Blog santé : les dernières actualités santé

Les français fument moins... pas les françaises !

En France, les femmes ont augmenté leur exposition au tabac contrairement aux hommes, au cours des 20 dernières années, selon une étude française publiée dans la revue spécialisée European Journal of Cardiovascular Prevention and Rehabilitation.

La prévalence du tabagisme et le taux de mortalité par maladie coronaire ont été calculés au cours de trois périodes (1985-1987, 1995-1997 et 2005-2007) auprès de populations vivant dans trois zones géographiques distinctes (agglomération lilloise, départements du Bas-Rhin et de la Haute-Garonne).

Chez les hommes âgés de 35 à 64 ans, les auteurs ont observé une diminution significative du tabagisme entre 1985-1987 et 2005-2007, la prévalence étant passée de 40% à 24,3%. Celle d'anciens fumeurs est restée stable (37%). Le taux de personnes n'ayant jamais fumé a augmenté de 24,7% à 38,2%.

Chez les femmes du même âge, il a été à l'inverse constaté une légère hausse de la consommation de tabac entre 1985-1987 et 2005-2007, qui est passée de 18,9% à 20%. La prévalence d'anciennes fumeuses a également augmenté (24,7% à 38,2%) tandis que le taux de non-fumeurs a diminué (72,4% à 54,6%).

La hausse du tabagisme chez les femmes a été surtout marquée dans le milieu des années 90, en particulier chez les 35-54 ans.

Entre 1995-1997 et 2005-2007, le taux de mortalité cardiovasculaire a baissé d'environ 10% chez les hommes de 35 à 54 ans et de 15% chez les 55-64 ans. Cependant chez les femmes, ce taux de mortalité a augmenté de plus de 4,9%.

"Les hommes ont réduit leur exposition au tabac de 40 à 24,3%, ce qui laisse prévoir une baisse des décès par maladie coronaire. A l'inverse, les femmes ont l'augmentée, laissant présager une hausse de ces décès", a déclaré dans un communiqué l'un des auteurs de l'étude, le Dr Jean Dallongeville (Institut Pasteur de Lille).

Les auteurs estiment que "la pression doit être maintenue" par les autorités sanitaires pour réduire le tabagisme dans la population, afin de poursuivre la réduction des facteurs de risque des maladies coronaires.

© APM-Santé - PARIS, le 14 décembre 2010

Sources : The European Journal of Cardiovascular Prevention and Rehabilitation, publication en ligne accélérée du 8/12/2010; Emmanuelle Tilloy et Jean Dallongeville -Institut Pasteur de Lille- et coll.


Nos partenaires et institutions: