E-santé

Le terme E-santé, lié à la Télésanté, la Télémédecine, correspond à la santé dans le cadre d'une application de la santé dans les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), et en particulier Internet.

« La mode déferlante des composés qui, à l’image de l’anglo-américain, ornent un terme anglais ou français d’un « e- », qui représente electronic et pourtant se prononce « i », n’est plus très nouvelle. Ainsi « e-mail », que seuls les Québécois ont intelligemment remplacé par « courriel », « courrier él(ectronique) », est entré dans nos habitudes. « E-business » ou « e-book », autres anglicismes imprononçables selon les normes françaises, ne sont pas non plus des nouveautés. Mais qu’on n’imagine pas lutter contre le franglais en disant e-commerce et aujourd’hui, donc, « e-santé », fâcheux hybrides : on aimerait mieux, à la québécoise, quelque « santé électronique », aimablement écrite « santelle ». Mais ne rêvons pas. M’éveillant, je déplore tout de même cette construction à l’anglaise (« électronique-santé », « e-santé »), cette prononciation aberrante (dit-on « ilectron », même en anglais ?) et finalement cet usage de santé où il ne s’agit plus d’un état souhaitable, sinon normal, de l’organisme vivant, mais des actions destinées à le maintenir ou à le restaurer. Il s’agit en fait, si on tient au e-baragouin, d’une e-médecine, ou e-thérapeutique, ou d’une e-information médicale. Cela fait plusieurs raisons pour renâcler, sinon devant l’apport de la toile à la pratique médicale, du moins devant cette boiteuse e-santé, qui n’est autre qu’une aide électronique aux professions de santé. Reste à trouver une manière brève, élégante, claire de le dire et qui soit acceptée de tous. Saint Internet, inspirez-nous ! » (Conseil national de l’Ordre des médecins / Alain Rey).

Liens


Nos partenaires et institutions: