Déconfinement en EHPAD :

faire les tests c’est bien, mais sans la sérologie cela n’a pas de sens !

George est animateur dans un EHPAD en province où il s’est confiné par choix pendant deux mois pour rester auprès des résidents. Il raconte son vécu pendant le confinement, le déconfinement et ce qui a changé dans les EHPAD après cet épisode difficile.

Quel est le protocole à suivre depuis le déconfinement ?

Les visites viennent d’être autorisées de nouveau par l’Agence Régionale de Santé (ARS) en début de semaine dernière. En tant qu’acteur, je regrette que l’entourage des résidents puisse rentrer si tôt dans l’établissement et dans les chambres. Nous avons mis en place un protocole que les familles, malheureusement, ne lisent pas. Souvent, elles ne comprennent pas la nécessité de respecter les gestes barrières, donc nous sommes contraints de laisser les portes des chambres ouvertes pour vérifier. C’est aux familles de faire attention, elles sont responsables de la santé de leurs parents. Pour moi, il faut privilégier les visites à l’extérieur quand cela est possible plutôt qu’à l’intérieur de l’établissement. 

Comment se déroule l’entrée d’un nouveau résident au regard des nouveaux protocoles ?

Un résident ne peut rentrer en EHPAD qu’après avoir été testé. S’il ne présente aucun symptôme, la quatorzaine ne lui est pas imposée. Toutefois, cela ne le met pas à l’abri d’une possible contamination entre le test et son arrivée. Personnellement je laisserais la personne pendant trois ou quatre jours en chambre en faisant en sorte qu’elle soit le plus éloignée possible des autres résidents sans qu’elle puisse s’en rendre compte. Puis je la re-testerais. 

Quelle est votre position sur les tests ?

L’ensemble du personnel aurait dû être testé pendant la crise. Or les tests n’ont été effectués que 15 jours avant le déconfinement. Faire les tests RT-PCR, c’est bien mais il y a des erreurs, sans la sérologie cela n’a pas de sens. J’aurais fait le déconfinement avec beaucoup plus de possibilités de tests non invasifs pour nos anciens. De plus, il me paraît essentiel que la sérologie soit pratiquée sur tous les employés en plus du contrôle de la température. Toutes les maisons de retraite devraient avoir la capacité financière de pouvoir les réaliser. 

Comment s’est déroulé le confinement ?

Cela s’est globalement bien passé, car toute l’équipe soignante s’est investie. Ne sachant rien du virus, nous avons préféré porter les masques tout le temps et ne pas faire tourner les surblouses contrairement aux recommandations initiales de l’ARS. Nous nous sommes procurés, par nos propres moyens et grâce à la solidarité, surblouses individuelles et masques. 

Même confinés, il y avait de la vie. J’organisais deux apéritifs par semaine en chambre et je passais du temps avec chaque personne pour discuter. Lorsque le temps était beau, les résidents, distants de deux mètres l’un de l’autre, pouvaient profiter du jardin. Nous échangions souvent par WhatsApp avec les familles. Pour les résidents sourds, je mettais une enceinte Bluetooth contre leur oreille afin qu’ils puissent communiquer sans difficulté. 

Aujourd’hui, Il faut que la vie continue mais les gens doivent vraiment faire attention.


Cécile MENU




Les articles similaires :