Blog santé : les dernières actualités santé

Traitement du cancer : Attention aux pratiques alternatives et sectaires !

Lors de la présentation à la presse de son rapport annuel 2009, la semaine dernière à Paris, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) s'est inquiétée de l'expansion des pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique et a indiqué préparer une campagne d'information auprès des malades cancéreux pour les prévenir des risques des médecines alternatives.

La mission doit ainsi faire face à une "explosion de l'offre pseudo-thérapeutique" non conventionnelle, "aux conséquences parfois dramatiques". "Les grands mouvements sectaires, bien que toujours présents, sont de plus en plus supplantés par une multitude de structures intégrées dans des réseaux 'new age', qui commercialisent les recettes du 'mieux être', notamment par le biais d'internet", a indiqué le président de la mission, Georges Fenech.

Selon la Miviludes, "les manipulations sectaires se nichent désormais dans les psychothérapies alternatives". "Ces 'psychogroupes' fonctionnent en réseaux organisés et il n'est pas rare de voir des étudiants ou des médecins, en rupture avec l'Ordre, engagés dans cette voie". Georges Fenech a cité l'exemple d'une faculté libre de médecine naturelle et d'ethnomédecine créée par un médecin à Paris, dans laquelle sont formés 400 éducateurs de santé et qui affiche 13 noms de médecins dans l'équipe enseignante.

Parmi les pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique surveillées par la mission, figurent la luminothérapie, la kinésiologie, les faux souvenirs induits ou le reiki (pratique de transfert d'énergie par imposition des mains).

La Miviludes travaille donc actuellement avec le Conseil national de l'Ordre des médecins pour mettre en place "une campagne d'affichage, notamment dans les établissements de santé dédiés au cancer, pour prévenir ces patients de se méfier d'un certain nombre de discours". Elle va également demander au ministère de la justice que les peines prononcées par les tribunaux pour exercice illégal de la médecine soient plus sévères.

 

APM SANTE, AVril 2010.


Nos partenaires et institutions: