LLC : comprendre le fonctionnement interne des cellules tumorales pour prédire la progression d’un cancer

Grâce à l’utilisation d'une nouvelle méthode de dosage pour étudier les cellules tumorales, les chercheurs de l'Université de Californie (San Diego School of Medicine, UC San Diego Moores Cancer Center) ont trouvé des preuves de l'évolution clonale dans la leucémie lymphoïde chronique (LLC). La méthode de dosage distingue les caractéristiques de cellules leucémiques qui indiquent si la maladie va être agressive ou lente, un facteur clé pour les traitements des patients.

Publiés le 26 juillet 2012 dans la revue Blood du journal de l’American Society of Hematology, les résultats de cette étude sont très porteurs. L'évolution clinique de patients atteints de leucémie lymphoïde chronique (LLC) est hétérogène, et plusieurs facteurs pronostiques ont été identifiés comme pouvant stratifier les patients en groupes qui se diffèrent par leur tendance à une relative progression de la maladie et/ou de survie. Les chercheurs ont suivi pour leur étude une cohorte initiale de 130 patients.

En tant que tel, ces résultats ont des implications pour la compréhension de l'évolution du cancer et pour le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques pour tous les patients atteints de LLC.

La progression de la LLC est très variable, et dépend de la vitesse et des effets de l'accumulation de certaines cellules (lymphocytes B monoclonaux) dans le sang, la moelle, et les tissus lymphoïdes. Certains patients sont asymptomatiques pendant des années (non progresseurs à long terme) et ne nécessitent pas de traitement, ce qui implique l'utilisation de médicaments qui peuvent causer des effets secondaires importants et ne sont pas curatifs. Par contre, chez d'autres patients, la LLC (leucémie lymphoïde chronique) est relativement agressive et exige une intervention thérapeutique après le diagnostic.

Les résultats de cette récente recherche montre qu'il n’y a peut-être pas une ligne de démarcation nette entre les formes les plus agressives et moins agressives de leucémie lymphoïde chronique, signale les chercheurs. Il semblerait plus qu'au fil du temps les cellules leucémiques de patients atteints de la maladie indolente commencent à utiliser des gènes similaires à ceux qui sont généralement utilisés par les cellules leucémiques de patients atteints de la maladie dans sa forme agressive.

En d'autres termes, avant le traitement nécessaire, les modèles de gènes exprimés par des cellules leucémiques semblent converger, indépendamment de si oui ou non le patient avait une maladie agressive ou indolente au moment du diagnostic.



Le schéma ci-dessus montre quelques-uns des sous-réseaux d'interaction des protéines qui favorisent ou ralentissent la progression de la LLC. © health.ucsd.edu

Ces résultats aident à définir la façon dont la leucémie lymphoïde chronique — et peut-être d'autres cancers — évolue au fil du temps, en devenant de plus en plus agressive puis mortelle. C’est comme si chaque tumeur avait une horloge qui détermine à quelle fréquence elle peut acquérir des changements fortuits qui font que la maladie se comporte de façon plus agressive.

Cette étude est potentiellement intéressante pour modifier la façon dont les cliniciens traitent la maladie. Notamment pour savoir s'il est préférable d'attendre pour les étapes ultérieures de la maladie, lorsque les cellules tumorales sont plus fragiles et plus faciles à tuer, ou alors de traiter à un stade précoce les cellules tumorales agressives lorsqu’elles sont en moins grands nombres mais plus difficiles à débusquer et plus résistantes à la thérapie.

Sources


Les articles similaires :