Ménopause et traitements naturels :

de la phytothérapie à la médecine douce

La ménopause est l’arrêt des règles qui survient vers l’âge de 50 ans et qui correspond à l’arrêt du fonctionnement hormonal de l’ovaire selon la définition du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français.

En dépit de son cortège de symptômes difficiles à vivre, cette période de transition est une étape cruciale dans la vie d'une femme mais elle peut toutefois être vécue positivement. Les symptômes de la péri-ménopause et/ou de la ménopause peuvent être aisément restreints voire supprimés. Les différents traitements alternatifs et les médecines douces vont offrir une réelle amélioration de la vie au quotidien pour les femmes de 50 ans et plus.

Les signes et symptômes de la pré-ménopause, de la ménopause précoce et de la ménopause

Si certaines femmes passent le cap de la ménopause naturellement, pour d’autres, la ménopause se manifeste sous forme de premiers signes et différents symptômes qui réduisent la qualité de vie et deviennent vraiment embarrassants dans certains cas. Les plus fréquents sont la prise de poids tant redoutée et la peau qui perd son élasticité en se desséchant. La libido en chute libre et la sécheresse vaginale qui touchent un nombre important de femmes ménopausées influencent négativement leur vie sexuelle

Les bouffées de chaleur et l’irritabilité (sautes d'humeur) deviennent le lot au quotidien rendant difficiles les relations à deux. Les fuites urinaires déstabilisent dans la mesure où elles perturbent à la fois la vie professionnelle mais aussi toute forme de vie sociale. 

Troubles du sommeil, sudation nocturne ou encore palpitations en plus d’une fatigue corporelle permanente qui souvent s’installent pendant la ménopause, peuvent réellement mettre à mal votre organisme même s’il est particulièrement résistant. La déprime est souvent présente parmi les symptômes les plus courants. Les migraines persistantes et les troubles de la mémoire accompagnent parfois la ménopause et préménopause. 

Au-delà de ces symptômes qui peuvent miner bien sûr, le moral, les symptômes de la ménopause se manifestent parfois de manière plus menaçante. La carence en œstrogènes fragilise le squelette et est à l’origine de l’ostéoporose. Elle entraîne aussi chez certaines femmes, une augmentation du mauvais cholestérol et ainsi, des risques cardio-vasculaires. 

Mais pas question de se laisser aller, il y a des solutions et autres que le traitement médicamenteux par exemple.

Fort heureusement, les traitements naturels permettent de restreindre voire supprimer les symptômes parfois réellement handicapants de la ménopause. 

Phytothérapie, oestrogènes naturels, homéopathie, aromathérapie et huiles essentielles 

Les femmes peuvent éviter les désagréments de ce phénomène qui survient autour de la cinquantaine, de manière naturelle. Cette période peut être vécue d’une manière positive si elles prennent en charge leur santé. 

Malgré une efficacité globale de l’homéopathie assez controversée dans le monde scientifique, cette approche a le vent en poupe et semblerait réduire les sensations de bouffées de chaleur chez les femmes en pré-ménopause et présente principalement l'avantage de n'avoir aucun risque de surdosage. A contrario, d'autres solutions comme la phytothérapie sont en revanche à utiliser avec précaution même si le recours aux plantes et à la phytothérapie est une manière douce pour mieux vivre sa ménopause. Parmi les différentes plantes utilisées, on peut citer la mélisse et le ginseng qui combattent la fatigue, le stress et sont bons pour le moral ou encore l’aubépine qui régularise la tension et réduit palpitations et insomnies. L’actée à grappes, autre trésor de la nature, limite une série de troubles en rapport avec la ménopause : bouffées de chaleur, insomnies, sudation…à raison de 40 à 80 mg par jour. Les graines de lin, riches en oméga 3, réduisent elles aussi les bouffées de chaleur. 

Certaines plantes stimulent la production d’œstrogènes ou imitent l’action de ceux-ci (oestrogen-like) comme la sauge sclarée, le cyprès vert, la menthe poivrée et l’anis vert. Elles sont utilisées sous forme d’huiles essentielles, de gélules ou même de tisanes. La sauge en infusion (1 à 3 g de feuilles séchées, 10 minutes dans un bol d'eau bouillante) est notamment reconnue pour son effet œstrogènes-like qui compense la baisse hormonale et pour son action sur les sueurs nocturnes. Attention, l'huile essentielle de sauge est contre-indiquée en cas d’antécédent de cancer hormono-dépendant ( cancer du sein, du col de l’utérus, des ovaires). La spiruline, algue riche en protéines, fer et minéraux, dont les bienfaits sont désormais reconnus, aide efficacement à lutter contre la fatigue résultant des changements hormonaux. Le safran au goût si délicat, lui, est un anti-déprime confirmé. Le soja, riche en phytoestrogènes et isoflavones fait chuter le taux de mauvais cholestérol et augmente celui de bon cholestérol.

