Blog santé : les dernières actualités santé

Alzheimer et démence : 135 millions de malades d’ici 2050

La démence est une épidémie mondiale en expansion, et à l’inverse de plusieurs rapports publiés ces dernières années, ce ne sont pas que les pays à revenu élevé qui souffrent de cette épidémie. C’est ce que vient souligner un récent rapport publié par l’association Alzheimer’s Disease International, intitulé « L'impact mondial de la démence 2013-2050 ». Ce dernier rapport, présenté au « G8 Dementia Summit » 2013 à Londres, dresse un bilan alarmant qui devrait alerter et modifier considérablement les futures politiques de Santé Publique sur la démence.

« Syndrome dans lequel on observe une dégradation de la mémoire, du raisonnement, du comportement et de l’aptitude à réaliser les activités quotidiennes », la démence inquiète les politiques de Santé Publique depuis plusieurs années, mais l’association Alzheimer’s Disease International insiste et tire la sonnette d’alarme, tant la progression de maladies comme Alzheimer ne cesse d’augmenter. Le nombre de personnes atteintes de démence dans le monde devrait tripler d'ici à 2050, selon cette nouvelle analyse.

La démence : épidémie inquiétante et sous-estimée

La démence, composée de maladies comme Alzheimer, est une des thématiques de Santé Publique qui ne cesse d’interpeller le plus grand nombre, non seulement à cause de la crainte d’être soi-même « touché » et de voir l’un de ses proches atteint, mais aussi par les conséquences économiques et sociales qu’imposent les prises en charge. L’espérance de vie s’allonge et cette mutation sociale nous pousse à nous adapter et à nous confronter à des problématiques spectaculaires.

En ce sens, dans un esprit de coopération internationale et de solidarité, la Recherche contre la démence essaye de mettre à jour le plus possible les actions et informations permettant de faire évoluer la prise en charge et la prévention de ce fléau mondial.

Selon les chercheurs, la démence frappe surtout les personnes âgées, sans être « une composante normale du vieillissement ». Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on dénombrerait « 35,6 millions de personnes atteintes de démence dans le monde et il apparaît chaque année 7,7 millions de nouveaux cas. ». Chiffres ne cessant de progresser, tous les gouvernements doivent prendre en compte cet élément dans leur politique de Santé Publique. Dans le cas contraire, ils devraient faire face au risque de voir leur population vieillissante confrontée à un handicap et à la dépendance aux conséquences dramatiques pour toute la société.

Le nombre de personnes atteintes de démence dans le monde devrait tripler d'ici à 2050. L’association Alzheimer’s Disease International affirme que 44 millions de personnes vivent avec la maladie, mais ce chiffre passera à 135 millions en 2050. Les chiffres ont été publiés avant le Sommet sur la démence (G8 Dementia Summit) à Londres (Grande-Bretagne), prévu le 11 décembre 2013 (la capitale anglaise étant le coeur des activités du G8, gouverné par la Grande-Bretagne en 2013, "UK Presidency of G8 2013").

En France, la Recherche et les associations de patients sur la démence ne cessent de s’activer pour améliorer la prévention et le financement permettant de trouver un « remède » contre la démence, mais  comme le souligne l’association France Alzheimer, « Regardons la maladie en face ! Aujourd’hui, 3 millions de Français sont directement ou indirectement touchés par la maladie d’Alzheimer, dont plus de 850 000 personnes malades. Avec près de 225 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année, la maladie progresse, si rien ne change, notre pays comptera 1 275 000 personnes malades dans seulement 8 ans. ».

Source : © 2013 France Alzheimer, Infographie via http://www.francealzheimer.org/combat-france-alzheimer-en-chiffres/691

Alzheimer’s Disease International s'attend à une espérance de vie de plus en plus importante, conduisant à une flambée des cas dans les pays pauvres et en développement, notamment en Asie du Sud-Est et en Afrique.

Actuellement, 38 % des cas de démence sont dans les pays riches. Mais cet équilibre va se déplacer de manière significative d'ici 2050, dont 71% des patients seront dans les pays pauvres et en développement. Le rapport indique que la plupart des gouvernements sont « terriblement mal préparés pour l'épidémie de démence ». Le rapport insiste sur le fait que, si nous regardons vers l'avenir le nombre de personnes âgées va augmenter de façon spectaculaire et tout doit donc être engagé pour enrayer cette avancée. La démence est en passe de devenir le plus grand défi en Santé Publique de la nouvelle génération.

Source : capture d’écran, Rapport « The Global Impact of Dementia 2013–2050 », via Alz.co.uk

Pour Alzheimer’s Disease International, le G8 est vu comme une chance ultime pour pousser les gouvernements à réagir et prendre des mesures concrètes, à travailler de concert sur les politiques à mettre en place au niveau mondial. Fondamentalement, cela doit inclure l'ouverture de l'accès au diagnostic, et le traitement fondé sur des données probantes actuelles pour la prise en charge. Tous les pays du monde ne parviennent pas à cet objectif fondamental, et des mesures pour régler ce problème doivent être une priorité.

Le rapport proposé par Alzheimer’s Disease International (élaboré notamment avec l'Observatoire mondial pour le vieillissement et la démence du King College de Londres), se base sur une mise à jour tenant compte des nouvelles preuves émergentes de la Chine et de l'Afrique subsaharienne, et de l'application de nouveaux taux de prévalence des projections démographiques de l'ONU (Organisation mondiale des nations unies). Enfin, le rapport apporte de nouvelles Recommandation et Conclusions :

•    Les nouvelles données ont montré que le fardeau actuel et le futur impact de l'épidémie de démence ont été sous-estimé, en particulier pour l'Asie de l'Est et l'Afrique subsaharienne. La « charge » mondiale va bientôt passer aux pays pauvres.

•    Nos meilleures estimations montrent que 10% des cas de démence peuvent être évité par l'amélioration de la Santé Publique. Les campagnes qui ciblent le tabagisme, une hypoactivité, l'obésité, l'hypertension et le diabète devraient être prioritaires ainsi que l'éducation et d'autres améliorations cognitives.

•    Le coût économique de la démence est de 604 milliards de dollars ($) annuellement (2010). Ces coûts vont augmenter au moins proportionnellement avec le nombre de personnes touchées, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire

•    La Recherche doit être une priorité mondiale si nous voulons améliorer la qualité et la couverture des soins, trouver des traitements qui modifient le cours de la maladie et identifier plus d'options pour la prévention.

•    Les investissements dans la recherche d'un traitement médicamenteux doivent être équilibrés par des initiatives visant à améliorer l'accès à la preuve fondée.

•    Des leçons peuvent être tirées de l'épidémie de VIH (Sida) en ce qui concerne la relation entre le succès dans la recherche et la présence des systèmes de soins bien établis, l'accès aux technologies de diagnostic et de traitements médicamenteux dans les pays à revenu faible et moyen et une meilleure mise en œuvre des « essais mondiaux ».

•    La démence doit être déclarée comme une priorité de Santé Publique en initiant des débats nationaux en ce qui concerne la prestation future de soins de longue durée. Jusqu'à présent, seuls 13 des 193 pays ont des plans nationaux de démence en place.

•    Tous les pays, et pas seulement ceux du G8, doivent s'engager à des plans détaillés pour une action concertée. La coopération internationale sera indispensable et il y a une nécessité d'un plan d'action global entre les gouvernements, l'industrie et les organismes à but non lucratif comme les associations Alzheimer.

Sources

Nos partenaires et institutions: