Psoriasis : tout ce qu'il faut savoir sur cette maladie inflammatoire chronique

Temps de lecture
9 min

Le psoriasis, mot provenant du grec ancien « psôríasis » signifiant « éruption galeuse », est une dermatose fréquente à évolution chronique dont l'étiologie est inconnue. Maladie essentiellement cutanée, le psoriasis ne se limite pas uniquement à la peau et peut avoir dans certains cas un lien entre d'éventuelles atteintes articulaires (rhumatisme psoriasique). Le nombre de cas de psoriasis « touche environ 2% de la population française » [1]. Maladie auto-immune chronique, le psoriasis provoque l'accumulation rapide de cellules cutanées qui engendre une desquamation à la surface de la peau, avec une inflammation et des rougeurs le plus souvent. Les squames psoriasiques typiques sont blanchâtres et se développent en plaques épaisses et rouges (plaques érythémato-squameuses). Toutefois, sur les types de peaux plus foncées, elles peuvent également apparaître plus violacées, brun foncé avec des écailles de couleur grise.

Résultat d'un processus accéléré de production de la peau, les cellules cutanées se développent profondément dans la peau et remontent lentement à la surface, puis tombent. Le cycle de vie typique d'une cellule cutanée est d'environ un mois, mais chez les patients atteints de psoriasis, ce processus de production peut se produire en quelques jours. De ce fait, les cellules de la peau n'ont pas le temps de tomber et conduit à l'accumulation de cellules cutanées.

Le psoriasis se produit dans le monde entier et touche des hommes et des femmes de tous âges, quelle que soit leur origine ethnique. De plus, il existe des preuves suggérant que la prévalence du psoriasis pourrait être en augmentation. Aussi, de nombreuses études ont démontré que le psoriasis peut avoir un impact considérable sur toutes les sphères de vie, même lorsqu'une surface corporelle relativement limitée est affectée. [2]

Bien que le traitement du psoriasis soit encore assez complexe, et qu'aucun remède miracle n'existe [3], il est tout de même possible de bénéficier d'une panoplie de traitements en ambulatoire (hôpital de jour) ainsi que la possibilité d’une hospitalisation selon les besoins des patients. « Le traitement du psoriasis est symptomatique et poursuivi sur une longue durée. Il est, le plus souvent, local par application sur la peau de pommades, crèmes ou lotions à base de dermocorticoïdes ou à base d'analogues de la vitamine D3 notamment » [4].

Patiente atteinte de psoriasis en plaques sur les avant-bras

Définition du psoriasis

Qu'est-ce que le psoriasis et d'où vient ce trouble cutané et extra-cutané ?

« Le psoriasis est une maladie inflammatoire multifactorielle de la peau (dermatose) qui touche environ 2% de la population française. Il survient chez des personnes présentant une prédisposition génétique et sous l’influence de facteurs favorisants. La maladie peut apparaître à tout âge, mais il existe un pic d’apparition entre 20 et 40 ans. Environ un tiers des cas se déclarent avant 20 ans, y compris chez des sujets très jeunes. Les débuts précoces ne sont pas plus sévères, mais ils sont associés à davantage de récidives par la suite ». [1]

Le psoriasis est une maladie chronique, non transmissible, douloureuse, défigurante et invalidante pour laquelle il n'existe à ce jour aucun remède. Maladie avec un impact négatif important sur la qualité de vie des patients, le psoriasis peut survenir à tout âge et est plus fréquent dans le groupe d'âge de 50 à 69 ans [2].

En effet, le psoriasis entraîne un lourd fardeau physique, émotionnel et social. La défiguration, le handicap et la perte conséquente de productivité sont des défis courants pour les patients atteints de psoriasis. Le bien-être mental a également un coût important, comme des taux plus élevés de dépression.

L'étiologie du psoriasis reste incertaine, même s'il existe des preuves de prédisposition génétique. Aussi, le rôle du système immunitaire dans l'étiologie du psoriasis est également un sujet d'étude majeur.

