Blog santé : les dernières actualités santé

L'activité physique, un effet positif sur la glycémie

Si l'importance de l'activité physique dans la prévention du diabète de type 2 est reconnue, "peu d'études l'ont évaluée sur des critères objectifs", a souligné Beverley Balkau, chercheur à l'Inserm 782 (Villejuif).

Dans cette nouvelle étude, les participants, âgés de 30 à 60 ans, ont porté un appareil (appelé accéléromètre) pendant en moyenne six jours, pour évaluer leur activité physique habituelle. Une hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO, consistant à ingérer une certaine dose de sucre -glucose- puis à mesurer la glycémie deux heures plus tard), réalisée lors du jour J, puis trois ans plus tard, a permis de suivre l'évolution de la glycémie.

Les résultats concernant 607 patients montrent que l'activité physique totale n'était pas associée initialement à la glycémie à jeun, ni à l'HGPO. Mais à trois ans de suivi, la glycémie à jeun et celle mesurée deux heures après l'ingestion de sucre étaient respectivement plus élevées dans le premier quartile de niveau d'activité physique (soit le niveau le plus bas) comparé au quatrième quartile (niveau le plus haut). Ce qui signifie que plus l'activité physique était importante, plus basse devenait la glycémie au fil du temps.

De même, si la réponse de l'insuline (hormone sécrétée par le pancréas en réaction à une augmentation du sucre dans le sang), 30 minutes après ingestion de glucose, était plus basse à l'inclusion chez les personnes les plus actives, elle augmentait  trois ans plus tard sous l'effet de l'activité physique.

 

APM SANTE, Avril 2010.


Nos partenaires et institutions: