Monocytes hauts : interprétation et causes

modifié le 
Temps de lecture
7 min
Taux de monocytes élevé

En biologie, les monocytes sont une variété de leucocytes mononucléaires (qui n'ont qu'un seul noyau) de grande taille, provenant de précurseurs, les monoblastes (cellules de la moelle osseuse). Les monocytes quittent la moelle osseuse et pénètrent dans la circulation sanguine et se différencient en macrophages lorsqu'ils infiltrent un tissu (foie, poumons, ganglions lymphatiques, rate...).

Définition des leucocytes et des monocytes

Présents dans le sang et évoluant dans les tissus biologiques, les monocytes font partie des leucocytes (globules blancs mononucléaire ou polynucléaire) et participent aux défenses immunitaires de l’organisme contre des substances étrangères (agents pathogènes). Ainsi, ces globules blancs, qui représentent jusqu’à 10% des globules blancs circulant dans le sang, sont en charge de détruire les virus et bactéries et sont essentiels pour le système immunitaire.

Cependant, une augmentation du nombre des monocytes dans le sang est caractéristique de divers états infectieux. De la sorte, un taux de monocytes en hausse dans le sang, appelée « monocytose » (maladie des monocytes) [1], peut être lié à différentes maladies bénignes ou malignes.

Une monocytose est dans la grande majorité des cas réactionnelle et plus rarement liée à une une hémopathie maligne ou "cancer du sang".

Une augmentation réactionnelle du taux de monocytes

La monocytose accompagne souvent les états infectieux (infections bactériennes, parasitaires...) : tuberculose, brucellose, fièvre typhoïde, listériose, endocardites bactériennes,  paludisme, toxoplasmose, leishmaniose et certaines viroses des nourrissons et des jeunes enfants [2].

Elle est observée dans les états inflammatoires chroniques des maladies auto-immunes polyarthrite rhumatoïde, la rectocolite hémorragique (RCH), le lupus érythémateux disséminé, la maladie de Crohn, la sarcoïdose (ou maladie de Besnier-Boeck-Schaumann…) ou de certains cancers ovaire, estomac, sein,..).

Hémopathies malignes 

Une monocytose stable circulante stable ≥ 1 × 109/L depuis au moins 3 mois caractérise souvent une néoplasie myéloproliférative (NMP) et notamment la Leucémie Myélomonocytaire Chronique [3].

Différentes formes de leucémies (leucémies aiguës, etc.)[4] peuvent être associées à une monocytose.

Monocytes : des leucocytes mononucléaires de grande taille

En plus des plaquettes et du plasma, le sang contient des globules rouges et des globules blancs. Seulement environ 1% du sang comprend des globules blancs, mais ils jouent un rôle important dans la protection contre les maladies infectieuses.

La moelle osseuse produit des monocytes et les libère dans la circulation sanguine et une fois qu'ils atteignent les tissus de l’organisme, ils sont appelés macrophages (cellules phagocytaires du système immunitaire) [5]. A cet instant, ils isolent et ingèrent les germes et autres micro-organismes nuisibles.

De plus, ils se débarrassent des cellules mortes et contribuent à la réponse immunitaire. Soulignons que les globules blancs ne vivent généralement que 1 à 3 jours, de sorte que la moelle osseuse en produit constamment plus [6].

On dénombre 5 types de globules blancs (dont les monocytes) et chacun ont des rôles distincts et un rôle majeur précis (rôle dans la coagulation, etc.) :

  • Les basophiles : ils sécrètent des produits chimiques pour aider à combattre les allergies et les agents infectieux.
  • Les éosinophiles : ils attaquent les parasites et les cellules cancéreuses et contribuent à la réponse allergique.
  • Les lymphocytes : ils produisent des anticorps contre les bactéries, les virus et autres substances étrangères.
  • Les neutrophiles : ils tuent les bactéries et les champignons.

« Les monocytes [7] sont des cellules mononucléées du sang périphérique, précurseurs de cellules dendritiques et de macrophages (cellules phagocytaires du système immunitaire), dont le phénotype est hétérogène. L’association entre les sous-populations de monocytes humains décrites dans la littérature et les fonctions dans la réponse immunitaire reste difficile. Les différentes populations de monocytes humains sont classées en fonction de l’expression de molécules de surface CD14 [8] et CD16 [9]. Trois populations ont ainsi été identifiées : les monocytes classiques CD14+ CD16neg, les monocytes non-classiques CD14dim CD16+ et les monocytes intermédiaires CD14+ CD16+. Les fonctions attribuées à ces populations sont diverses et enchevêtrées. En particulier, les propriétés pro- et anti-inflammatoires associées à ces populations de cellules sont redondantes et conflictuelles suivant les auteurs. En situation inflammatoire, l’augmentation de la fraction de monocytes CD16+ suggère leur implication dans le développement et/ou dans l’amplification du processus d'inflammation. »

Ainsi, les monocytes sont un type de globules blancs (leucocytes) qui combat certaines infections (infections chroniques, infections bactériennes, infections virales) et aident aussi d'autres globules blancs à éliminer les tissus morts ou endommagés, à détruire les cellules cancéreuses et à réguler l'immunité contre les substances étrangères.

Les monocytes sont produits dans la moelle osseuse puis pénètrent dans le sang, où ils représentent « environ 1 à 10% des globules blancs en circulation (200 à 600 monocytes par microlitre de sang  ou [0,2 à 0,6 x 109 par litre]) ».

Après quelques heures dans le sang, « les monocytes migrent vers les tissus - tels que la rate, le foie, les poumons et la moelle osseuse - où ils se transforment en macrophages ». Les macrophages sont les principales « cellules piégeuses » du système immunitaire.

Certaines anomalies génétiques affectent la fonction des monocytes et des macrophages et provoquent une accumulation de débris graisseux (lipides) [10] dans les cellules. De la sorte, les troubles qui en résultent sont les maladies du stockage des lipides, telles que la maladie de Gaucher (appelée aussi « sphingolipidose ») et la maladie de Niemann-Pick (maladie neurodégénérative héréditaire très rare).

Formule leucocytaire : une analyse essentielle au diagnostic de nombreuses pathologies

Afin de connaître le taux de monocytes en circulation dans le sang d’un patient, il est donc nécessaire de réaliser un test sanguin différentiel. Cette formule leucocytaire fait partie des examens médicaux qui détermine le niveau de chaque type de globules blancs dans le sang, et peut également indiquer si certains types de globules blancs sont anormaux ou immatures.

La formule leucocytaire

Il s'agit d'un test différentiel sanguin (ou « formule différentielle des globules blancs ») effectué de la même manière que la plupart des autres tests sanguins.

Un échantillon de sang est prélevé au niveau des veines du pli du coude, et il n’est généralement pas nécessaire de jeûner ou de faire quoi que ce soit pour se préparer à ce test sérologique.

La plupart du temps, une formule leucocytaire est prescrite par le médecin traitant afin d’aider à diagnostiquer une infection ou des conditions telles qu'une anémie ou une leucémie.

Polynucléaires

Un granulocyte, aussi appelé polynucléaire est une cellule sanguine de type globule blanc. Les granulocytes sont donc classés en trois catégories :

  • les neutrophiles, qui possèdent une fonction de phagocyte,
  • les basophiles, qui synthétisent l'histamine (protéine impliquée dans la réaction inflammatoire et les allergies),
  • les éosinophiles, qui combattent les parasites en déversant les enzymes contenues dans les granules.

Lymphocytes

On retrouve trois types de lymphocytes dans le sang et la lymphe. Les lymphocytes B, responsables de la production d’anticorps spécifiques (immunité acquise), les lymphocytes T qui aident, entre autres, à distinguer les antigènes étrangers de ceux propres à l’organisme, et les lymphocytes NK (« natural killer ») capables de détruire des cellules cancéreuses ou infectées par des virus.

Augmentation des monocytes ou monocytes en hausse

Un taux de monocytes bas ou élevé ne provoque généralement pas de symptômes. Cependant, les patients peuvent présenter des symptômes du trouble qui a provoqué la modification du nombre de monocytes.

Par conséquent, le diagnostic repose sur des analyses de sang réalisées en laboratoire par un professionnel de santé. Appelé aussi « hémogramme » [11] ,« numération de la formule sanguine » (NFS), « formule sanguine complète » (FSC), cet examen hématologique complet permet de réaliser une formule leucocytaire lorsqu'un patient présente des signes ou des symptômes d'une infection ou d'une maladie auto-immune.

Quelquefois, la condition est découverte par hasard lors d'une formule sanguine complète lors d'un examen médical et physique de routine ou pour l'évaluation d'une autre condition.