Soulignons que quand bien même il y ait des rapprochements sur le fait que le psoriasis pourrait être une maladie auto-immune, aucun auto-antigène (antigène de l'organisme) qui pourrait être responsable n'a encore été défini par les chercheurs.

D'autre part, le psoriasis peut également être provoqué par des déclencheurs externes et internes, comme un traumatisme léger, des infections, un état de stress, un érythème actinique (coup de soleil), la prise de certains médicaments.

Associé à un certain nombre de comorbidités, le psoriasis touche la peau et les ongles, avec des lésions cutanées localisées ou généralisées. Ces lésions sont en particulier symétriques, délimitées, sous forme de papules et de plaques rouges, le plus souvent couvertes de squames en forme d'écailles blanches ou argentées.

De plus, les lésions provoquent des démangeaisons, des sensations de picotements et des douleurs. Il est aussi démontré que certains patients atteints de psoriasis peuvent développer une arthrite inflammatoire chronique (arthrite psoriasique) entraînant des déformations articulaires et une invalidité. « Entre 4,2 % et 69 % de tous les patients souffrant de psoriasis développent des modifications des ongles (8-10). Les personnes atteintes de psoriasis courent un risque accru de développer d'autres affections cliniques graves telles que les maladies cardiovasculaires et autres maladies non transmissibles » [2].

Chez les patients atteints de psoriasis, des squames sous forme d'écailles se développent généralement sur les articulations, telles que les coudes et les genoux. Cependant, ils peuvent se développer n'importe où sur le corps, y compris les mains (extérieur et paumes des mains), les pieds, le cou, le cuir chevelu, le visage ; et dans certains cas les aisselles, les plis de l'aine, le sillon inter-fessier ou le nombril, dans le cas d'un psoriasis inversé (psoriasis des plis).

Quels sont les symptômes les plus courants de cette affection de la peau ?

Psoriasis du coude, du genou, du cuir chevelu, du visage, des mains, des ongles,...

Les symptômes du psoriasis diffèrent d'un patient à l'autre. Ils dépendent du type de psoriasis, et les zones de psoriasis peuvent être minuscules et localisées, ou couvrir la majorité du corps du patient.

« Le psoriasis en plaques est la forme de psoriasis la plus fréquente. Elle représente plus de 80 % des cas » [5].

Les symptômes les plus courants du psoriasis en plaques comprennent :

  • plaques de peau surélevées et enflammées, rouges sur la peau claire et brunes ou violettes sur une peau foncée ;
  • squames blanchâtres, ou fine pellicule argentée, sur les taches rouges ou écailles grises ;
  • peau sèche qui peut se fissure et saigne ;
  • douleur autour des lésions ;
  • démangeaisons (prurit) et sensations de brûlure (paresthésies) autour des plaques ;
  • ongles épais et dénoyautés ;
  • articulations douloureuses et enflées (rhumatisme psoriasique ou arthrite psoriasique).

Les patients ne ressentiront pas tous ces symptômes et passent par des phases de symptômes. Certains ressentiront des symptômes entièrement différents selon le type de psoriasis. La condition peut provoquer des symptômes graves pendant quelques jours ou quelques semaines, puis les symptômes peuvent disparaître et être presque imperceptibles. Ils peuvent réapparaitre et s'aggraver, voire disparaître complètement.

 

Patient atteint de psoriasis des mains

 

Quels sont les différents types de psoriasis ?

Il existe différents types de psoriasis dont certains types sont plus rares que d'autres, et nécessitent des traitements plus complexes et peuvent avoir des effets plus graves sur la santé des patients.

Parmi les formes de psoriasis, on recense particulier :

Psoriasis en plaques (psoriasis vulgaire)

Le psoriasis en plaques, ou psoriasis vulgaire, est le type de psoriasis le plus courant chez les personnes atteintes de psoriasis en plaques.

Le psoriasis en plaques provoque des taches rouges et enflammées sur les peaux claires. Sur les peaux foncées, le psoriasis en plaques provoque des taches violettes ou grisâtres (voire brunes) plus foncées, ce qui peut rendre plus difficile le diagnostic. Les plaques sont souvent recouvertes de squames en forme d'écailles, ou de plaques blanchâtres. Ces plaques se trouvent généralement sur les coudes, les genoux et le cuir chevelu.

