Surpoids et obésité de l’enfant : lien entre temps de sommeil et appétit

Indispensable, réparateur et régulateur de notre santé et bien-être, le sommeil est un état naturel opposé à l’état d’éveil. Bien que chaque être humain n’ait pas un besoin identique en terme de temps de sommeil, ce qui se modifie aussi avec l’âge vieillissant, des chercheurs se penchent sur l’état de sommeil et ses pathologies depuis des décennies, pour en comprendre les mécanismes.

Le sommeil est un état fondamental pour permettre notamment aux défenses immunitaires et à tout l’organisme de se régénérer. Plus encore, le sommeil et les rythmes de l’enfant sont des enjeux à ne pas négliger. Selon sa qualité, le sommeil peut avoir des conséquences sur la santé, en particulier lors de privations ou de troubles.

Dans ce sens, une nouvelle étude publiée dans la revue Pediatrics (en ligne, 4 Novembre 2013) vient confirmer que le manque chronique de sommeil accroît les troubles alimentaires et un possible risque d'obésité chez l’enfant. Un seul mot d’ordre : une bonne hygiène de sommeil est un facteur capital dans la santé de l’enfant, et dans la prévention des maladies.

La durée du sommeil des enfants modifie l'appétit et sa régulation

Les chercheurs et professionnels de Santé Publique le savent, les études scientifiques sur le sommeil et ses pathologies sont vitales pour mieux comprendre la force de cet état. C’est dans cette direction qu’une étude américaine publiée en Novembre 2013 dans le journal officiel de l’American Academy of Pediatrics vient éclairer à nouveau la fonction dominante du sommeil dans le métabolisme, dès la naissance et pendant l’enfance. Les résultats dévoilent que le temps de repos des enfants influencerait leur prise de poids.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont fait appel à 37 enfants âgés de 8 à 11 ans sur une période de trois semaines. Dans cette étude, presque un tiers des enfants participants étaient en surpoids ou obèses. L’objectif principal pour l’équipe de chercheurs était d’examiner l'effet des variations dans la durée du sommeil des enfants sur leur consommation alimentaire (la prise alimentaire), et étudier notamment l’hormone de régulation de l'appétit.

Les enfants participants dormaient leur quantité habituelle à la maison lors de la première semaine et ont ensuite été randomisés pour augmenter ou diminuer leur temps de sommeil durant les deuxième et troisième semaines. Les chercheurs soulignent que les résultats mettent en évidence que plus le sommeil était long, moins les enfants mangeaient de calories, et perdaient aussi du poids.

A ces résultats, les auteurs de l’étude ajoutent qu’une correspondance serait constatée entre le temps de sommeil et les niveaux de l’hormone de la faim (la leptine). A noter que la leptine, qui régule en particulier les ressources de graisse dans l’organisme et contrôle l’appétit, joue aussi un rôle dans d’autres maladies comme le diabète ou l’arthrose, comme l’indique une étude française publiée en 2003.

Bien que cette nouvelle étude soit réalisée aux Etats-Unis, un pays clairement touché par l’obésité et le surpoids chez les enfants (et les adultes), elle est cruciale pour les politiques de santé publique de tous les pays. Elle devrait notamment conforter les efforts fournis par les professionnels de santé concernés directement par la prévention en pédiatrie et les troubles alimentaires chez le nourrisson et l’enfant.

Ménager un équilibre du sommeil chez les enfants est donc un objectif à marquer d’une pierre blanche pour prendre soin de votre enfant.

Sources

Les articles similaires :