Blog santé : les dernières actualités santé

Alzheimer : prévenir la dénutrition, un facteur aggravant

Du 7 au 21 septembre, un train dédié à la maladie d'Alzheimer et au problème de la dénutrition va parcourir la France en donnant rendez-vous au grand public dans 13 villes-étapes, selon un communiqué de presse diffusé par la société Nestlé Nutrition, à l'initiative de ce projet.

La maladie d'Alzheimer représente une cause importante de dénutrition et de perte de poids. A l'origine : la survenue de troubles du comportement alimentaire liés initialement à une désorientation dans le temps et l'espace, pouvant dans un premier temps être responsable d'une difficulté à programmer les achats et réaliser les repas. Des modifications du goût et de l'odorat pourraient également être impliquées, ainsi qu'une augmentation de la dépense énergétique, elle-même due à une déambulation des malades plus importante.

Puis apparaissent les oublis d'achats de nourriture, la diminution de la sensation de faim, la difficulté à reconnaître les aliments, suivis de l'incapacité à se nourrir seul. A un stade plus avancé, une agitation lors des repas, une certaine distractibilité, des difficultés liées à l'utilisation des couverts et l'apparition de troubles de la déglutition vont encore majorer la diminution des apports alimentaires.

"La perte de poids peut survenir très tôt, voire précéder les signes cliniques de la maladie. Il est donc important de prévenir la dénutrition en préservant l'alimentation du patient", souligne le Dr Monique Ferry, gériatre-nutritionniste (centre de prévention Valence-Inserm Paris XIII). En effet, la dénutrition évolue parallèlement à la progression de la démence et représente un facteur aggravant de la maladie.

Selon la spécialiste, la prise en charge nutritionnelle doit être surveillée et adaptée. Elle doit également impliquer les professionnels de santé et les familles. Pour les aidants, la première des surveillances est, par conséquent, la surveillance de la courbe de poids du patient.

Par ailleurs, cite le Dr Ferry, si les apports caloriques et protidiques s'avèrent insuffisants, il ne faut pas hésiter à renforcer le petit-déjeuner (souvent très apprécié des malades) de quelques tartines supplémentaires, enrichir les plats (tels que potages et purées) de beurre, crème fraîche, oeuf, fromage. Enfin, dès les premières difficultés à s'alimenter, les compléments alimentaires hypercaloriques et hyperprotidiques offrent des goûts et des textures variées et assurent une nutrition de substitution, dans un faible volume. Ils existent sous forme de soupes, crèmes desserts, liquides lactés ou fruités.

Pour prévenir également la dénutrition, d'autres moyens complémentaires peuvent s'avérer efficaces: manger à heures régulières, maintenir la convivialité à table en respectant la place du malade autour de la table pour ne pas le désorienter, améliorer la présentation des plats (texture, couleurs) pour stimuler l'appétit, éliminer les distractions comme la télévision et la radio, soigner l'atmosphère (pas de lumière agressive, ni trop de bruit) et proposer des boissons appréciées du patient. Autres règles à respecter:  accepter sa lenteur à s'alimenter, l'autoriser à se déplacer ou à manger debout et lui donner ses médicaments en dehors des repas.

En pratique, le Train Alzheimer sera présent de 9h00 à 19h00 les : - Mardi 7 septembre: Paris Est - Mercredi 8 septembre: Lille Flandres - Jeudi 9 septembre: Mulhouse - Dimanche 12 septembre: Dijon - Lundi 13 septembre: Lyon Perrache - Mardi 14 septembre: Nice - Mercredi 15 septembre: Marseille Saint-Charles - Jeudi 16 septembre: Montpellier - Vendredi 17 septembre: Toulouse Matabiau - Samedi 18 septembre: Nantes - Dimanche 19 septembre: Bordeaux Saint-Jean - Lundi 20 septembre: Clermont-Ferrand - Mardi 21 septembre: Paris Nord

Pour en savoir plus sur Alzheimer et dénutrition: - http://www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil et www.conseils-nestlenutrition.fr - Revue de Gériatrie, Tome 31, n°8, octobre 2006; Groupe d'experts: perte de poids et maladie d'Alzheimer.

 

© APM-Santé - PARIS, le 1er septembre 2010


Nos partenaires et institutions: