Blog santé : les dernières actualités santé

  • L’ablation chirurgicale de la fibrillation auriculaire pourrait être indiquée même en cas d’insuffisance cardiaque

    La fibrillation auriculaire est le trouble du rythme le plus fréquent. Ses étiologies sont multiples (dyskaliémie, dysthyroidie, cardiopathies valvulaires, cardiopathies aigues, etc.) Sa prise en charge repose habituellement sur un traitement chirurgical (ablation) ou sur un traitement médical (objectif de contrôle du rythme ou de la fréquence) avec des indications en fonction de la cause et du patient.

  • Toxicité des alcools autres que l’éthanol

    L’intoxication par les alcools (méthanol, éthylène glycol, isopropanol, diéthylène glycol et propylène glycol) est parfois mortelle mais les symptômes peuvent ne pas être spécifiques et le retard de diagnostic augmente le risque de dommages irréversibles aux organes. Les mécanismes de toxicité, les méthodes disponibles pour le diagnostic et des recommandations actuelles pour la thérapie des intoxications au méthanol et à l’éthylène glycol, les deux molécules majoritairement retrouvées, seront successivement abordées.

  • Fertilité des femmes d’âge mûr : une surconsommation de biomarqueurs ?

    À l’heure où la femme est active, fait des études de plus en plus longues et obtient des postes à responsabilité, l’âge de la première grossesse ne cesse de reculer. Or, il est bien connu que la fertilité diminue avec l’âge. Cette baisse de la fertilité peut être estimée par la réserve ovarienne, reflet grossier du pool folliculaire restant.

  • Culots globulaires : une prescription encadrée

    Depuis les années 1980, une forte attention a été portée aux effets indésirables des produits sanguins labiles. Il est ainsi admis que la transfusion de culots globulaires, notamment, doit être parfaitement encadrée en termes d’hémovigilance mais surtout en termes de prescription. Habituellement, le seuil transfusionnel dépend principalement des antécédents des patients, mais pas uniquement.

  • Sous-estimation de la mortalité des personnes en surpoids

    L’association entre la mortalité et l’indice de masse corporel (IMC) est connue. Une relation en U a été mise en évidence et de nombreuses publications ont suggéré qu’un surpoids modéré serait bénéfique pour la santé. Cependant, cette élévation de la mortalité à faible IMC pourrait être directement causée par un faible IMC ou par un facteur de confusion tel qu’une mauvaise santé concomitante.

  • Continuité des soins : quand la communication diminue la morbi-mortalité

    Une prise en charge optimale des patients nécessite une coopération des différentes équipes médicales et paramédicales. Dans les services de médecine ou au bloc opératoire, les moments de transmission sont, à la fois, cruciaux pour le suivi des patients, et délicats du fait du nombre important d’informations délivrées dans un délai resreint.


Nos partenaires et institutions: