Bienfaits de la musicothérapie sur la santé

Une thérapie complémentaire


Qu'est-ce que la musicothérapie ?

La musicothérapie est l'utilisation clinique de la musique et du son. Elle est fondée sur des preuves d'interventions musicales afin d’atteindre des objectifs individualisés au sein d'une relation thérapeutique.


Dans ce processus interpersonnel un thérapeute utilise la musique et toutes ses facettes pour aider les patients à améliorer, restaurer ou maintenir la santé.


Les effets thérapeutiques de la musique sont connus depuis longtemps dans l'histoire, mais il fallait davantage de preuves. Grâce aux progrès de l'imagerie médicale, les scientifiques sont désormais en mesure de prouver l'efficacité de la musicothérapie sur le cerveau.


Effectivement, la musicothérapie est une thérapie complémentaire qui s'est avérée efficace contre de nombreuses conditions et problèmes médicaux. Notons que, la musicothérapie n'est pas curative et, comme certaines thérapies complémentaires, elle n'est pas recommandée comme remède contre les maladies graves, mais comme toute bonne médecine complémentaire.


Grâce à l'implication musicale dans le contexte thérapeutique, les capacités des patients sont renforcées et transférées à d'autres domaines de leur vie. Cette discipline devient de plus en plus un moyen thérapeutique évident dans la prise en charge de troubles sensoriels, ou de troubles psychoaffectifs.


La musicothérapie offre également des voies pour l’évolution de la communication qui peuvent être utiles à ceux qui ont du mal à s'exprimer avec des mots. La recherche en musicothérapie soutient son efficacité dans de nombreux domaines tels que : la réadaptation physique globale et la facilitation du mouvement, l'augmentation de la motivation des gens à s'engager dans leur traitement, le soutien émotionnel des patients et de leurs familles et la fourniture d'un exutoire pour l'expression de soi et des sentiments.

L’OMS étudie le lien entre les arts et la santé

« Faire entrer l’art dans la vie de quelqu’un par le biais d’activités telles que la danse, le chant ou la fréquentation de musées et de concerts nous donne une clé supplémentaire pour améliorer notre santé physique et mentale », déclare le Dr Piroska Östlin (directrice régionale de l’OMS pour l’Europe par intérim).


Dans un rapport publié en novembre 2019, intitulé "Pouvez-vous améliorer votre santé et votre bien-être en dansant ? Pour la première fois, l’OMS étudie le lien entre les arts et la santé", l'OMS ouvre de nouvelles voies pour l’art-thérapie et la musicothérapie.


La musique est un outil qui possède cette capacité très rare d’être utilisable sous deux facettes pour l’expression de soi : relaxation ou stimulation. De la sorte, la musique a tout son intérêt dans la dimension du soin et plus largement du bien-être. Cependant, au-delà de l’hôpital, les spécialistes indiquent qu’il faudrait aussi l’intégrer au domicile des patients.


Le rapport, qui a passé à la loupe de nombreuses études, révèle que du stade gestatif jusqu’en fin de vie, les arts peuvent avoir une influence positive sur la santé, et que les activités artistiques peuvent servir de complément aux protocoles thérapeutiques ou renforcer ces derniers.

Pourquoi la musique a-t-elle des bienfaits sur la santé mentale ?


Les professionnels de la santé ont constaté que « l’écoute de la musique ou les réalisations artistiques limitaient les effets secondaires des traitements contre le cancer, dont la somnolence, le manque d’appétit, l’essoufflement et les nausées ».


Ils se sont aussi rendu compte que « dans les salles d’urgences, les activités artistiques (musique, artisanat, interventions de clowns, etc.) permettaient de diminuer le niveau d’anxiété, de lutter contre les douleurs chroniques et de faire baisser la tension artérielle, en particulier chez les enfants, mais aussi chez leurs parents ».


De plus, « à maintes reprises, il a été établi que la danse permettait d’améliorer de façon cliniquement significative les scores moteurs des personnes atteintes par la maladie de Parkinson ».


Tout ceci vient donc conforter l’importance de la musicothérapie, et que « certaines interventions dans le domaine des arts, en plus de donner de bons résultats, peuvent aussi être plus rentables que des traitements biomédicaux plus conventionnels ».


Enfin ce rapport précise que ces interventions « peuvent combiner simultanément de multiples facteurs de promotion de la santé (comme l’activité physique et le soutien à la santé mentale) et ne comportent qu’un faible risque de résultats négatifs. Étant donné que les interventions dans le domaine de l’art peuvent être adaptées à des personnes de différents horizons culturels, elles peuvent également être un moyen de faire participer des groupes minoritaires ou difficiles à atteindre ».

Relation entre le cerveau et la musique

A ce jour, plusieurs études montrent que la musicothérapie améliore l'humeur et la qualité de vie, réduit les symptômes, améliore le traitement initial et la rééducation.


En effet, lorsque vous écoutez de la musique, votre cerveau libère de la dopamine, comme le révèle une étude publiée dans la revue PNAS en 2019.


Aussi, des recherches approfondies sur le cerveau ont révélé que les zones émotionnelles musicales du cerveau ne se distinguent pas des autres zones émotionnelles. La joie perçue provient de la sécrétion de dopamine dans le circuit de récompense. La dopamine est un neurotransmetteur de joie et de motivation. Par exemple, il est sécrété dans l'alimentation, mais aussi sous l'influence de médicaments et pendant les rapports sexuels.

Comment se déroule une séance de musicothérapie ?

Tout le monde est en droit de se demander à quoi ressemble une séance de musicothérapie typique. Cependant, il est très complexe de répondre sachant que le champ couvert par la musicothérapie est très large.


En effet, lorsque l'on regarde l'éventail de bienfaits procurés par la musicothérapie, on peut comprendre que cette discipline a la capacité de s'adapter selon les terrains. De la sorte, les musicothérapeutes servent une grande variété de personnes ayant de nombreux types de besoins. En résumé, il n'y a pas de séance de musicothérapie générale typique. 


Les séances de musicothérapie sont conçues et la musique sélectionnée en fonction du plan de traitement pour chaque personne ou chaque groupe. Effectivement, les musicothérapeutes travaillent dans le détail et après une séance d'évaluation, ils élaborent un plan individuel. 


Cependant, vous pouvez voir et entendre des exemples d'utilisation de la musicothérapie en milieu clinique dans certaines vidéos sur Internet, pour mieux saisir les variables qui font de cette discipline un atout polyvalent.


Lors d'une séance de musicothérapie, le patient peut utiliser des instruments à percussion, sa propre voix ou écouter pour explorer le monde sonore. Le musicothérapeute soutient les réponses du patient à travers de la musique improvisée et une relation de confiance peut évoluer à travers laquelle les émotions peuvent être exprimées et explorées dans un environnement sûr.


Enfin, chaque séance de musicothérapie est différente car le thérapeute répond de manière unique aux besoins, aux capacités et à la direction créative de la personne. La plupart des séances de musicothérapie consistent en de l'improvisation, des jeux musicaux et l'utilisation occasionnelle de chansons pré-composées.

Maladie d'Alzheimer et musicothérapie

La musicothérapie est la clé pour ouvrir la porte à la mémoire. Ces dernières années, des scintigraphies cérébrales ont progressivement révélé la relation entre la musique et le cerveau.


L'une des découvertes les plus importantes est que la musique agit sur diverses parties du cerveau. C'est pourquoi les personnes aphasiques qui ne peuvent pas parler peuvent chanter, et les personnes souffrant d'un traumatisme cérébral peuvent parler avec la musicothérapie.


Nous savons également que même si le cerveau est endommagé par la démence et la maladie d'Alzheimer, la partie qui reconnaît la musique familière est relativement inchangée. Les personnes atteintes de démence terminale peuvent également être très sensibles aux chansons et à la musique liées à des événements historiques.


Les interventions musicales ont été largement adoptées comme thérapie non pharmacologique potentielle pour les patients atteints de la maladie d'Alzheimer pour traiter les symptômes cognitifs.


Malgré la prévalence de ces thérapies, les preuves de leur efficacité rapportent des résultats mitigés dans la littérature. Dans une étude publiée en 2019 dans la revue Frontiers In Neuroscience, des chercheurs se sont penchés sur l'efficacité de diverses stratégies d’intervention et du type de musique utilisé dans l’intervention sur les résultats cognitifs et comportementaux des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.


Les bases de données ont été recherchées pour les études utilisant soit la musicothérapie active, soit les techniques d'écoute musicale au cours des dix dernières années. Ces études incluaient des personnes atteintes de démence, de la maladie d’Alzheimer, et dont le protocole rassemblait des mesures des résultats avant et après l'intervention.


L’analyse de ces articles suggère que, quelle que soit l'approche d'intervention musicale, les schémas musicaux individualisés ont fourni les meilleurs résultats pour le patient.


En outre, l'écoute de la musique peut agir comme une technique de relaxation et donc avoir un impact à long terme pour le patient, tandis que la musicothérapie active peut agir pour impliquer les participants par l'interaction sociale et fournir des avantages aigus.


Ainsi, les résultats suggèrent que les techniques musicales peuvent être utilisées de diverses manières pour améliorer le comportement et la cognition.

Autisme et musicothérapie

La musicothérapie ne résout pas les difficultés sociales des enfants autistes, suggère une vaste étude internationale publiée en 2017 dans la revue JAMA. Cependant, on pense que s'engager avec la musique aident les enfants à devenir plus flexibles, réactifs et attentifs, menant à de meilleures compétences sociales et de communication.


D’autre part, grâce à une analyse comportementale, dans le cadre d’une étude publiée en 2009 dans le journal Autism, des chercheurs ont mis en évidence des aspects fondamentaux.


Ils révèlent que les aspects socio-motivationnels de l'interaction musicale entre l'enfant et le thérapeute en musicothérapie improvisée en mesurant la réactivité émotionnelle, motivationnelle et interpersonnelle chez les enfants autistes lors d'épisodes d'engagement conjoint.


L'étude montre que la musicothérapie improvisée a produit des événements nettement plus nombreux et plus longs de comportements de « joie », de « synchronicité émotionnelle » et « d’initiation à l’engagement » chez les enfants.


Pour conclure, les résultats ont trouvé des preuves significatives soutenant la valeur de la musicothérapie et de l’exécution de mouvements rythmiques dans la promotion du développement social, émotionnel et motivationnel chez les enfants autistes.

Synchronisation du cerveau

Dans une étude publiée dans la revue Frontiers in Psychology en 2019, des chercheurs ont pu démontrer que le cerveau d'un patient et d'un thérapeute se synchronisait lors de séances de musicothérapie. Cette avancée pourrait améliorer les interactions futures entre les patients et les thérapeutes.


Il s'agit de la première étude de musicothérapie à utiliser une procédure appelée « hyperscan », qui enregistre l'activité dans deux cerveaux en même temps, permettant aux chercheurs de mieux comprendre comment les gens interagissent.


Au cours de la session, le patient et le thérapeute portaient un casque de capuchons EEG (électroencéphalogramme) contenant des capteurs. Ces derniers captent les signaux électriques dans le cerveau.


À un moment donné au cours de cette étude, l'activité cérébrale du patient est passée soudainement de sentiments profondément négatifs à un pic positif. Quelques instants plus tard, alors que la thérapeute réalisait que la séance fonctionnait, son « hyperscan » a montré des résultats similaires. Lors d'entretiens ultérieurs, les deux ont identifié cela comme un moment où ils sentaient que la thérapie fonctionnait vraiment.


De plus, les chercheurs ont examiné l'activité des lobes frontaux (droit et gauche) du cerveau où les émotions négatives et positives sont traitées, respectivement. En analysant les données avec des séquences vidéo et une transcription de la session, les chercheurs ont pu démontrer que la synchronisation cérébrale se produit. Ils ont aussi pu montrer à quoi ressemble une synchronisation « patient-thérapeute » à l'intérieur du cerveau.


Cette étude est une étape importante dans la recherche en musicothérapie. Les musicothérapeutes rapportent avoir subi des changements émotionnels et des connexions pendant la thérapie, et ces résultats permettent de confirmer cela en utilisant les données du cerveau.


Les chercheurs concluent en indiquant que la musique, utilisée à des fins thérapeutiques, peut améliorer le bien-être et traiter des conditions telles que l'anxiété, la dépression, l'autisme et la démence. En utilisant l'hyperscan, ils peuvent maintenant voir exactement ce qui se passe dans le cerveau du patient et mieux orienter les musicothérapeutes et les patients.


L’étude insiste sur le fait que cette technique peut montrer les changements minuscules, sinon imperceptibles, qui se produisent pendant le traitement. En mettant en évidence les points précis où les séances ont le mieux fonctionné, il pourrait être particulièrement utile pour traiter les patients pour lesquels la communication verbale est difficile.

Musicothérapie et réadaptation des victimes d'un AVC

Selon des recherches publiées en 2020 dans la revue Top Stroke Rehabilitation, des chercheurs ont montré que les séances de musicothérapie ont un effet positif sur la neuroréadaptation des patients victimes d'un AVC aigu, ainsi que sur leur humeur.


Cette étude à grande échelle a été menée dans une unité d'AVC et de réadaptation sur une période de deux ans. Les chercheurs ont étudié son succès auprès des patients, de leurs proches et des professionnels de la santé.


La musicothérapie est censée aider les patients victimes d'un AVC grâce à la régulation de l'humeur, à l'amélioration de la concentration et à la promotion de changements dans le cerveau pour améliorer la fonction neurale. Notez que l’on remarque aussi des avantages physiques une meilleure fonction du bras et une meilleure démarche.


Dans cette étude, les chercheurs ont facilité l’accès à une neuro-rééducation complète. En plus de jouer des instruments de musique, les patients utilisaient des tablettes dotées d'instruments à écran tactile pour aider les patients à réadapter la main, en améliorant la dextérité des doigts et l'entraînement cognitif.


Bien sûr, ces séances ont été organisées parallèlement au traitement de réadaptation des AVC (comprenant de la psychologie clinique, la physiothérapie, l'ergothérapie, l’orthophonie).


Les auteurs constatent que la majorité des patients, parents et membres du personnel hospitalier trouvent ces séances très utiles, et qu’il y a eu une réduction des humeurs négatives immédiatement après une séance.


D’autre part, les orthophonistes ont observé un impact positif sur l'excitation et l'engagement des patients. Ils ont rapporté que cela pouvait aider les patients à surmonter la mauvaise humeur et la fatigue, et donc être bénéfique pour leur rééducation.


Les chercheurs expliquent aussi que le personnel soignant a estimé que l'utilisation de la musique et des instruments de façon répétée permettait aux patients de mieux atteindre leurs objectifs. Les exercices semblent moins cliniques et les patients jouent de la musique avec le musicothérapeute et reçoivent des commentaires immédiats à travers les sons qu'ils créent.

Musicothérapie en psychiatrie : dépression

D’après l’OMS, « la dépression, qui touche 264 millions de personnes, est l’une des principales causes d’incapacité ».


La dépression c’est quoi ? « Trouble mental courant se caractérisant par une tristesse, une perte d’intérêts ou de plaisir, des sentiments de culpabilité ou de dévalorisation de soi, un sommeil ou un appétit perturbé, une certaine fatigue et des problèmes de concentration ».


Aujourd’hui les traitements sont nombreux mais peuvent avoir de lourdes conséquences ou ne pas fonctionner sur le long terme chez certains patients. Ainsi, les chercheurs essayent de fournir un maximum de données pour trouver de nouvelles façons de traiter ce fléau mondial qui peut notamment conduire au suicide.


Selon une étude publiée en 2017 dans la revue Cochrane Library, un thérapeute peut utiliser la musique pour aider certains patients à combattre la dépression et à améliorer, restaurer et maintenir leur santé et leur expression de soi.


Les médicaments et la psychothérapie sont des traitements courants, mais les chercheurs veulent savoir s'il existe des preuves que la musicothérapie peut offrir des avantages. Et en effet, elle pourrait aider à soulager les symptômes de la dépression, bien que son efficacité en tant qu'intervention autonome ne soit pas certaine.


De plus en plus de preuves révèlent une réduction des symptômes de dépression chez les participants recevant de la musicothérapie par rapport à ceux qui ne l'ont pas fait.


Bien que les études n'aient pas montré de relation de cause à effet définitive entre la musicothérapie et l'amélioration clinique de la dépression, les auteurs ont trouvé une corrélation positive. Ils ont attribué l’inégalité des résultats des études aux utilisations variées de la musique par les thérapeutes dans les études et à la faiblesse relative des méthodes de certains chercheurs.


Les chercheurs ajoutent que la musicothérapie élargit la gamme des interventions disponibles pour les personnes qui pourraient se détourner des approches traditionnelles. Effectivement, il y a souvent un isolement et une aliénation, une difficulté à se connecter et à établir des relations, pour les personnes souffrant de dépression, et la musicothérapie pourrait offrir une option moins menaçante.

Musicothérapie et maladie de Parkinson

Un cours de musicothérapie aide les personnes atteintes de la maladie de Parkinson à se renforcer grâce à la chanson. C’est ce que confirment deux études publiées en 2016 et 2017.


Les résultats montrent que le chant améliore les muscles utilisés pour la déglutition et le contrôle respiratoire, deux fonctions compliquées par la maladie de Parkinson.


Le chant utilise les mêmes muscles associés à la déglutition et au contrôle respiratoire et les recherches ont montré que le chant améliore considérablement cette activité musculaire.


En effet, les patients qui pratiquent le chant peuvent renforcer les muscles qui contrôlent la déglutition et la fonction respiratoire. Grâce au travail de respiration et de posture qu’imposent le chant, les musicothérapeutes participent à la réduction du stress et de la dépression que de nombreux patients subissent.

Formation et diplôme de musicothérapie

La musicothérapie est une profession de la santé qui n’est pas encore reconnue partout dans le monde.

Quelles études pour devenir musicothérapeute ?


Dans cette profession en devenir, la musique est utilisée dans une relation thérapeutique pour répondre aux besoins physiques, émotionnels, cognitifs et sociaux des individus. La connaissance musicale y est tout aussi importante que les autres savoirs.


Après avoir évalué les forces et les besoins de chaque patient, le musicothérapeute offre le traitement indiqué, y compris la création, le chant, le passage et/ou l'écoute de musique. Grâce aux exercices (improvisation instrumentale ou vocale, écoute, etc.) proposés par le musicothérapeute qui réalise toujours une première évaluation, un patient peut réussir à ressentir les effets même sur des objectifs à court terme.


La musicothérapie est une pratique de soin utilisant la médiation sonore ou musicale pour régler les problèmes de communication d'un patient (registre verbal et non verbal), et selon le champ d’application, le musicothérapeute peut être amené notamment à travailler dans un centre de soins, un hôpital, une maison de retraite ou une école.


Afin de pouvoir exercer, le musicothérapeute est amené à se former régulièrement. En France, le métier de musicothérapeute n'est pas encore reconnu mais plusieurs centres spécifiques délivrent un diplôme. Ces centres sont reconnus par la Fédération Française de Musicothérapie.

Fédération Française de Musicothérapie (FFM) : Musicothérapie en France

La FFM est une association créée en 2003 qui regroupe des organismes ayant pour but « la formation des musicothérapeutes en France et de l’ensemble des musicothérapeutes affiliés ». Cette association vous permet de ne rien manquer de l’actualité sur la musicothérapie en France.


Généralement, le musicothérapeute est un professionnel de la santé qui a des connaissances confirmées dans le domaine musical. Il doit avoir une pratique musicale régulière et des capacités d’improvisations instrumentales et/ou vocales. Il doit aussi s’informer régulièrement des recherches et des découvertes qui englobent l’art-thérapie.


La formation professionnelle du musicothérapeute lui assure « un savoir théorique, pratique et clinique en psychologie et neuropsychologie, psychiatrie, psychopathologie, neurophysiologie de la musique, développement personnel ».


Enfin, la FFM permet de favoriser la musicothérapie en France et au niveau international puisqu’elle développe des échanges professionnels, sous toutes formes (rencontres, congrès, manifestations, publications) des musicothérapeutes et des associations de musicothérapie présentent dans le monde.


Jimmy BRAUN

Sources

     

  • « Music Intervention Approaches for Alzheimer’s Disease: A Review of the Literature », Front. Neurosci., 12 March 2019 | https://doi.org/10.3389/fnins.2019.00132
  •  

  • Kim, J., Wigram, T., & Gold, C. (2009). « Emotional, motivational and interpersonal responsiveness of children with autism in improvisational music therapy ». Autism, 13(4), 389–409. https://doi.org/10.1177/1362361309105660
  •  

  • Bieleninik L, Geretsegger M, Mössler K, et al. « Effects of Improvisational Music Therapy vs Enhanced Standard Care on Symptom Severity Among Children With Autism Spectrum Disorder: The TIME-A Randomized Clinical Trial ». JAMA. 2017;318(6):525-535. doi:10.1001/jama.2017.9478
  •  

  • « Dopamine modulates the reward experiences elicited by music », Laura Ferreri, Ernest Mas-Herrero, Robert J. Zatorre, Pablo Ripollés, Alba Gomez-Andres, Helena Alicart, Guillem Olivé, Josep Marco-Pallarés, Rosa M. Antonijoan, Marta Valle, Jordi Riba, Antoni Rodriguez-Fornells, Proceedings of the National Academy of Sciences Feb 2019, 116 (9) 3793-3798; DOI: 10.1073/pnas.1811878116
  •  

  • Jörg C. Fachner, Clemens Maidhof, Denise Grocke, Inge Nygaard Pedersen, Gro Trondalen, Gerhard Tucek, Lars O. Bonde. “Telling me not to worry…” Hyperscanning and Neural Dynamics of Emotion Processing During Guided Imagery and Music. Frontiers in Psychology, 2019; 10 DOI: 10.3389/fpsyg.2019.01561
  •  

  • Alexander Street, Jufen Zhang, Susan Pethers, Lydia Wiffen, Katie Bond, Helen Palmer. Neurologic music therapy in multidisciplinary acute stroke rehabilitation: Could it be feasible and helpful? Topics in Stroke Rehabilitation, 2020; 1 DOI: 10.1080/10749357.2020.1729585
  •  

  • OMS, dépression, https://www.who.int/fr/news-room/facts-in-pictures/detail/mental-health
  •  

  • Maratos A, Gold C, Wang X, Crawford M. Music therapy for depression. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 1. Art. No.: CD004517. DOI: 10.1002/14651858.CD004517.pub2.
  •  

  • Aalbers S, Fusar‐Poli L, Freeman RE, Spreen M, Ket JCF, Vink AC, Maratos A, Crawford M, Chen XJ, Gold C. Music therapy for depression. Cochrane Database of Systematic Reviews 2017, Issue 11. Art. No.: CD004517. DOI: 10.1002/14651858.CD004517.pub3.
  •  

  • Elizabeth L. Stegemöller, Hollie Radig, Paul Hibbing, Judith Wingate, Christine Sapienza. Effects of singing on voice, respiratory control and quality of life in persons with Parkinson’s disease. Disability and Rehabilitation, 2016; 39 (6): 594 DOI: 10.3109/09638288.2016.1152610
  •  

  • E.L. Stegemöller, P. Hibbing, H. Radig, J. Wingate. Therapeutic singing as an early intervention for swallowing in persons with Parkinson's disease. Complementary Therapies in Medicine, 2017; 31: 127 DOI: 10.1016/j.ctim.2017.03.002


Articles récents