Blog santé : les dernières actualités santé

  • Les injections de toxine botulique peuvent être utiles en cas de paralysie faciale post-neurochirurgicale

    Les injections d’incobotulinumtoxinA, une des toxines botuliniques actuellement sur le marché, amélioreraient la rapidité de récupération des patients souffrant d’une atteinte du nerf facial et elles auraient des effets à long terme. Un nouvel essai a été conduit afin d’en préciser l’efficacité thérapeutique.

  • Nanosciences et cancer : vous êtes-vous déjà posé la question : « qu’est-ce qu’une nano-molécule ? »

    En 1985, la découverte du C60 ouvre une nouvelle branche de la chimie organique et permet le développement des nano-molécules ou fullerènes.
    Dans la nature, le carbone existe à l’état solide sous deux formes cristallines : le graphite et le diamant.
    En 1996, le Prix Nobel de chimie a été octroyé à H. Kroto, R. Smalley et R. Curl pour la découverte de molécules très stables, constituées de 60 atomes de carbone, disposées aux sommets d’un polyèdre semi-régulier de 0,7 nm de diamètre formé de 20 hexagones et de 12 pentagones.
    Par la suite, des molécules cages plus grosses ont été identifiées et intégrées dans la famille des fullerènes. Elles sont à l’origine du développement des nanosciences.
    Les nanotechnologies ont alors connu un développement majeur. Dans le cadre médical, la nano-médecine a permis le développement de nouveaux outils diagnostiques et thérapeutiques.

  • Sexe du chirurgien et résultats postopératoires : un petit avantage aux femmes

    Parmi les 104 630 patients opérés en Ontario (Canada) par 3 314 chirurgiens (774 femmes et 2 540 hommes, 25 procédures chirurgicales) de 2007 à 2015, il a été noté rétrospectivement moins de décès lors du premier mois après l’intervention d’une chirurgienne que parmi les patients pris en charge par un chirurgien.

  • Cancer : la mammectomie bilatérale est-elle raisonnable en cas de mutation de BRCA ?

    Pourrions-nous espérer un bénéfice de la mammectomie bilatérale préventive chez les femmes porteuses d’une mutation des gènes BRCA-1 et BCRA-2 ? Telle est la question que se sont posés Vasily Giannakeas et Steven Narod du Women’s College Hospital à Toronto (Canada). Pour tenter d’y répondre, ils ont évalué l’allongement de l’espérance de vie et la probabilité de survie jusqu’à 80 ans pour les femmes ayant une mutation de BRCA.

  • Inégalités socioculturelles dans l’accès Internet aux connaissances en santé

    Les résultats d'une récente analyse de l'enquête nationale de santé américaine attestent des larges disparités socio-économiques séparant les utilisateurs du réseau Internet dans les domaines de la médecine et de la santé de ceux qui n’en font pas usage. Bien que les données datent de 2012, les principales conclusions de cette analyse peuvent probablement être transposées aujourd’hui en Europe. À l’heure du patient expert, ces inégalités persistantes demeurent un frein à la connaissance et à l’accès aux soins et elles doivent être identifiées afin d’orienter au mieux la recherche et la communication des promoteurs de l’usage de nouvelles technologies.

  • À forte dose, la vitamine B augmente le risque de cancer du poumon chez les hommes

    Selon une étude publiée dans la revue médicale Journal of clinical oncology, une supplémentation de vitamine B augmente le risque de cancer du poumon chez les hommes fumeurs ou non-fumeurs. Cette annonce est d’autant plus préoccupante que la supplémentation en vitamine B6 ou B12 est usuelle pour éviter aux fumeurs de développer un cancer du poumon.

  • Les différents gestes pour prévenir le cancer du sein

    Plusieurs facteurs divers peuvent favoriser l’apparition d’un cancer du sein. Parmi eux, on trouve les comportements à risques avec la consommation de tabac et d’alcool, le surpoids ou encore l’exposition trop importante aux hormones. Mais pour éviter de voir la maladie se déclencher, il existe aussi des gestes particulièrement utiles et réellement préventifs.

  • L’autoconservation des ovocytes bientôt favorisée pour prévenir l’infertilité ?

    L’académie de médecine envisage sérieusement de simplifier, pour les femmes, le recours à la conservation de leurs propres ovocytes. En effet, même si la femme n’a aucune pathologie grave, elle pourrait avoir droit de faire une démarche d’autoconservation : le but serait, pour elle, de concevoir un enfant au bon moment, sur le plan personnel comme sur le plan professionnel.


Nos partenaires et institutions: