Blog santé : les dernières actualités santé

L’alimentation des hommes affecte leur futur bébé

Quel que soit l’âge, l’alimentation joue un rôle fondamental sur l’ensemble de notre état de santé. Et selon deux nouvelles études récentes, la qualité de l’alimentation du père influence la santé du futur bébé. A ce jour, la recherche sur la reproduction et les liens avec le régime alimentaire se concentre en général sur les femmes, mais une équipe de chercheurs vient rectifier ce manque et avancer de nouvelles pistes sur l’impact de la nutrition du père sur sa progéniture.

Des chercheurs de Yale University et Princeton University (Etats-Unis) viennent de publier dans la revue en ligne Gender & Society le résultat d’une étude, qui cherchait à savoir comment fonctionnent les contributions de la reproduction des hommes. L’autre étude, réalisée par des chercheurs canadiens de l’Université McGill (Canada) et publiée dans Nature communications, s’intéresse à la qualité du sperme, qui serait influencé par l’apport en folate (vitamine B9). Jusqu’ici peu de données concrètes permettaient de saisir ces mécanismes, et ces études viennent souligner que les « hommes et femmes contribuent de façon égale à la reproduction », où l’alimentation de la mère et du père est essentielle.

L’assiette à papa influence la santé de bébé

Une chose est sûre, et répétée avec évidence, l’alimentation des femmes affecte la santé de leur futur bébé, ainsi que durant leur période d’allaitement. Mais des scientifiques et des cliniciens travaillant dans la médecine de la reproduction apportent leur grain de sel, en précisant que les hommes contribuent à la génétique et à la gestation à l’égal des femmes. En effet, le régime alimentaire de l’homme peut influencer la qualité du sperme et donc être potentiellement un facteur clef pour avoir un bébé en bonne santé.

Le risque zéro pour la santé de bébé n’existe pas, et il est donc primordial de tout mettre en œuvre pour garantir le bien-être des futurs enfants. La mère est souvent citée comme le « pilier » qui va influencer la santé de bébé dans son développement, mais les résultats de l’étude de l’Université McGill – qui nous intéressent ici en particulier - viennent insister sur l’importance d’un bon régime alimentaire du père. Selon cette dernière, une déficience en acide folique serait liée à des marqueurs épigénétiques anormaux dans le sperme. Ce qu'un père mange avant la conception peut affecter le risque de malformations congénitales de son bébé, suggère les chercheurs de l'Université McGill à Montréal.

L’étude (réalisée pour l’instant sur des souris) dévoile des résultats qui montrent un taux de malformations congénitales de 28% de plus sur une portée de souriceaux si leurs pères ont été nourris avec un régime déficient en vitamine B9 ou acide folique par rapport à des portées où les deux parents ont été nourris avec un régime alimentaire sain.

L’acide folique (ou vitamine B9) se trouve dans les légumes verts feuillus, les céréales, les fruits, les haricots et le foie. Connu pour prévenir les fausses couches et les malformations congénitales chez les humains s'il est pris par la mère, l’acide folique (vitamine B9) peut être apporté dans le régime alimentaire et en complément alimentaire (disponible en pharmacie et parapharmacie). D’ailleurs, les suppléments en acide folique sont souvent recommandés pour les femmes en âge de procréer, surtout si ces dernières souhaitent « tomber » enceintes, en plus de nombreux aliments enrichis en folate. Chez les hommes, la carence en vitamine B9 est déjà connue pour réduire la fécondité selon des études antérieures. Cependant, de nombreuses populations n'ont pas encore assez de folate dans leur alimentation, indique Sarah Kimmins, professeur agrégé de biologie de la reproduction à l'Université McGill et auteur principal de cette nouvelle étude canadienne.

Des recherches récentes suggèrent également que l'obésité, qui touche « plus de 500 millions » de personnes dans le monde selon l’OMS, peut influer sur la façon dont le corps réagit à l'acide folique, ainsi que de réduire son absorption dans la circulation sanguine. Les chercheurs indiquent que les souris sont génétiquement très semblables aux humains, et que le mécanisme qui semble lier l'alimentation d'un père à  la santé de sa progéniture fonctionne de la même manière chez les souris et les humains.

Ces découvertes ont donc des implications pour les messages de santé publique délivrés sur la prévention des anomalies congénitales, qui visent actuellement presque exclusivement les mères. Ces résultats devraient donc modifier les allégations de santé publique et faire réfléchir les hommes sur leur régime alimentaire, vu le potentiel et l’impact sur leur descendance.

25 Aliments riches en Vitamine B9

Voici une liste décroissante et non-exhaustive de 25 aliments riches en Vitamine B9.

  1. Levure alimentaire 
  2. Foie de volaille cuit
  3. Foie gras 
  4. Germe de blé
  5. Farine de soja
  6. Haricot blanc sec
  7. Foie de veau cuit 
  8. Foie de génisse ou d’agneau cuit 
  9. Graine de tournesol
  10. Lentille sèche
  11. Cresson frais
  12. Cerfeuil frais 
  13. Pissenlit
  14. Epinard cru et cuit 
  15. Brie
  16. Persil frais
  17. Oseille crue 
  18. Châtaigne 
  19. Jaune d’œuf cru
  20. Asperge cuite
  21. Chou-fleur cru
  22. Rognons cuits (de bœuf, de veau et d’agneau)
  23. Brocoli cuit
  24. Litchi
  25. Amande 
Sources

Nos partenaires et institutions: