L'hôpital, une entreprise comme les autres ?

La dérive de notre système de santé

Deux praticiens hospitaliers et une économiste de la santé font un état des lieux sans détour sur la dérive de notre système de santé et sur le profond malaise du monde hospitalier.

Les crises économiques ont écorché l’idée de solidarité, donné naissance aux gestionnaires, au budget global, puis à la réforme de la tarification à l’activité (T2A).

Cette dernière s'inscrivait dans une préoccupation d'amélioration du système de santé mais, dès sa mise en place, elle a entraîné une nouvelle forme de management et augmenté la pression déjà forte des exigences qualitatives et quantitatives dans un contexte de contraintes économiques et budgétaires.

Non, l’hôpital n’est pas une entreprise comme les autres

La crainte du déficit, qui est devenue le seul centre d’intérêt de l’administration, a conduit à des comportements irrationnels.

En quelques années tout a basculé : les malades se sont transformés en clients et les gestionnaires ont perdu de vue l’essentiel.

La recomposition hospitalière a transformé des hôpitaux dédiés à l'accueil des malades en structures de production de soins fréquentées par des usagers.

Même l'équilibre des comptes ne résoudrait pas le problème d’un modèle qui a fini par accorder plus d’importance au contrôle qu’à l’action, aux règlements qu’aux acteurs.

Le malaise de l’hôpital est une crise de sens, dont les premières victimes sont ses propres agents

Cette crise témoigne de la souffrance des personnels. S’ils savent pertinemment ce qui les fait souffrir, ils savent aussi pourquoi ils restent. Ils voient dans la santé une filière d’avenir.

« Vouloir soigner » constitue pour eux une valeur. Ils savent que, quelle que soit la contrainte, l’hôpital doit rester accueillant, centré sur l’humain et la prise en compte de la fragilité.
Il doit anticiper l’allongement de la durée de vie, le développement des maladies rares et chroniques et des maladies émergentes.

L’exercice devient oppressant pour les soignants et exacerbe la souffrance au travail, même si les patients restent globalement bien soignés

La force de l’hôpital, c’est ses agents, les femmes et les hommes qui y travaillent, pas les bâtiments qui vieillissent et ne s’adaptent pas aux changements, ni les matériels qui subissent une obsolescence programmée.

L'idée que l’État ne peut pas tout faire,donne à chacun l'envie d'agir. L’envie de ne plus subir. L’envie de proposer un autre état d’esprit, sans exclusion, mais en tenant compte de l’expérience accumulée.

Le livre « Repenser l’hôpital, rendez-vous manqués et raisons d’espérer » [1] raconte l’histoire de cette dérive et nous aide à comprendre comment la réappropriation de la qualité des soins et l’adaptation du financement à la réalité seront les éléments clés du succès. Il donne l’élan d’une vocation retrouvée et d’un changement de modèle qui inverseront la spirale infernale, pour le bien des malades, des professionnels de santé et des contribuables.

A propos des auteurs

  • Michel Tsimaratos, professeur de pédiatrie à Aix-Marseille Université, dirige le service de pédiatrie multidisciplinaire à l'hôpital de la Timone à Marseille.
  • Bénédicte Devictor, économiste de la santé, est maître de conférences à la faculté de médecine Aix-Marseille Université.
  • Stéphanie Gentile, professeur de santé publique à Aix-Marseille Université, est responsable du service d'évaluation médicale à l'hôpital de la Conception à Marseille.

Résumé de l'éditeur

Tout au long de son histoire, l'hôpital a connu de nombreuses réformes. La réforme de la T2A (tarification à l'activité) s'inscrivait dans une préoccupation d'amélioration du système de santé, mais elle a désorienté les personnels hospitaliers, mal préparés à ce changement. Dès sa mise en place, elle a entraîné une nouvelle forme de management et augmenté la pression déjà forte des exigences qualitatives et quantitatives dans un contexte de contraintes économiques et budgétaires. Dix ans après, les conditions de travail à l'hôpital se sont considérablement dégradées, faisant apparaître le risque d'épuisement professionnel. La qualité et la sécurité ne doivent-elles concerner que les aspects médico-économiques ? Les soins ont-ils tous vocation à être rentables ? La recomposition hospitalière a transformé des hôpitaux dédiés à l'accueil des malades en structures de production de soins fréquentés par des usagers. La santé publique est devenue un acteur de l'économie nationale. Mettant en perspective la complexité, la densité, voire parfois l'incohérence du système actuel, les regards croisés de deux praticiens hospitaliers et d'une économiste de la santé permettent de faire un état des lieux assez éloigné des traditionnelles recommandations et rapports d'experts. Le management pyramidal et hiérarchique, couplé à une vision purement financière, a vécu. Il est urgent de replacer l'humain au cœur des préoccupations de tous les acteurs de la filière santé.

REPENSER L'HÔPITAL

Sources

  1. Tsimaratos M, Devictor B, Gentile S. Repenser l’hôpital. Rendez-vous manqués et raisons d’espérer. Ed. Michalon, 2019. https://www.michalon.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=500656
  2. Références de l'ouvrage : Broché - format : 15 x 24 cm. ISBN : 978-2-84186-914-5 • 7 février 2019 • 288 pages. EAN PDF : 9782347001612. EAN ePUB : 9782347016760

Le guide des hôpitaux et cliniques de France.

Recherchez parmi les 1335 établissements