Les résultats de la numération  leucocytaire permettent donc d’évaluer la capacité de défense de l'organisme d’un patient à répondre à une infection et à lutter contre elle.

De plus, la numération leucocytaire permet de déterminer si les monocytes sont présents en nombre supérieur aux seuils normaux et d'aider à diagnostiquer d’éventuelles pathologies affectant le système immunitaire (cancers dans la moelle et le sang, cancer du sein, polyarthrite rhumatoïde, etc.)

Monocytes bas et monocytes élevés (hauts) : quel est le taux normal de monocytes et comment interpréter une prise de sang ?

Les globules blancs vivent dans un équilibre délicat et lorsque certains ont un niveau élevé, d’autres peuvent être d’un niveau bas. Ainsi, l’analyse unique des monocytes peut ne pas donner une image complète. La mesure du nombre et le calcul des pourcentages de chacun des types de globules blancs font partie du test sanguin "formule sanguine complète".

Les monocytes en circulation dans le sang représentent généralement un assez faible nombre des globules blancs.

Les valeurs de la numération des différents types de leucocytes doivent être fournies sous forme de valeurs absolues et non plus sous forme de pourcentages (sans intérêt clinique et source de confusion).

Les valeurs de référence des différents leucocytes [11] sont :

  • Neutrophiles : 1.5 - 7.0 X 109 /L
  • Eosinophiles : 0.04 - 0.4 X 109 /L
  • Basophiles : 0.02 - 0.1 X 109 /L
  • Lymphocytes : 1.5 - 4.0 X 109 /L
  • Monocytes : 0.2 - 0.8 X 109 /L

Quelle est la cause de l'augmentation des globules blancs ?

Le résultat d’une numération de la formule sanguine est susceptible d'augmenter en réponse à un état de stress aigu, des troubles sanguins, une réponse immunitaire, une infection ou une inflammation.

Pourquoi les monocytes baissent ?

Dans le cas d’une diminution du taux de monocytes, l’origine peut provenir d’une infection du sang, d’un trouble de la moelle osseuse ou dans le cas d’une administration de corticoïdes.

Maladies des monocytes : pourquoi les monocytes sont élevés ou trop bas ?

Le traitement des troubles des monocytes, que ce soit pour un faible taux de monocytes dans le sang (monocytopénie) ou un taux de monocytes en hausse (monocytose) dépend de la cause.

Qu'est-ce qu'un taux élevé de monocytes ?

Une augmentation des monocytes au-delà de 0.8 X 109 /L définit la monocytose.

Elle se produit en réponse à des infections chroniques, à des maladies auto-immunes, à des troubles sanguins et à certains cancers (cancers dans la moelle et du sang, cancer du sein, etc.).

Aussi, une augmentation du nombre de macrophages dans des parties du corps autres que dans le sang (comme les poumons, la peau et d'autres organes) peut survenir en réponse aux infections (infections chroniques, infections bactériennes, infections virales), à la sarcoïdose (ou maladie de Besnier-Boeck-Schaumann) et à l'histiocytose de cellules de Langerhans (LCH) [12].

Est-ce grave d'avoir trop de leucocytes ?

Lorsque le taux de monocytes est élevé, c'est le signe que le corps se bat contre quelque chose. Certaines conditions qui peuvent provoquer une augmentation des monocytes dans le sang sont : les infections virales (mononucléose infectieuse, oreillons, rougeole), les infections parasitaires, les maladies inflammatoires chroniques,  la tuberculose.

Avoir trop de monocytes ou monocytose est également le signe le plus courant de la leucémie myélomonocytaire chronique (LMMC). C'est un type de cancer qui commence dans les cellules qui produisent du sang dans la moelle osseuse. 

Comment baisser un taux de monocytes en hausse ?

Le traitement de la cause des taux de monocytes élevés peut inclure différents protocoles thérapeutiques. Le traitement pour les taux élevés de monocytes (selon la cause) comprend par exemple un traitement à base d’antibiotiques, de la chimiothérapie, ou de la radiothérapie. Selon chaque cas, le professionnel de santé adaptera la prise en charge du patient pour le traitement de la cause des monocytes en hausse, et obtenir ainsi les meilleurs résultats dans le temps.

Pourquoi les monocytes baissent ?

La monocytopénie est une diminution du nombre des monocytes circulants < 0,2 × 109/L.

