Blog santé : les dernières actualités santé

Cancer du sein à récepteurs aux œstrogènes positifs : hormonothérapie et récidive au long terme

Le cancer du sein est aujourd’hui un problème de santé publique en France : il est le premier cancer de la femme selon l’incidence, mais aussi en termes de mortalité par cancer [1].

récidive du cancer du sein

Suivi à long terme de la récidive de cancer du sein

Cette méta-analyse [2] a exposé les résultats de quatre-vingt huit essais impliquant 62 923 femmes atteintes d’un cancer du sein avec des récepteurs aux œstrogènes positifs [RE+] à un stade précoce, indemnes de tout événement après cinq ans d’hormonothérapie (récidive locale, récidive à distance, second cancer et mortalité par cancer).

Le critère de jugement principal a été la récidive à distance de ces cancers (et dans une moindre mesure, la récidive loco-régionale, un nouveau cancer controlatéral et la mortalité par cancer) entre cinq et vingt ans après le diagnostic, en fonction des caractéristiques initiales de la tumeur.

Prolongement de l’hormonothérapie pour éviter le risque de récidive du cancer ?

Les résultats soulignent la persistance au long terme du risque de récidive mais aussi de mortalité par cancer, même chez les femmes « de bon pronostic ». En effet, le risque cumulatif de récidive à distance reste de 13 % après vingt ans en cas de T1 (tumeur supérieure à 2 cm) N0 (sans atteinte ganglionnaire). Le statut ganglionnaire a été le facteur prédictif le plus fortement corrélé aux récidives tardives (le risque augmentant avec le nombre de ganglions envahis).

Ces résultats incitent donc à adapter nos pratiques et à maintenir une surveillance au long cours, bien des années après le diagnostic initial de cancer. Une solution possible est de prolonger l’hormonothérapie au-delà de cinq ans. Mais cette décision doit être évaluée au cas par cas et rester le fruit d’une balance bénéfice/risque en raison des nombreux effets indésirables de ces traitements.

Dr Marion AUPOMEROL
http://www.mediamed.org/medg/

Sources et références

1. Données issues de l’InVS (Institut de Veille Sanitaire) 2011.
2. Pan H, et al, 20-Year Risks of Breast-Cancer Recurrence after Stopping Endocrine Therapy at 5 Years. N Engl J Med. 2017 Nov 9; 377(19):1836-1846.


Nos partenaires et institutions: