Vitamine D et Covid-19 : recommandations du Pr Justine Bacchetta

Temps de lecture
4 min
Suppléments de Vitamine D

Le rôle bénéfique de la vitamine D sur la prévention de l’infection par le SARS-CoV-2 et des formes graves a été suggéré dans des études observationnelles. Plusieurs dizaines de médecins et des sociétés savantes nationales françaises viennent de prendre position sur ce sujet dans la Revue du Praticien. Parmi eux, le Professeur Justine Bacchetta, pédiatre au Centre de Référence des Maladies Rénales Rares et au Centre de Référence des Maladies Rares du Calcium et du Phosphore à l’Hôpital Femme Mère Enfant Bron de Lyon.

Rôle de la vitamine D

Hormone présente dans l'alimentation, la vitamine D est synthétisée dans l'organisme humain à partir d'un dérivé du cholestérol sous l'action des rayonnements ultraviolets.

Elle intervient dans l'absorption intestinale du calcium et du phosphore, ainsi que dans leur réabsorption par les reins. Elle joue un rôle dans la minéralisation osseuse du squelette, ainsi que sur la tonicité musculaire.

En outre, elle influence plus de 200 gènes, avec une action de réparation de l'ADN et des effets anti-infectieux directement sur les cellules du système immunitaire (macrophages notamment).

 Une carence en vitamine D peut affecter le système immunitaire. Si son rôle dans le contexte de la Covid-19 n’a pas encore été démontré, plusieurs études observationnelles rapportent une association entre les concentrations circulantes basses de vitamine D et le risque d’infections respiratoires aiguës, dont la grippe, selon la Revue du Praticien. De surcroît, des méta-analyses récentes d’essais randomisés contrôlés rapportent un effet protecteur de la supplémentation en vitamine D sur les infections des voies respiratoires en particulier chez les sujets carencés recevant une supplémentation quotidienne ou hebdomadaire. Une supplémentation éviterait les formes graves de la Covid-19. A l’inverse, l’existence d’une carence en vitamine D pourrait précéder la survenue incidente de la Covid-19. 

Supplémentation en vitamine D avant toute infection 

La supplémentation en vitamine D est une mesure simple, efficace, sans danger, peu coûteuse et remboursée par l’Assurance maladie, selon les experts et les sociétés savantes dans la Revue du Praticien. Certes, il n’existe pas encore de preuves solides que la supplémentation en vitamine D réduirait le risque d’infection par le SARS-CoV-2. Cependant, le maintien d’un statut vitaminique D satisfaisant présente de toute façon des bénéfices bien au-delà de la Covid-19 en favorisant, entre autres, la santé osseuse et neuromusculaire et en étant associé à une amélioration du pronostic dans certains cancers.

Attention au surdosage en vitamine D

Des cas de surdosage à la vitamine D ont récemment été rapportés chez des jeunes enfants suite à la prise de compléments alimentaires enrichis en vitamine D. Ils se manifestent par une hypercalcémie (taux excessif de calcium dans le sang) qui peut avoir des conséquences graves, telles qu'une atteinte rénale à type de lithiase / néphrocalcinose (dépôt de calcium dans le rein).

Par conséquent, en collaboration avec les sociétés savantes de pédiatrie, le collège national des sages-femmes, les centres antipoison et l'Anses, ont alerté les professionnels de santé et les parents sur le risque de surdosage associé à l'administration de compléments alimentaires à base de vitamine D chez des enfants, et notamment des nourrissons. Pour prévenir ce risque, il est recommandé aux professionnels de santé et aux parents de  privilégier les médicaments, prescrits par les médecins plutôt que les compléments alimentaires ainsi que contrôler les doses administrées (vérifier la quantité en vitamine D par goutte) et ne pas multiplier les produits contenant de la vitamine D.

Les recommandations du Professeur Justine Bacchetta, pédiatre au Centre de Référence des Maladies Rénales Rares et au Centre de Référence des Maladies Rares du Calcium et du Phosphore à l’Hôpital Femme Mère Enfant Bron à Lyon.

Faut-il prendre de la vitamine D en cette période de pandémie ?

Nous avons été plusieurs pédiatres à signer le manuscrit dans la Revue du Praticien, pour insister sur l’importance de la supplémentation en vitamine D non seulement pour les personnes âgées, les adultes mais aussi chez les enfants. Des recommandations officielles existent pour les enfants de 0 à 18 ans, ainsi que chez les personnes âgées, mais elles sont très peu respectées après l’âge de 18 mois. En effet, la supplémentation en vitamine D est recommandée en France dès les premiers jours de vie afin de prévenir le rachitisme. Elle doit être poursuivie pendant toute la phase de croissance et de minéralisation osseuse, c'est-à-dire jusqu'à 18 ans.

La vitamine D est synthétisée sous l’effet du soleil. Lors du premier confinement, les adultes et enfants sont beaucoup moins sortis qu’aux printemps précédents. De ce fait, nous avons remarqué plus de carences en vitamine D cet hiver. D’où l’importance de sensibiliser les médecins généralistes à cette carence. Car il y une saisonnalité de la vitamine D en fonction de l’exposition solaire. 


Une supplémentation en vitamine D évite-t-elle les formes graves de la Covid-19 ?  


Deux pré-études ont montré une proportion plus élevée de patients avec une vitamine D basse en réanimation. De là à conclure que la carence en vitamine D est un facteur de risque de Covid sévère serait un raccourci un peu rapide. Encore faut-il le prouver scientifiquement. C’est pourquoi une étude interventionnelle est menée actuellement à Angers. Ses résultats n’ont pas encore été publiés. Eu égard à la balance bénéfice/risque de supplémentation en vitamine D, il ne paraît cependant pas illogique de rappeler aux médecins généralistes son importance pour le système immunitaire. Elle n’est pas un médicament miracle mais prise correctement, ses effets sont bénéfiques sans aucun effet secondaire. 

Comment éviter le surdosage ?

C’est effectivement un risque sur lequel nous spécialistes devons alerter. La vitamine D est un médicament comme un autre. Plusieurs pédiatres ont récemment informé les autorités de santé. En effet, nous avons constaté chez nos petits patients des surdosages en vitamine D. Pour la supplémentation en vitamine D, il est important de valider la posologie avec le professionnel de santé et de ne pas recourir à l’automédication pour éviter des surdosages qui peuvent conduire à une intoxication irréversible. Et il faut aussi méfier des compléments alimentaires aux concentrations variables selon les marques et se méfier des doubles consommations de vitamines D, l’une par le complément alimentaire, l’autre par la vitamine D que le médecin va prescrire. 

Sources

  1. La Revue du Praticien janvier 2021 : https://www.larevuedupraticien.fr/article/effet-benefique-de-la-vitamine-d-dans-la-covid-quelles-sont-les-donnees
  2. Avis (27/01/2021) élaboré en concertation avec les sociétés savantes de pédiatrie , le Collège national des sages-femmes, les Centres antipoison et l'Anses.
  3. https://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Vitamine-D-chez-l-enfant-recourir-aux-medicaments-et-non-aux-complements-alimentaires-pour-prevenir-le-risque-de-surdosage

Le guide des hôpitaux et cliniques de France.

Recherchez parmi les 1335 établissements