Covid-19 : L'Hospitalisation privée est-elle mobilisée ? Épisode 2

Photo de la tour de la citadelle de Besançon

Avant de vous livrer notre nouvel épisode de notre websérie « Covid 19 l'hospitalisation privée est-elle mobilisée ? », nous souhaitons rendre hommage à nos cinq confrères nous ayant quitté alors qu'ils se battaient pour sauver nos vies. Nous voulons assurer de notre notre profond respect et de tout notre soutien tous nos consoeurs et confrères soignants, aujourd'hui en première ligne face au Covid-19.
Episode 2 - Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est [2/5]

Grand Est, région la plus touchée de France par l’épidémie de coronavirus SARS-CoV-2

Dans le droit fil de l'enquête que LE GUIDE SANTE mène cette semaine sur la mobilisation des cliniques face à l'épidémie de le Grand Est, région la plus touchée de France par l’épidémie de coronavirus SARS-CoV-2, nous avons contacté ce jour des établissements privés des régions Grand Est et Bourgogne Franche Comté. 

Dans le Grand Est, la situation s'aggrave d'heure en heure avec près de la moitié des décès totaux enregistrés en France alors que le pic n’est pas encore atteint. 

L'ARS du Grand Est a annoncé le décès de 3 médecins.

"Les flux de patients en réanimation augmentent très fortement : 38% d'augmentation en 24 heures" précise l'ARS dans son bulletin. Au 23 mars, 2348 personnes sont hospitalisées dans le Grand Est.

Polylinique Gentilly à Nancy et Hôpital Clinique Claude Bernard à Metz à l'honneur !

Deux des quatre établissements privés de Grand Est disposant de lits de réanimation ont répondu à notre questionnaire.

Il s'agit de la Polylinique Gentilly à Nancy qui a d'ores et déjà pris en charge 7 patients confirmés Covid-19 en réanimation et 11 patients en hospitalisation conventionnelle (dont 5 confirmés Covid-19 et 4 suspects en attente de résultats).
Pour le moment, 15 lits d'hospitalisation conventionnelle (probablement 30 lits dans les jours à venir) et 12 lits de réanimation sont dédiés Covid-19.
L'établissement nous signale également qu'actuellement, 5 patients ont été admis aux urgences avec symptômes de la maladie à coronavirus.

Le deuxième établissement est l'Hôpital Clinique Claude Bernard à Metz avec 12 lits de lits de réanimation dédiés aux patients Covid+ dont 8 occupés par des patients Covid+ et 38 lits dédiés aux patients Covid-19+ en hospitalisation conventionnelle dont 14 occupés par des patients Covid+. 

70 places de réanimation libérées dans des cliniques de Grand Est

Toutefois, nous ne sommes pas encore en mesure de confirmer ce jour ce qu’a annoncé hier la FHP, par la voix de son président, à savoir que 70 places de réanimation ont été libérées dans des cliniques de Grand Est en vue de prendre en charge des patients Covid-19 confirmés.

Pour mémoire, les établissements de Grand Est avec des autorisations de lits de réanimation sont :

  • Polyclinique Reims- Bézannes à Bézannes
  • Clinique Louis Pasteur à Essey Les Nancy
  • Polyclinique de Gentilly à Nancy (a répondu en supra)
  • Hôpital-Clinique Claude Bernard à Metz

Bourgogne-Franche-Comté : une situation moins alarmante

En Bourgogne-Franche-Comté, la situation est moins alarmante même si elle est inquiétante avec 1347 cas enregistrés. 

L'ARS de la région indique "une augmentation rapide des hospitalisations" et un passage au stade épidémique dans l'Yonne. Au total, 410 patients sont actuellement soignés dans les centres hospitaliers de la région dont 115 patients en réanimation. 

5 établissements de santé privés sur 16 ont répondu à notre questionnaire dans les délais (courts), 
1 clinique est fermée (mise à disposition pour le Centre Hospitalier  de Vesoul) et 1 clinique a répondu au moment du bouclage de l'article.

La clinique "retardataire" est la Polyclinique du Val de Loire qui nous informe avoir mis à disposition ses respirateurs au Centre Hospitalier de Nevers et qui dispose d'une capacité de réserve de 33 lits d'hospitalisation conventionnelle dédiés aux patients Covid-19+ (dans l'évetualité d'un transfert de patients en provenance du Centre Hospitalier de Nevers).

La polyclinique de Franche Comté à Besançon nous a indiqué avoir mis aujourd’hui à disposition du CHRU de Besançon 5 médecins anesthésistes-réanimateurs et un au Centre Hospitalier de Vesoul. En outre, elle a pris l’initiative de délester l’hôpital sur l’activité l’obstétrique non compliquée.
 
La clinique Paul Picquet à Sens nous a fait savoir qu’elle a transformé son unité de soins continus polyvalente de façon à pouvoir recevoir des patients COVID positifs, ayant besoin d'assistance respiratoire en équipant les 5 lits de respirateurs d'anesthésie, transformés pour devenir des respirateurs de réanimation.

Mobilisation du secteur privé commercial en Bourgogne-France-Comté

Nombre de lits de réanimation mobilisés du secteur privé en Bourgogne-Franche-Comté
pdf 59.22 Ko
Télécharger

Excellente coordination entre la clinique et le Centre Hospitalier de Sens

La coordination entre la clinique et le Centre Hospitalier de Sens est un modèle vertueux à exporter sur l’ensemble du territoire.

La clinique met à disposition du personnel médical et soignant afin de renforcer l’équipe de réanimation du Centre Hospitalier, elle se dit prête à décharger le Centre Hospitalier de toute une partie de sa chirurgie s'il venait à être débordé et elle ajoute que les médecins exerçant à la clinique ont manifesté leur solidarité avec le Centre Hospitalier  de Sens.

Nous manifestons à notre tour un soutien sans faille à l’ensemble des soignants qui sont mobilisés dans la  lutte contre le Covid-19.

Le guide des hôpitaux et cliniques de France.

Recherchez parmi les 1335 établissements