Psoriasis en gouttes

Le psoriasis en gouttes survient généralement dans l'enfance. Ce type de psoriasis provoque de petites taches roses ou violettes. Les sites les plus courants de psoriasis en gouttes sont situés sur le torse, les bras et les jambes. Les taches sont rarement épaisses ou surélevées comme dans le cas du psoriasis en plaques.

« Le psoriasis en gouttes est une forme de psoriasis, particulière du fait de son aspect clinique et de son mode de survenue parfois en réaction à une infection de la gorge (angine). Il touche essentiellement les enfants et les adultes jeunes » [6].

Psoriasis pustuleux

« Le psoriasis pustuleux est une autre forme peu fréquente de psoriasis. Dans cette forme, des cloques remplies de pus (pustules), petites et grosses, sont dispersées partout sur le corps » [7].

Notons, que le psoriasis pustuleux est plus fréquent chez les patients adultes. Les cloques blanches remplies de pus (exsudat pathologique) et les zones rouges ou violettes selon le teint de la peau, sont généralement localisées dans des zones plus petites du corps, telles que les mains ou les pieds, mais il peut être répandu.

Psoriasis inversé (psoriasis des plis)

Le psoriasis inversé, ou psoriasis des plis, provoque des zones claires de peau rouge, brillante et enflammée. Le psoriasis inversé affecte les plis cutanés. Ce sont les zones de frottements du corps, où la peau frotte contre la peau. Des plaques de psoriasis inversé se développent sous les aisselles ou les seins, les avant-bras, dans l'aine ou autour des plis cutanés des organes génitaux.

En effet, ce type de psoriasis peut survenir dans n'importe quelle zone du corps présentant des plis (cou, fesses, bras, seins, aine, intérieur des cuisses). De plus, les patients atteints de psoriasis inversé ont souvent une autre forme, comme le psoriasis en plaques, sur d'autres parties du corps. A l'opposé des lésions du psoriasis en plaques, qui sont surélevées de peau sèche et squameuse sur de grandes parties du corps, le psoriasis inversé a tendance à apparaître en petites plaques et les lésions sont plus inflammatoires que squameuses.

Psoriasis érythrodermique

Le psoriasis érythrodermique est une forme de psoriasis très grave et très rare, qui couvre le plus souvent de grandes parties du corps à la fois. La peau apparaît presque comme brûlée par le soleil (érythème actinique). Les squames en forme d'écailles se développent et se détachent souvent en grandes sections.

« Il s’agit d’une forme grave de psoriasis, car, comme dans le cas d’une brûlure, elle prive la peau de sa fonction de barrière protectrice contre les traumatismes et les infections » [7]. Provoquant généralement de la fièvre et certaines maladies, cette forme de psoriasis peut mettre la vie du patient en danger, il est donc important de consulter et être suivi par un professionnel de santé.

Psoriasis des muqueuses

« Cette forme de psoriasis est moins fréquente que les autres localisations. Elle peut atteindre la bouche, au niveau de la langue et de l’intérieur des joues, ainsi que les muqueuses génitales (gland, vulve, vagin). »

« Dans ce cas, le psoriasis peut provoquer un handicap dans la vie sexuelle. Les relations sexuelles sont déconseillées en période de poussée, afin d’éviter des microtraumatismes qui pourraient aggraver les symptômes. S’il n’est pas gênant, le psoriasis des muqueuses ne justifie pas de traitement » [5].

« Le psoriasis affecte 2 à 4 % de la population dans les pays occidentaux, avec des taux de prévalence influencés par l'âge, la situation géographique et les antécédents génétiques ». [8]

Le psoriasis est-il contagieux ?

Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique qui n'est pas du tout contagieuse. Il n'est pas possible de transmettre le psoriasis lors du toucher d'une lésion, d'un vêtement ou d'un objet d'un patient, à une autre personne.

L'héritage multifactoriel du psoriasis : quelles sont les causes du psoriasis ?

« L'identification du psoriasis en tant qu'entité distincte n'est intervenue qu'au XIXe siècle, lorsque les descriptions cliniques l'ont distingué des autres affections cutanées. Les descriptions histopathologiques des années 1960 et 1970 ont permis d'éclairer la physiopathologie du psoriasis, mais de nombreux aspects de la maladie restent inconnus à ce jour » [9].

En effet, à ce jour, les chercheurs et professionnels de santé spécialistes de la peau (dermatologues ou dermatologistes) ne connaissent pas exactement l'origine de ce qui cause le psoriasis. Toutefois, grâce à plusieurs décennies de recherche, les deux facteurs clés en cause seraient la génétique et le système immunitaire.

Pour une partie des patients, le psoriasis est considéré comme une maladie auto-immune. Ces conditions auto-immunes, dans le cas du psoriasis, font que les globules blancs (lymphocytes T) attaquent par erreur les cellules de la peau.

Généralement, dans le corps, les globules blancs sont déployés pour attaquer et détruire les bactéries envahissantes et nous défendre contre les éventuelles infections.

Ainsi, cette attaque auto-immune erronée provoque une augmentation du processus de production des cellules cutanées. Cette production accélérée entraîne le développement excessif de nouvelles cellules cutanées qui sont poussées à la surface de la peau, où elles s'accumulent. De la sorte, il peut en résulter des plaques érythémato-squameuses (zones cutanées rouges et enflammées).

Enfin, certains patients héritent de gènes spécifiques et sont plus susceptibles de développer un type de psoriasis au cours de leur vie. Effectivement, si une personne a un membre de sa famille proche atteint de psoriasis, elle est à un risque accru de développer cette maladie chronique de la peau. [10]

Comment diagnostiquer le psoriasis ?

Psoriasis, eczéma,... ? Comment savoir si c'est un psoriasis ?

Afin de diagnostiquer le psoriasis, un médecin dermatologue examine la peau, les ongles et le cuir chevelu d'un patient en consultation, à la recherche de signes de l'affection. La plupart des professionnels de santé peuvent établir un diagnostic avec un simple examen physique.

En effet, les symptômes du psoriasis sont le plus souvent évidents et commodes à distinguer des autres affections pouvant provoquer des symptômes comparables.

Néanmoins, si les symptômes du patient ne sont pas assez clairs, et dans le souci de confirmer le diagnostic supposé, dans de rares cas, un échantillon de peau (biopsie) du patient peut être prélevé afin d'être analysé au microscope en laboratoire. Cette biopsie peut être réalisée sous anesthésie locale, soit en cabinet de ville soit en établissement de santé.

Quels sont les facteurs déclencheurs du psoriasis ? Quand apparaît-il ?

Stress, alcool, médicaments, infections,... ?

Plusieurs facteurs déclencheurs externes différents sont à l'origine des crises (poussées) de psoriasis chez les patients.

On recense en particulier les facteurs suivants :

  • Le stress, par exemple suite à un choc émotionnel ;
  • Une égratignure ou une coupure ;
  • La prise de certains médicaments, avec des effets indésirables, notamment : le lithium (régulateur de l'humeur), les médicaments anti-infectieux (antipaludéens,...), ou les médicaments contre l'hypertension ;
  • Une consommation excessive d'alcool ;
  • Une consommation de produits du tabac ;
  • Une infection, comme un rhume ou une angine streptococcique, peuvent parfois causer en partie une poussée de psoriasis. En effet, dans certains cas, le système immunitaire attaque par erreur les cellules saines de la peau, et peut créer une réponse immunitaire contre lui-même, en plus de la défense nécessaire contre l'infection présente.

Quel est le traitement indiqué contre le psoriasis ?

Le traitement du psoriasis repose toujours sur le contrôle des symptômes. Des thérapies topiques et systémiques ainsi que la photothérapie sont disponibles. En pratique, une combinaison de ces méthodes est souvent utilisée. Le besoin de traitement dure généralement toute la vie et vise la rémission.

