Maladie d’Alzheimer et antagonistes des récepteurs de l'angiotensine :

leur usage diminue-t-il l’incidence de la maladie ?

La maladie d'Alzheimer est un grave problème de santé publique. C’est la plus fréquente des maladies neurodégénératives avec un million de patients et 225 000 nouveaux cas dépistés chaque année en France.


De nombreuses approches thérapeutiques sont ou ont été testées.


Après une recherche systématique de travaux rapportant l'association entre l'utilisation d'antagonistes des récepteurs de l'angiotensine (ARA) et l'incidence de la maladie d'Alzheimer (MA), Teodoro J Oscanoa et al. ont sélectionné dix études (un essai clinique avec répartition au hasard, deux études cas-témoins et sept études de cohorte) répondant aux critères d'inclusion de cette meta-analyse.


Dans le cadre de l'analyse des neuf études observationnelles, l'utilisation des ARA est apparue associée à un risque réduit de MA incidente (hazard ratio [HR] = 0,72 ; intervalle de confiance à 95 % [IC] : 0,58-0,88 ; p < 0,001).

La diminution de l'incidence de la MA est également apparue significative au cours de l'essai clinique randomisé (HR = 0,31 ; IC : 0,14-0,68).


Les médicaments antihypertenseurs peuvent réduire l'incidence des troubles cognitifs,

mais l'effet hypotenseur pourrait ne pas en être le mécanisme d'action.


Cette étude, qui visait à examiner systématiquement l'association entre l'utilisation des ARA et l'incidence de la MA, confirme que la prise d'ARA peut réduire cette incidence. Cette association n'implique pas de causalité et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour en clarifier les mécanismes potentiels.



Dr Henri GRACIES

https://www.mediamed.org



Source :


Oscanoa TJ, et al. Angiotensin-Receptor Blockers (ARBs) and risk of Alzheimer´s Disease: A meta-analysis. Curr Clin Pharmacol. 2020 Jan 31.


doi:10.2174/1574884715666200131120224 


Les articles similaires :