Triglycérides et « bon » cholestérol : nouvelles cibles thérapeutiques

Des chercheurs du NYU Langone Medical Center (Etats-Unis) ont annoncé la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques identifiées pour diminuer les triglycérides et augmenter le « bon » cholestérol.

Les résultats de cette étude, publiés le 20 Octobre 2011 dans la revue Nature, montrent pour la première fois l'inhibition de deux molécules : MicroARN-33a et 33b. Ceci modifierait nettement les niveaux de triglycérides et provoquerait une augmentation soutenue du taux de cholestérol, des lipoprotéines de haute densité (HDL, High Density lipoprotein), le « bon » cholestérol.

« La découverte des microARNs dans la dernière décennie a ouvert de nouvelles perspectives pour le développement de thérapies ciblées sur ces régulateurs puissants », a déclaré l’auteure principale, le Pr. Kathryn Moore.

« L’étude actuelle est la première à montrer que l'inhibition de miR-33a, ainsi que miR-33b qui se trouve uniquement dans les grands mammifères peuvent supprimer les niveaux de triglycérides plasmatiques et augmenter les taux circulants de HDL. Cette étude souligne les avantages de la modulation de miR-33a/b et de ses voies métaboliques en aval pour le traitement des conditions qui augmentent les risques de maladies cardiovasculaires, telles que les dyslipidémies et le syndrome métabolique » a-t-elle ajouté.

Une offensive efficace anti-cholestérol (LDL)

Le syndrome métabolique est une combinaison de troubles médicaux qui augmentent le risque de développer des maladies cardiovasculaires et le diabète. Le cholestérol est de plus en plus au coeur des préoccupations de santé publique. Caractérisé par une augmentation des triglycérides, et une diminution du « bon » cholestérol (HDL), des causes comme l’obésité et la résistance à l'insuline peuvent conduire à la fois à des maladies cardiovasculaires et au diabète.

Des études récentes ont indiqué que miR-33a/b peuvent réguler les gènes impliqués dans le taux de cholestérol ; mais aussi inhiber des gènes clés impliqués dans le métabolisme des acides gras résultant de l'accumulation de triglycérides. La capacité à inhiber de miR-33a/b pour inverser ces événements offre une nouvelle approche thérapeutique pour corriger la dyslipidémie et le syndrome métabolique.

« Cette étude représente une avancée significative initialement testée chez la souris et montrant que les anti-miR-33 peuvent à la fois augmenter le HDL et améliorer l'athérosclérose vasculaire existante », a déclaré le Pr. Katey Rayner. « Ces résultats passionnants vont maintenant apporter l'utilisation d'inhibiteurs de miR-33 afin de se rapprocher d’une utilisation clinique. » a-t-elle souligné.

L’excès de cholestérol (lipide de la famille des stérols) dans le sang - l’hypercholestérolémie - est un facteur de risque majeur de maladie coronarienne. Elle peut provoquer une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC), qui sont deux des principales causes de mortalité en Europe. Selon une autre étude récente menée par des chercheurs de la Duke University (USA), un haut niveau de cholestérol contribuerait aussi à la perte de densité osseuse.

Les maladies cardiovasculaires demeurent la première cause de mortalité dans les pays occidentalisés, malgré un traitement médical optimal pour réduire les niveaux de lipoprotéines de basse densité, associés au "mauvais" cholestérol (LDL), la poursuite et l'obtention de nouvelles thérapies est indispensable.

En attendant, n'oubliez pas de prendre soin de vous, en pratiquant du sport, en surveillant votre alimentation, et en réduisant les risques de maladies cardiovasculaires grâce à la consommation de fruits et légumes.

 

Rappel sur Le Diabète (via OMS). Aide-mémoire N°312, Septembre 2011.

  • Plus de 356 millions de personnes sont diabétiques dans le monde.
  • En 2004, le diabète a tué environ 3,4 million de personnes.
  • Plus de 80% des décès par diabète se produisent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.
  • Selon les projections de l’OMS, le nombre de décès par diabète va doubler entre 2005 et 2030.
  • Un régime alimentaire sain, une activité physique régulière, le maintien d’un poids normal et l’arrêt du tabac permettent de prévenir ou de retarder l’apparition du diabète de type 2.
Sources

Les articles similaires :