Vitamines : un risque plus élevé de décès chez les femmes âgées ?

Vitamines : un risque plus élevé de décès chez les femmes âgées ?

Un comprimé quotidien de vitamines et minéraux pourrait sembler comme un moyen sûr d'obtenir tous les nutriments nécessaires dont vous pourriez manquer dans votre régime alimentaire. Mais une nouvelle étude rapporte que ces suppléments ne peuvent être utiles, et dans certains cas, pourraient même être nocifs pour les femmes âgées.

Prendre des vitamines sous forme de compléments alimentaires est devenu chose courante, sans compter l’essor permanent de l’industrie pharmaceutique dans ce domaine de la supplémentation. Plus besoin d’une prescription spécifique, et bon nombre de personnes s’auto-médicamentent quand il s'agit de vitamines ou minéraux.

Pourtant, des chercheurs viennent de signaler que cette prise de compléments alimentaires vitaminés pourrait apporter trop de bonnes choses, et donc pas forcément les vitamines propres à un vrai besoin. Les chercheurs signalent d’ailleurs un lien entre leur utilisation et leur taux de mortalité plus élevé chez les femmes plus âgées.

L'étude publié dans la revue Archives of Internal Medicine portait sur plus de 38.000 femmes, âgées de 55 ans et plus, qui ont participé à l'étude sur la santé des femmes dans l’Etat de l'Iowa (USA) depuis le milieu des années 1980. Les chercheurs ont constaté que quand il s'agissait de réduire le risque de décès, la plupart des suppléments n'a eu aucun effet sur la santé des femmes.

En fait, les femmes qui ont pris certains types de compléments alimentaires - comme la vitamine B6, l’acide folique, le magnésium, le zinc, le cuivre, le fer et des complexes multivitaminés - font face à un risque légèrement plus élevé de décéder que les femmes qui n’ont pas consommés ces compléments. Seules les femmes qui ont pris des suppléments de calcium ont montré une réduction de leur risque de décès. Les experts ont soupçonné pendant un certain temps que les suppléments ne peuvent être bénéfiques si une personne est pauvre en éléments nutritifs. Et l'excès peut même nuire, explique l’étude.

Les chercheurs de cette étude pensent que les consommateurs achètent des compléments alimentaires sans aucune preuve qu'ils fourniront un avantage sur leur propre santé. Le résultat s'est appuyé sur des femmes qui ont participé à un décryptage précis des vitamines et des minéraux consommés au cours des deux décennies précédentes. Les chercheurs insistent sur le fait qu’il soit difficile de contrôler tous les autres facteurs, comme la santé physique générale, qui pourraient avoir influencé les résultats. Ils expliquent aussi que leurs résultats suggèrent que les suppléments ne devraient être utilisés qu’en cas de vraie cause médicale, en raison du potentiel des dommages lors d’une automédication.

Le Dr Jaakko Mursu, de l’University of Eastern Finland et membre de l’équipe de chercheurs, souligne que : « Basé sur les preuves existantes, nous voyons peu de justification pour l'utilisation générale et généralisée des suppléments diététiques ».

L’étude met aussi l’accent sur le fait que trop souvent un apport est soit trop important, soit trop faible. Cependant, les chercheurs déclarent que cette conclusion a besoin de déployer d’autres étapes d'enquête et de recherche afin de mieux définir les recommandations précisent pour chaque éléments nutritifs.

Enfin, notons qu’il est essentiel que nos besoins nutritionnels soient livrés par l’alimentation, en consommant quotidiennement des légumes et des fruits, et qu’il est préférable de définir avec son médecin traitant les vrais besoins nutritionnels en micronutriments dont nous aurions besoin.

Sources

  • Arch Intern Med. 2011;171(18):1633-1634. doi:10.1001/archinternmed.2011.459, « Vitamin and Mineral Supplement Use in Relation to All-Cause Mortality in the Iowa Women's Health Study » via Archives of Internal Medicine, Octobre 2011 
  • Arch Intern Med. 2011;171(18):1625-1633. doi:10.1001/archinternmed.2011.445, « Dietary Supplements and Mortality Rate in Older Women » via Archives of Internal Medicine, Octobre 2011 http://archinte.ama-assn.org/cgi/content/abstract/171/18/1625

Les articles similaires :