Le virus de l'Hépatite E du rat :

une dissémination géographique est-elle imaginable?

A Hong Kong, le Centre de Protection de la Santé a enquêté le 30 avril 2020 sur une nouvelle zoonose confirmée : un cas d'infection humaine par le virus de l'hépatite E (VHE) de rat [1].

Dix personnes avaient été testées positives et hospitalisés dans les semaines précédentes. Ce virus se transmet de l'animal à l'homme et il pourrait y avoir des centaines de personnes infectées non diagnostiquées [2].

L’hépatite E, maladie infectieuse due au virus de l'hépatite E (VHE), est la première cause d’hépatite virale aiguë dans le monde.

Elle doit être recherchée de façon systématique devant toute hépatite aiguë , y compris après transfusion. Quand ils sont présents, les signes et les symptômes de l'hépatite E sont semblables à ceux d'autres types d'hépatite virale aiguë associant fièvre, fatigue, ictère (jaunisse), état nauséeux...

Les variantes humaines du virus de l'hépatite E touchent 20 millions de personnes par an dans le monde et sont responsables de 70 000 décès prématurés par an, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Dans les pays en développement, les génotypes 1 et 2 du VHE sont disséminées par l'eau de boisson contaminée par des matières fécales. Le VHE de génotype 1 peut provoquer des hépatites fulminantes et des décès notamment chez les femmes enceintes [3]. En Europe, il s’agit toujours du génotype 3 dont le mode de transmission est principalement la consommation de produits contaminés provenant d’animaux réservoirs du VHE, le porc en particulier. À ce jour, le Centre national de référence (CNR) de l’hépatite E estime qu’il y a en France environ 2 000 nouveaux cas de cette maladie par an [chiffre largement sous-estimé, NDLR].

Le premier cas d'hépatite E du rat transmise à l'homme a été diagnostiqué et documenté à Hong Kong en Septembre 2018. 

Jamais pareil cas n'avait été observé jusque-là puisque la maladie n'était diagnostiquée auparavant que chez le furet et le rat. Les variantes du virus de l'hépatite E (HEV) provoquant une infection humaine appartiennent principalement à l'espèce A HEV (HEV‐A). Le génotype 1 de l'espèce C HEV (HEV‐C1) circule chez le rat et est très différent de HEV‐A. Il était auparavant considéré comme incapable d'infecter les humains, mais le premier cas d'infection humaine par le HEV-C1 récemment découvert et documenté à Hong Kong vient contredire cette hypothèse [4].

Le virus de l'hépatite E du rat est une souche très éloignée des variantes humaines de l'hépatite E selon l'Université de Hong Kong [5].

Les patients immunodéprimées sont sensibles à l'infection chronique par le virus HEV-C1 et à ses manifestations extrahépatiques. L'infection subclinique à HEV‐C1 menace quant à elle la sécurité transfusionnelle.

Au niveau mondial, 57 000 décès et 3,4 millions de cas d’hépatite E aiguë sont attribuables à l’infection par les génotypes 1 et 2 du virus de l’hépatite E.

Il est toutefois peu probable, dans le contexte actuel de pandémie de Covid-19, que l'ensemble des pays alertés par l'OMS sur le sujet ne prennent pas les mesures qui s'imposent afin d'éviter que la prochaine pandémie ne soit l'hépatite E transmise par le rat (HEV-C1).

La prévention de l'infection par l'hépatite E passe par le maintien d'une bonne hygiène personnelle, alimentaire et environnementale : se laver soigneusement les mains avant de manger, conserver les aliments au réfrigérateur, ne pas laisser les aliments à température ambiante pendant une longue période et utiliser un désinfectant domestique à base d'eau de javel diluée pour le nettoyage et la désinfection.

D'autres mesures de prévention sont directement liées aux rongeurs :

- éliminer les sources de nourriture et les lieux de nidification des rongeurs dans le milieu de vie,

- rangez tous les déchets et les restes de nourriture dans des poubelles avec des sacs bien adaptés. Les poubelles doivent être vidées au moins une fois par jour,

- inspectez régulièrement tous les parterres de fleurs et les trottoirs afin de déceler toute infestation de rongeurs,

- évitez le contact avec les rongeurs et les lieux salis par les excréments de rongeurs.

Les personnes à haut risque devront être très vigilantes car elles peuvent développer une forme grave en cas d'infection par le VHE : personnes âgées atteintes d'une comorbidité majeure (en particulier celles qui ont subi une transplantation d'organe), femmes enceintes, patients atteints d'une maladie hépatique chronique et patients atteints de déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase [connu sous le nom de déficit en G6PD, NDLR]. 

Dr Jean-Pascal DEL BANO

www.le-guide-sante.org


Sources :

1. Centre for Health Protection, Department of Health, The Government of the Hong Kong special administrative region. https://www.info.gov.hk/gia/general/202004/30/P2020043000685

2. https://edition.cnn.com/2020/05/08/health/hong-kong-rat-hepatitis-intl-hnk-scn/index.html

3. https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-transmissibles-de-l-animal-a-l-homme/hepatite-e/la-maladie

5. Transmission of rat hepatitis E virus infection to humans in Hong Kong: a clinical and epidemiological analysis

https://doi.org/10.1002/hep.31138

5. https://www.hku.hk/press/news_detail_18461.html






Les articles similaires :