La baisse de libido est prise en charge efficacement avec le ginseng, le maca (ginseng péruvien), la passiflore et l’hélionas. Le Viagra féminin booster de libido (flibansérine), sorte d’aphrodisiaque destiné aux femmes n'est pas recommandée et n'est pas disponible en France. Il est bien plus préférable d'avoir recours à l’huile essentielle de rose de Damas (par voie cutanée) grâce à ses propriétés tonifiantes, énergisante et aphrodisiaque contribuant à booster l'appétit sexuel.

Acupuncture et ménopause 

Cette branche de la médecine traditionnelle chinoise, vieille de 5000 ans, a des effets bénéfiques sur les symptômes de la ménopause. Fondée sur le principe que l’énergie vitale doit circuler dans tout le corps, elle offre face aux désagréments de la ménopause, des résultats rapides et sans aucun effet secondaire. Les bouffées de chaleur pour ne citer qu’elles, sont provoquées par un trop plein d’énergie yang qui monte vers le haut. L’acupuncture influence le système endocrinien et rétablit l’équilibre. Les organes trop sollicités seront soutenus ou libérés. 

Sport et ménopause 

Le sport permet de lutter efficacement contre la prise de poids mais aussi contre d’autres symptômes comme les bouffées de chaleur, les troubles du sommeil et les sautes d'humeur. La pratique quotidienne de la marche réduit également, les risques cardio-vasculaires et diminue le mauvais cholestérol. Quelques heures de marche freinent l’ostéoporose et la perte de masse osseuse mais allègent aussi les douleurs articulaires. La pratique du vélo et/ou de la natation est également conseillée à partir de la ménopause. 

Alimentation équilibrée contre la fatigue 

La fin de l’activité ovarienne est synonyme de changements corporels. La masse musculaire se réduit et la graisse au niveau du ventre est souvent, en augmentation. Cela entraîne un danger au niveau cardio-vasculaire. L’alimentation à la ménopause doit aussi pallier au manque de tonus, à la perte d’énergie qui caractérise cette période de la vie. Il est conseillé de consommer des aliments à index glycémique bas. Le riz et le pain complet, le quinoa, les fibres…répondent à cette exigence. Ils évitent le coup de pompe mais aussi la fringale qui conduit à grignoter. 

La déminéralisation des os nécessite de plus grands apports en calcium, vitamines D et protéines. La consommation régulière de produits laitiers et d’eaux minérales riches en calcium à laquelle on ajoutera les poissons gras, riche en vitamine D et les œufs agissent préventivement sur les problèmes d’ostéoporose. Une alimentation équilibrée est toujours synonyme de bien-être.

La consommation de magnésium permet de lutter contre l'irritabilité,  le stress et l’ anxiété. Malgré sa présence en quantité suffisante dans notre alimentation (légumes verts, chocolat, fruit oléagineux...),  il est recommandé de le consommer également en complément alimentaire au cours de la ménopause.

La mélatonine ou hormone du sommeil est produite à partir de la sérotonine. Ce neurotransmetteur est lui-même produit à partir d'un acide aminé, le tryptophane présent en grande quantité dans le riz complet, les volailles, les amandes, les bananes ou le chocolat. 

Avantages des thérapies douces sans hormone

L’atout majeur est que toutes ces thérapies, aromathérapie et huiles essentielles, phytothérapie (sauge sous forme d'infusion...), acupuncture, voire l'homéopathie évitent à la femme en phase de ménopause, de recourir à des traitements hormonaux de synthèse. Peu ou pas d’effets secondaires pour une ménopause tout en douceur. Il est relativement aisé de trouver un naturopathe, spécialiste des médecines douces, actuellement. Certains médecins traditionnels se sont également, formés à ces thérapies douces. 

Il faut sortir du mythe de la ménopause comme une période déstabilisante. Au contraire, en faisant face aux différents symptômes qui peuvent se manifester de manière positive, elle peut se révéler une période favorable pour se consacrer à soi-même.

La Rédaction



Les articles similaires :