Blog santé : les dernières actualités santé

  • Traitement anticholinergique et risque de démence

    La démence est une cause majeure de handicap et de mortalité. Les anticholinergiques ont un retentissement cognitif et des recommandations (National Institute for Health and Care Excellence ; NICE guideline CG171. 2015) conseillent de les éviter chez les sujets âgés les plus fragiles.

  • Ibuprofène et grossesse : un danger dès le premier trimestre ?

    L’ibuprofène est un anti-inflammatoire non stéroïdien, inhibiteur non sélectif des cyclo-oxygénases (COX), enzymes permettant la transformation de l’acide arachidonique en prostaglandines (PG). Disponible à la demande en pharmacie, il est contre-indiqué à partir de 24e semaine d’aménorrhée (SA). Néanmoins, il reste autorisé et largement utilisé en début de grossesse et ce malgré le manque de données sur son impact fœtal.

  • Éliminer une embolie pulmonaire cliniquement : pourquoi pas ?

    La suspicion d’embolie pulmonaire est un diagnostic souvent évoqué par les médecins. La variabilité des tableaux cliniques (de la douleur thoracique au choc obstructif), associée à la faible spécificité des symptômes, conduit les médecins à réaliser des examens complémentaires afin de confirmer, ou le plus souvent d’infirmer, leur hypothèse.

  • Contraception hormonale et cancer du sein : une question d’actualité

    On estime qu’environ 140 millions de femmes utilisent une contraception hormonale dans le monde. En France, en 2010, 50 % des femmes de 15 à 49 ans utilisaient une pilule contraceptive, 4 % un autre type de contraception hormonale et 21 % un dispositif intra-utérin (DIU, au cuivre ou à la progestérone). Alors que des contraceptifs de nouvelle génération voient le jour régulièrement, on parle aussi beaucoup des risques potentiels qu’ils peuvent induire, et notamment du risque accru de cancer du sein.

  • Prévention des thromboses veineuses : l’aspirine n’a pas dit son dernier mot

    Depuis 2008, l’autorisation de mise sur le marché des anticoagulants oraux direct (AOD) a révolutionné la prise en charge de la prophylaxie thromboembolique veineuse post opératoire. On constate, en effet, que depuis lors, la prescription des AOD augmente progressivement aux dépends de la prescription des anti-vitamines K (AVK). Cependant, de nombreux auteurs étudient toujours la prévention de la maladie thromboembolique veineuse (MTEV) par un antiagrégant plaquettaire ancestral : l'aspirine.

  • L’ablation chirurgicale de la fibrillation auriculaire pourrait être indiquée même en cas d’insuffisance cardiaque

    La fibrillation auriculaire est le trouble du rythme le plus fréquent. Ses étiologies sont multiples (dyskaliémie, dysthyroidie, cardiopathies valvulaires, cardiopathies aigues, etc.) Sa prise en charge repose habituellement sur un traitement chirurgical (ablation) ou sur un traitement médical (objectif de contrôle du rythme ou de la fréquence) avec des indications en fonction de la cause et du patient.

  • Toxicité des alcools autres que l’éthanol

    L’intoxication par les alcools (méthanol, éthylène glycol, isopropanol, diéthylène glycol et propylène glycol) est parfois mortelle mais les symptômes peuvent ne pas être spécifiques et le retard de diagnostic augmente le risque de dommages irréversibles aux organes. Les mécanismes de toxicité, les méthodes disponibles pour le diagnostic et des recommandations actuelles pour la thérapie des intoxications au méthanol et à l’éthylène glycol, les deux molécules majoritairement retrouvées, seront successivement abordées.

  • Fertilité des femmes d’âge mûr : une surconsommation de biomarqueurs ?

    À l’heure où la femme est active, fait des études de plus en plus longues et obtient des postes à responsabilité, l’âge de la première grossesse ne cesse de reculer. Or, il est bien connu que la fertilité diminue avec l’âge. Cette baisse de la fertilité peut être estimée par la réserve ovarienne, reflet grossier du pool folliculaire restant.

  • Culots globulaires : une prescription encadrée

    Depuis les années 1980, une forte attention a été portée aux effets indésirables des produits sanguins labiles. Il est ainsi admis que la transfusion de culots globulaires, notamment, doit être parfaitement encadrée en termes d’hémovigilance mais surtout en termes de prescription. Habituellement, le seuil transfusionnel dépend principalement des antécédents des patients, mais pas uniquement.


Nos partenaires et institutions: