-sante.org/actualites/medecine/diabete-type-2-surpoids-glycemie-eleve
  4. « Rapport sur la santé dans le monde. Chapitre 7 : Les systèmes de santé. Les systèmes de santé: des soins intégrés fondés sur des principes. » OMS (Organisation Mondiale de la Santé). http://apps.who.int/
  5. « Athérosclérose. Une évolution lente, mais parfois dramatique. » INSERM. https://www.inserm.fr/
  6. « Lésions élémentaires des tubules rénaux. » Doi : 10.1016/S1762-0945(19)64583-3. Centre de Pathologie Est, Hospices civils de Lyon, Université Claude-Bernard Lyon 1, Sorbonne Université, AP-HP, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière. EM Consulte - 21/03/19 [18-018-A-20]. https://www.em-consulte.com/
  7. « Les Fonctions du Foie. » Claire Mony, Pr. Jean-Charles Duclos-Vallée. Centre Hépato-Biliaire - Hôpital Universitaire Paul Brousse. Villejuif. 06/10/2014. https://www.centre-hepato-biliaire.org/
  8. Koenig G, Seneff S. « Gamma-Glutamyltransferase: A Predictive Biomarker of Cellular Antioxidant Inadequacy and Disease Risk. » Disease Markers. 2015 ; 2015:818570. doi:10.1155/2015/818570, https://www.hindawi.com/
  9. « Physiologie de la bilirubine. » Doi : 10.1016/S1155-1976(20)45884-X. EM Consulte. 01/04/20 [7-005-B-05]. https://www.em-consulte.com/
  10. « Obstruction biliaire : pas toujours simple ! » Doi : 10.1016/j.jradio.2013.02.013. Clinique universitaire de radiologie et imagerie médicale CHU Grenoble. 20/07/13. https://www.em-consulte.com/
  11. « Microsome Enzyme. » ScienceDirect. https://www.sciencedirect.com/
  12. « Partie III - La chaîne respiratoire mitochondriale. Chapitre 6 - Chaîne Respiratoire Mitochondriale = CRM. 6.6 - Cytochrome oxydase (complexe IV). » Médecin Sorbonne Université. http://umvf.cerimes.fr/
  13. « Modifications de la perméabilité membranaire mitochondriale au cours de l’apoptose : ouverture ou rupture ? » Mini-Synthèse Médecine/sciences 2000 ; 16 : 261-4. http://www.ipubli.inserm.fr/
  14. « Les Dosages sanguins liés aux maladies hépatiques. » Auteur : Dr. Bruno Roche. Centre Hépato-Biliaire - Hôpital Universitaire Paul Brousse. Villejuif. 2016. https://www.centre-hepato-biliaire.org/
  15. Assistance Publique - Hôpitaux de Paris - site Hôpital Paul-Brousse, https://www.le-guide-sante.org/le-guide/ile-de-france/val-de-marne/villejuif/assistance-publique-hopitaux-de-paris-site-hopital-paul-brousse
  16. « Aspect des urines » Centre urologie Prado-Louvain. Marseille, France. PDF. http://www.centredurologiepradolouvain.fr/f
  17. « Test ID: GGT. Gamma-Glutamyltransferase (GGT, Gamma GT), Serum. » Mayo Clinic Laboratories. https://www.mayocliniclabs.com/
  18. « Stéatose et Stéato-hépatite » AFEF (Société Française d'Hépatologie). https://afef.asso.fr/
  19. Gamma GT, https://www.alcool-info-service.fr/
  20. « Substance active phénytoïne. » Vidal. 2013 https://www.vidal.fr/
  21. « Barbituriques : éléments diagnostiques. » Pr Vincent Danel, Université Grenoble Alpes. Décembre 2019. https://www.sfmu.org/toxin/
  22. Neshan B Ilangaratne a, Nilanka N Mannakkara a, Gail S Bell a & Josemir W Sander. Phénobarbital: mort au combat. Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé. Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé 2012;90:871-871A. doi: 10.2471/BLT.12.113183, https://www.who.int/

  23. « Hypolipémiants. » Descripteur MeSH. CHU Rouen. CiSMeF. http://www.chu-rouen.fr/
  24. Annuaire Hôpitaux et Clinique, Le Guide Santé, https://www.le-guide-sante.org/le-guide
  25. Actualités Nutrition, Le Guide Santé, https://www.le-guide-sante.org/actualites/nutrition
  26. Régime végétarien : avantages et inconvénients , https://www.le-guide-sante.org/actualites/nutrition/regime-vegetarien-avantages-inconvenients
  27. Les aliments anti-cancer : régime et conseils, Le Guide Santé, https://www.le-guide-sante.org/actualites/nutrition/aliments-anti-cancer-regime-conseils
  28. L'activité physique est un traitement : interview d'un médecin du sport, Le Guide Santé, https://www.le-guide-sante.org/actualites/forme-et-bien-etre/activite-physique-interview-medecin-sport
  29. Médecine douce : le guide des médecines douces, Le Guide Santé, https://www.le-guide-sante.org/actualites/forme-et-bien-etre/medecines-douces-guide-recommandations
  30. Actualités Médicament, Le Guide Santé, https://www.le-guide-sante.org/actualites/medicaments
  31. Lee DH, Blomhoff R, Jacobs DR Jr. Is serum gamma glutamyltransferase a marker of oxidative stress? Free Radic Res. 2004 Jun;38(6):535-9. doi: 10.1080/10715760410001694026. PMID: 15346644. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/
  32. Le stress : définition, causes, symptômes et comment le gérer. https://www.le-guide-sante.org/actualites/forme-et-bien-etre/stress-definition-causes-symptomes-comment-gerer

  33. Stéatohépatite non alcoolique : de l’importance des macrophages du foie. https://www.inserm.fr/

  34. An extended fatty liver index to predict non-alcoholic fatty liver disease. Diabetes & Metabolism. Volume 43, Issue 3, June 2017, Pages 229-239. https://www.sciencedirect.com/

  35. Li, S., Liao, X., Pan, Y. et al. Gamma-glutamyl transferase levels are associated with the occurrence of post-stroke cognitive impairment: a multicenter cohort study. BMC Neurol 22, 65 (2022). https://doi.org/

Le guide des hôpitaux et cliniques de France.

Recherchez parmi les 1335 établissements