Les causes de monocytopénies sont [13] :

  • Causes iatrogéniques (les plus fréquentes) : myélosuppression induite par la chimiothérapie, corticostéroïdes,etc. ;

  • Mutation du gène du facteur de transcription hématopoïétique GATA2 (déficit sévère voire absence de monocytes) ;

  • Hémopathies : leucémie à tricholeucocytes, leucémie lymphoblastique aiguë, lymphome de Hodgkin ;

  • Infections (p. ex., infection par le VIH, infection par le virus Epstein-Barr, infection à adénovirus, tuberculose miliaire) ;

  • Résection gastrique ou intestinale ;

  • Monocytopénie transitoire suite à une hémodialyse ou une neutropénie cyclique.

Sources

  1. « Maladies des monocytes ». (Monocytose : augmentation de la taille du nombre de monocytes dans le sang). Mary Territo , MD, David Geffen, School of Medicine at UCLA (USA). Dernière révision totale janv. 2020. https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-du-sang/maladies-des-globules-blancs/maladies-des-monocytes

  2. « Monocytose/Monocytopénie. » Document. (Description : Monocytose sanguine, Monocytose réactionnelle (transitoire), Monocytose et hémopathies, Monocytopénie.) http://www.chu-rouen.fr/page/DOC_204013
  3. « Leucémie myélomonocytaire chronique : diagnostic et thérapeutique. » Kaoutar Hafraoui, Bernard De Prijck, Yves Beguin. Rev Med Suisse 2013; volume 9. 1512-1517. https://www.revmed.ch/RMS/2013/RMS-N-395/Leucemie-myelomonocytaire-chronique-diagnostic-et-therapeutique

  4. « Leucémies aiguës de l'enfant. Les nouveaux traitements. » Le Guide Santé. Actualités Médecine. 30 sept. 2020. https://www.le-guide-sante.org/actualite/619-leucemies-aigues-de-lenfant.html

  5. « Chapitre 6 - Les populations cellulaires « libres ». 6.2.1.1 Une fois formés dans la moelle osseuse, les monocytes passent dans le sang. (Monocytes dans la moelle et dans le sang) » http://www.chups.jussieu.fr/polys/histo/histoP1/POLY.Chp.6.2.html

  6. « Que fait la moelle osseuse ? » Les monocytes dans la moelle. Page 15. https://www.mds-foundation.org/wp-content/uploads/2019/05/Blood-Marrow-Booklet_French_Online_5.8.19.pdf
  7. Shannon Cohen. « Identification et caractérisation fonctionnelle de sous-populations monocytaires circulantes chez l’homme. » Médecine humaine et pathologie. Université Sorbonne Paris Cité, 2018. Français. NNT : 2018USPCC241ff. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02482493/document
  8. Antal-Szalmas P, Strijp JA, Weersink AJ, Verhoef J, Van Kessel KP. « Quantitation of surface CD14 on human monocytes and neutrophils. » J Leukoc Biol. 1997 Jun;61(6):721-8. doi: 10.1002/jlb.61.6.721. PMID: 9201263. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9201263/
  9. Romee R, Foley B, Lenvik T, et al. « NK cell CD16 surface expression and function is regulated by a disintegrin and metalloprotease-17 (ADAM17). » Blood. 2013;121(18):3599-3608. doi:10.1182/blood-2012-04-425397. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3643761
  10. « Les lipides et les acides gras. » Le Guide Santé. Actualité Nutrition. 07 sept. 2020. https://www.le-guide-sante.org/actualite/611-les-lipides-et-acides-gras.html
  11. « Lecture critique de l’hémogramme : valeurs seuils à reconnaître comme probablement pathologiques et principales variations non pathologiques. » Haute Autorité de Santé. ANAES/Service des Références Médicales/Septembre 1997. https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/Hemogram.pdf
  12. « Histiocytose à cellules de Langerhans. » Tumeurs malignes rares pp 99-106. https://link.springer.com/chapter/10.1007%2F978-2-287-72070-3_17
  13. Monocytopénie. Mary Territo , MD, David Geffen, School of Medicine at UCLA (USA). Dernière révision totale janv. 2020. https://www.msdmanuals.com/fr/professional/hématologie-et-oncologie/leucopénie/monocytopénie

Le guide des hôpitaux et cliniques de France.

Recherchez parmi les 1335 établissements