Comme le souligne un article de l'INSERM, « aucun traitement ne permet aujourd’hui de guérir du psoriasis. Toutefois, il existe des traitements qui réduisent considérablement les symptômes et améliorent la qualité de vie. Ils doivent être pris en continu pour éviter les rechutes. Les médicaments de première intention sont des pommades anti-inflammatoires à base de cortisone ou de vitamine D » [3].

La prise en charge des patients atteints de psoriasis nécessite de traiter les lésions cutanées et les atteintes articulaires. De plus, il est crucial d'identifier et de gérer les comorbidités préexistantes ou pouvant survenir (maladies cardiovasculaires, diabète de type 2,...).

Maladie incurable à ce jour, le psoriasis bénéficie surtout de traitements visant à réduire l'inflammation et les plaques érythémato-squameuses, ainsi qu'à ralentir la croissance des cellules de la peau.

Les traitements du psoriasis peuvent être des traitements topiques (crèmes, onguents) appliqués directement sur la peau (corticostéroïdes topiques, rétinoïdes topiques, ...).

Les patients atteints de psoriasis modéré à sévère et ceux qui n'ont pas positivement répondu aux autres types de traitement peuvent se faire prescrire des médicaments oraux ou injectés.

Aussi, la luminothérapie (exposition aux ultraviolets ou à la lumière naturelle) peut être utilisée dans certains cas, en combinaison avec d'autres traitements afin de réduire les symptômes.

Quels médicaments contre le psoriasis ?

Lors de la prise en charge d'un patient atteint de psoriasis (modéré à sévère) le médecin peut envisager la prescription d'un médicament par voie orale ou par injection. [11]

Les traitements médicamenteux peuvent comprendre (liste non-exhaustive à titre informatif) :

  • Le méthotrexate (agent anti-inflammatoire et immunosuppresseur) ;
  • La ciclosporine (médicament immunosuppresseur) ;
  • L'acitrétine (famille des rétinoïdes) ;
  • Les médicaments de la famille des biothérapies (agents anti-TNF, comme : adalimumab, certolizumab, infliximab,..) ;
  • Les inhibiteurs d’interleukines (modifient le système immunitaire et réduisent l'inflammation) ;
  • L’aprélimast.

Psoriasis et atteintes extra-cutanées : l'arthrite psoriasique (APs) ou rhumatisme psoriasique

Maladie essentiellement cutanée, le psoriasis ne se limite pourtant pas uniquement à la peau et peut avoir dans certains cas un lien entre d'éventuelles atteintes articulaires (rhumatisme psoriasique). Effectivement, l'arthrite psoriasique (APs), ou rhumatisme psoriasique, est un type d'arthrite associé au psoriasis. Maladie inflammatoire chronique des articulations, où les tendons et les ligaments se connectent aux os, l'arthrite psoriasique est aussi une maladie associée à des problèmes de santé connexes (comorbidités).

Affectant certains patients atteints de psoriasis, l'arthrite psoriasique provoque généralement une raideur, un gonflement et des atteintes articulaires douloureuses. En effet, le rhumatisme psoriasique est une maladie hétérogène aux multiples manifestations musculo-squelettiques et dermatologiques.

Cette maladie peut débuter à tout âge et toucher autant les adultes que les enfants. Apparaissant le plus souvent entre l'âge de 30 et 50 ans, elle débute fréquemment environ 10 ans après le développement du psoriasis. [12]

Comme le psoriasis, le rhumatisme psoriasique est une affection de longue durée (ALD) qui peut s'aggraver progressivement au cours de la vie.

Dans certains cas graves, il y a un risque que les articulations soient endommagées ou déformées de façon permanente, ce qui peut nécessiter une intervention chirurgicale.

Toutefois, si l'arthrite psoriasique est diagnostiquée et prise en charge suffisamment tôt, la progression de la maladie peut être freinée. Ainsi, un traitement approprié peut être planifié à l'aide de thérapies efficaces pour traiter les domaines pertinents de la maladie.

La reconnaissance et le traitement précoces sont susceptibles d'entraîner de meilleurs résultats à long terme pour la majorité des patients, mais il existe des comorbidités métaboliques importantes, ainsi qu'une augmentation de la morbidité et de la mortalité cardiovasculaires.

Les traitements médicamenteux de fond traditionnels semblent avoir un bénéfice assez modeste, bien que certains nouveaux traitements comme les inhibiteurs du TNF alpha (anti-TNFα) soient efficaces pour la plupart des manifestations de la maladie.

Discrimination raciale et psoriasis : des consultations plus courtes selon les origines ?

Le psoriasis est une affection cutanée inflammatoire chronique fréquemment prise en charge par les dermatologues dans de nombreux pays. Toutefois, est-il obligé de rappeler que, quelle que soit l'origine d'un patient, les dermatologues ont l'obligation de fournir à chaque patient atteint de psoriasis suffisamment de temps afin de répondre au mieux à ses inquiétudes, ses préoccupations et développer une communication et une confiance solides.

Il est important de souligner qu'une communication médecin-patient inefficace peut signifier une mauvaise observance du traitement, ainsi qu'une mauvaise compréhension, une mauvaise satisfaction et des résultats pour le patient.

A ce jour, il n'est pas encore clair s'il existe des différences dans le temps qu'un dermatologue passe en consultation avec un patient atteint de psoriasis en fonction de sa race ou de son origine ethnique.

Une étude américaine publiée dans la revue scientifique JAMA Dermatology le 3 août 2022 [13], révèle que les patients asiatiques atteints de psoriasis reçoivent beaucoup moins de temps en face à face lors de leur consultation avec leur dermatologue que les patients d'autres races et ethnies.

Les chercheurs ont mené une étude transversale de données provenant d'une enquête nationale américaine sur les soins médicaux ambulatoires de 2010 jusqu'en 2016. Ils ont examiné l'association entre la race/l'origine ethnique des patients et le temps passé avec le dermatologue pour le traitement du psoriasis. "Les résultats montrent une estimation pondérée de 4 201 745 visites de patients pour le psoriasis a été identifiée".

Les chercheurs ont observé une différence significative dans l'âge des patients selon la race et pour le régime topique complexe entre les groupes. "La durée moyenne des visites était de 9,2, 15,7, 20,7 et 15,4 minutes pour les patients asiatiques, hispaniques ou latinos, noirs non hispaniques et blancs non hispaniques, respectivement". De plus, par rapport aux visites avec des patients de race blanche, les visites avec des patients asiatiques avaient une durée moyenne de 39,9 % plus courte, alors que par rapport aux consultations avec des patients non asiatiques en tant que groupe unique, les visites avec des patients asiatiques étaient 40,6 % plus courtes.

10 recommandations complémentaires contre le psoriasis (diététiques,...)

Le psoriasis peut parfois être difficile à vivre pour les patients. Comme le souligne une étude de l'IPSOS publiée en août 2022, « presque 6 personnes atteintes de psoriasis sur 10 appréhendent d'être victimes de moqueries ». « Pour 30 % d’entre elles, l’été est source de stress, pour 29 % de tristesse, et même de colère pour un quart d’entre elles. Au-delà de l’acceptation sociale, c’est aussi l’acceptation de son propre corps qui est soulevée : près de 6 patients sur 10 indiquent se cacher sous des vêtements plus couvrants par honte de leur maladie (58%) » [14].

Le mode de vie est donc important et peut aider à améliorer la santé émotionnelle, à réduire le stress et les poussées de psoriasis.

Les 10 principales recommandations en complément d'un suivi médical auprès d'un professionnel de santé sont :

  1. Maintenir de façon globale un régime alimentaire anti-inflammatoire, équilibré et sain ;
  2. Suivre un régime alimentaire riche en nutriments, et pauvre en glucides raffinés, en graisses saturées et en graisse trans ;
  3. Éviter de consommer des produits avec des sucres ajoutés et sucres raffinés (bonbons, viennoiseries industrielles...), des produits laitiers (contiennent de l'acide arachidonique pouvant irriter la paroi interne du tractus intestinal et aggraver les symptômes du psoriasis [15]) et des aliments hautement transformés (charcuterie, plats préparés,...), réduire sa consommation de viande rouge ;
  4. Perdre tout excès de poids pour atteindre son poids santé ;
  5. Réduire les situations de stress, apprendre à gérer et à faire face au stress peut aider à réduire les poussées et à soulager les symptômes ;
  6. Pratiquer des activités comme la méditation et le yoga, et des exercices physiques au quotidien ;
  7. Améliorer sa santé émotionnelle et mentale en trouvant de l'aide auprès d'un professionnel de santé ou d'un groupe de soutien pour les personnes atteintes de psoriasis (Association France Psoriasis, ...) ;
  8. Éviter les comportements déclencheurs comme la consommation d'alcool et la consommation de produits du tabac ;
  9. Profiter des possibles bienfaits des plantes médicinales en complément d'une prise en charge globale, avec les conseils et recommandations avisés d'un professionnel de santé ;
  10. Pratiquer le "journaling” : écrire dans un carnet ou journal de bord, tous les matins au réveil et/ou chaque soir au coucher, ce qui nous passe par la tête (pensées, gratitudes, émotions, anecdotes,...).

Sources

  1. Psoriasis. Vers un traitement curateur. INSERM. Modifié le : 01/12/2014. Publié le : 10/07/2017. https://www.inserm.fr/
  2. Global report on psoriasis. OMS. (PDF). https://apps.who.int/
  3. Des remèdes miracles contre le psoriasis, vraiment ? Canal Détox. INSERM (Salle de presse). 2021. https://presse.inserm.fr/
  4. Le traitement du psoriasis. Ameli, Assurance Maladie. 2022. https://www.ameli.fr/
  5. Quels sont les types de psoriasis ? Vidal. 2022. https://www.vidal.fr/
  6. Qu’est ce que le psoriasis en gouttes ? Comment le reconnaître ? https://francepsoriasis.org/
  7. Psoriasis. Manuel MSD. Par Shinjita Das, MD, Harvard Medical School. Dernière révision totale août 2021. Dernière modification du contenu août 2021. https://www.msdmanuals.com/
  8. Chandran V, Raychaudhuri SP 2010. Geoepidemiology and environmental factors of psoriasis and psoriatic arthritis. J Autoimmun34: J314–J321
  9. Cowden, A., Van Voorhees, A.S. (2008). Introduction: History of psoriasis and psoriasis therapy. In: Weinberg, J.M. (eds) Treatment of Psoriasis. Milestones in Drug Therapy. Birkhäuser Basel. https://doi.org/
  10. Capon F. The Genetic Basis of Psoriasis. Int J Mol Sci. 2017 Nov 25;18(12):2526. doi: 10.3390/ijms18122526. PMID: 29186830; PMCID: PMC5751129. https://www.mdpi.com/
  11. Les traitements généraux du psoriasis. Vidal. 2022. https://www.vidal.fr/
  12. Coates LC, Helliwell PS. Psoriatic arthritis: state of the art review. Clin Med (Lond). 2017 Feb;17(1):65-70. doi: 10.7861/clinmedicine.17-1-65. PMID: 28148584; PMCID: PMC6297592. https://www.rcpjournals.org/
  13. Wu KK, Armstrong AW. Differences in Face-to-Face Time Spent With a Dermatologist Among Patients With Psoriasis Based on Race and Ethnicity. JAMA Dermatol. Published online August 03, 2022. doi:10.1001/jamadermatol.2022.2426. https://jamanetwork.com/
  14. Presque 6 personnes atteintes de psoriasis sur 10 appréhendent d'être victimes de moqueries, IPSOS. Août 2022. https://www.ipsos.com/
  15. Afifi L, Danesh MJ, Lee KM, Beroukhim K, Farahnik B, Ahn RS, Yan D, Singh RK, Nakamura M, Koo J, Liao W. Dietary Behaviors in Psoriasis: Patient-Reported Outcomes from a U.S. National Survey. Dermatol Ther (Heidelb). 2017 Jun;7(2):227-242. doi: 10.1007/s13555-017-0183-4. Epub 2017 May 19. PMID: 28526915; PMCID: PMC5453925. https://link.springer.com/

Le guide des hôpitaux et cliniques de France.

Recherchez parmi les 1335 établissements