Blog santé : les dernières actualités santé

Tabagisme : risques respiratoires à long terme pour les enfants exposés

600 000 personnes meurent chaque année victimes de tabagisme passif

Toxicomanie combattue depuis plusieurs décennies, le tabagisme fait l’objet de nombreuses campagnes publicitaires pour protéger les plus jeunes. Des recherches régulières permettent aussi d’identifier les dangers potentiels du tabac et des personnes touchées par le tabagisme passif. Les risques potentiels pour la santé associés à l'exposition à la fumée de tabac ambiante, surtout chez les enfants dont les parents fument, sont extrêmement importants comme le souligne une nouvelle étude. Menée par des chercheurs américains à partir des rapports de l'Université de l'Arizona (Etats-Unis), l’étude se penche sur les risques pour la santé et montrent que l’impact persiste bien au-delà, en touchant les personnes passives au niveau de leur santé à long terme — et qui finissent souvent par devenir des fumeurs plus tard dans leur vie.

Etude présentée à la Conférence internationale 2012 ATS à San Francisco (Californie, Etats-Unis - ATS 2012 International Conference), cette étude montre que l'exposition au tabagisme parental augmente considérablement le risque de persistance des symptômes respiratoires de l'enfance à l'âge adulte — ceci de manière indépendante des effets du tabagisme personnel au cours de la vie. Par ailleurs, la persistance des maladies respiratoires dans l'enfance et l'âge adulte pourrait indiquer un risque accru de maladies respiratoires chroniques et de déficits de la fonction pulmonaire en fin de vie.

Bien que des études antérieures ont établi un lien entre le tabagisme des parents et des symptômes respiratoires de la petite enfance, cette étude permet de mieux saisir et démontrer les effets qui peuvent persister jusqu'à l'âge adulte. Cette étude vient confirmer que les enfants exposés au tabagisme parental peuvent développer par association des maladies respiratoires à l'âge adulte. Les chercheurs ont examiné les liens avec l'asthme ainsi que d'autres symptômes respiratoires et ont constaté que l'exposition au tabagisme parental était la plus forte association avec une toux et une toux chronique qui a persisté durant la vie adulte. L'exposition au tabagisme parental a également eu des effets, bien que plus faible, sur l'asthme à l'âge adulte.

L’équipe de chercheurs a puisé les données via une étude épidémiologique provenant de Tucson (Arizona, Etats-Unis) sur la maladie pulmonaire obstructive et la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) — une étude prospective initiée depuis 1972, qui a recruté 3.805 personnes à partir de 1655 ménages dans la région de Tucson. Cette étude importante a permis d’évaluer les taux de prévalence et les facteurs de risque de maladies respiratoires et autres maladies chroniques. Les participants de cette étude ont été invités à remplir des questionnaires qui ont été publiés tous les deux ans jusqu'en 1996. Pour cette nouvelle étude sur les risques respiratoires à long terme pour les enfants exposés, les chercheurs ont utilisé les données de 371 personnes qui ont été inscrits à l’âge enfant dans la base de données de l’étude. Ils ont identifié les individus qui sont entrés dans l'étude TESAOD quand ils avaient moins de 15 ans et qui ont été suivis jusqu'à l'âge adulte au cours de l'étude.  Les données recueillies auprès des participants enfants prenaient aussi en compte les informations sur le statut tabagique de leurs parents.

« Nous avons examiné l'asthme ainsi que d'autres symptômes respiratoires et nous avons constaté que l'exposition au tabagisme parental était la plus forte association avec une toux et une toux chronique qui a persisté dans la vie adulte » a déclaré l’un des auteurs de l’étude, le Dr Juliana Pugmire de l’Université de l’Arizona.

Une fois que les données ont été recueillies, les chercheurs ont déterminé que 52,3% des enfants inclus dans l'étude ont été exposés à la fumée de tabac ambiante entre la naissance et l’âge de 15 ans. Après ajustement sur le sexe, l'âge, et les informations détaillées sur leur environnement, les chercheurs ont constaté que l'exposition à la fumée de tabac ambiante dans l'enfance était significativement associée à plusieurs symptômes respiratoires persistants, y compris la sibilance (sifflement respiratoire), la toux et la toux chronique. Le sifflement respiratoire persistant de l'enfance à l'âge adulte a été démontré comme étant associé à des déficits de la fonction pulmonaire. La bronchite chronique (définie comme une toux chronique) est un facteur de risque significatif pour la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) dans le développement ultérieur de la vie. Par conséquent, la persistance des symptômes comme la toux et une respiration sifflante chronique à l'âge adulte ou jeune peut indiquer une prédisposition à des déficits de la fonction pulmonaire et les maladies respiratoires chroniques avec l'âge. La MPOC peu mener à une insuffisance cardiaque et chez les fumeurs, la MPOC augmente le risque de cancer du poumon.

Rappelons qu’en France, la première loi de lutte contre le tabagisme est la loi du 9 juillet 1976 du Code de la Santé Publique (Loi 76-616 publiée au JO le 10 juillet 1976), dite loi Veil, mais que de nombreux points de la législation sur la production, le conditionnement, la publicité ou la protection des mineurs sont régulièrement en évolution. Actuellement — selon l’OMS — , le tabagisme est la deuxième cause de décès au niveau mondial et provoque la mort d’un adulte sur dix sur la planète. Enfin, organisée chaque année le 31 mai, la Journée mondiale sans tabac permet de sensibiliser toutes et tous sur les dangers du tabac pour la santé et de l’action antitabac de l’OMS, et « susciter l'adhésion à la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac ».

Sources

Nos partenaires et institutions: