Blog santé : les dernières actualités santé

Douleurs chroniques : toujours moins de morphiniques ?

Les douleurs chroniques, principalement lombaires, sont un des maux des sociétés actuelles. En raison du manque d’efficacité des thérapeutiques et des répercussions en terme de qualité de vie, dépression secondaire notamment, les douleurs chroniques sont un motif de consultation fréquent auprès des médecins généralistes.

La prise en charge de ces patients nécessite la prescription d’une analgésie dite multimodale. Cependant, ces traitements ont de nombreux effets indésirables, et ce d’autant que la durée de prescription est longue.

Les auteurs de l’étude SPACE, publiée en mars 2018 dans le JAMA, ont comparé l’utilisation de dérivés morphiniques (morphine, oxycodone, fentanyl, etc.) à celle de traitements sans morphinique (paracétamol, anti-inflammatoire non stéroïdien, anesthésiques locaux, antidépresseurs, etc.)


Dans le cadre de cette étude multicentrique, contrôlée avec évaluation en aveugle, deux cent quarante patients, souffrant de douleurs modérées à sévères du dos, de la hanche ou du genou (secondaires à de l’arthrose), depuis au moins six mois, ont été répartis au hasard entre juin 2013 et décembre 2015. Un suivi de douze mois a été entrepris.

Pour chaque bras de l’étude (morphinique ou sans morphinique), trois paliers de traitement successifs (du moins puissant au plus puissant) pouvaient être prescrits selon les besoins.

Optimiser la prise en charge par le médecin généraliste

Le critère de jugement principal (CJP) dans cette étude a été le retentissement fonctionnel de la douleur, évalué par le score brief pain inventory (BPI) après douze mois de traitement.
Il n’a pas été constaté de différence significative entre les deux groupes concernant le CJP (p = 0,58). Par ailleurs, il existerait, selon ces résultats, une plus importante diminution de l’intensité de la douleur avec un traitement sans morphinique (critère de jugement secondaire : p = 0,03) avec moins d’effets indésirables que lors de l’utilisation de morphiniques (p = 0,03).

Malgré les nombreuses limites inhérentes à ce type d’étude (évaluation de la douleur subjective malgré l’utilisation de scores, observance difficile à contrôler, connaissance des patients concernant les morphiniques plus importantes que celle des autres traitements), la prise en charge de ces patients se révèle complexe. Un suivi global associé à une analgésie adaptée à chaque patient (l’analgésie non morphinique étant probablement à privilégier) par des médecins généralistes avisés pourrait permettre une prise en charge optimale de ces syndromes douloureux.

Dr Paul DESFORGES
http://www.mediamed.org


Source :

Krebs EE, et al. Effect of Opioid vs Non opioid Medications on Pain-Related Function in Patients With Chronic Back Pain or Hip or Knee Osteoarthritis Pain. The SPACE Randomized Clinical Trial. JAMA 2018;319(9):872-882. doi:10.1001/jama.2018.0899.


Nos partenaires et institutions: