Blog santé : les dernières actualités santé

Prévenir la prise de poids en réduisant les glucides et en consommant modérément les protéines

Un régime alimentaire modéré en protéines et légèrement réduit en glucides préviendrait la reprise de poids, selon une étude européenne.

Cette étude, baptisée DIOGENES, a été menée dans huit pays européens (mais pas la France) chez 773 adultes en surpoids ayant perdu en huit semaines au moins 8% de leur poids initial (11 kg en moyenne) avec un régime basse calorie (800 à 1.000 kcal par jour) comprenant jusqu'à 400 g par jour de légumes.

Les participants ont suivi l'un des cinq régimes avec une teneur modérée en lipides et :

- soit un régime contrôle (avec une teneur modérée en protéines et aucune instruction sur l'index glycémique, c'est-à-dire la teneur en glucides)

- soit l'un des quatre régimes présentant des parts variables de protéines et d'index glycémique (faible taux de protéines et faible index glycémique, teneur élevée en protéines et index glycémique élevé, taux élevé de protéines et faible index glycémique, teneur faible en protéines et index glycémique élevé).

71% des participants sont allés jusqu'au bout de ces régimes, l'observance ayant été significativement moins bonne avec les régimes alliant une faible teneur en protéines et un index glycémique élevé, par rapport aux régimes basés sur une teneur élevée en protéines ou un index glycémique bas.

La reprise de poids était de 0,56 kg en moyenne et seul le régime alliant une faible teneur en protéines et un index glycémique élevé a été associé à un regain pondéral important de 1,67 kg.

La reprise de poids était inférieure de 0,93 kg avec un régime à forte teneur en protéines, par rapport à un régime à faible teneur en protéines, et inférieure de 0,95 kg avec un régime à index glycémique bas, par rapport à un régime à index glycémique élevé.

"Dans cette grande étude européenne, une augmentation modeste de la teneur en protéines et une légère réduction de celle en glucides ont conduit à une amélioration de l'observance et au maintien de la perte de poids", concluent les auteurs.

 

(NEJM, 25 novembre, vol.363, n°22, p. 2102-2113 et p. 2159-2161; Thomas Meinert Larsen, université de Copenhague, et coll.)

© APM-Santé - WASHINGTON, le 23 décembre 2010




Nos partenaires et institutions: