Blog santé : les dernières actualités santé

Asthme infantile : efficacité du régime méditerranéen ?

Les enfants qui suivent un régime méditerranéen développent plus rarement de l'asthme ou une respiration sifflante, selon une étude allemande (ISAAC II) publiée dans la revue spécialisée Thorax.

Cette étude a analysé le lien entre le type d'alimentation, évaluée à l'aide de questionnaires remplis par les parents, et le risque d'asthme et d'allergie. Les données recueillies concernent 50.004 enfants âgés de 8 à 12 ans scolarisés dans 20 pays différents.

Un moindre risque de respiration sifflante est ainsi apparu significativement associé à la consommation de fruits frais (-29%), de légumes verts cuits (-22%) et de jus de fruit (-20%), mais uniquement dans les pays pauvres. L'une des explications possibles avancées par les auteurs pourrait être une sélection de légumes ou une méthode de préparation différente des aliments. Dans les pays riches, un moindre risque de sifflement respiratoire est apparu associé à la consommation de poisson (-15%).

A l'inverse, lorsque l'ensemble des pays était considéré, consommer au moins trois fois par semaine des burgers, comparativement à une consommation occasionnelle ou inexistante, augmentait le risque de 42%. Pourtant, aucun risque n'a été associé à la consommation de viande. "La fréquence de consommation de burgers pourrait être considérée comme un marqueur indirect de facteurs liés au mode de vie inconnus, dépendant du contexte social et environnemental", suggèrent les chercheurs.

Pour l'ensemble des pays également, consommer des fruits et légumes crus au moins trois fois par semaine, comparativement à l'absence de ce type de consommation, abaissait le risque d'asthme de 14%. De plus, un score élevé de régime méditerranéen était corrélé à une plus faible prévalence (nombre total de cas par an) de sifflement respiratoire et d'asthme.

En revanche, aucun des facteurs alimentaires n'est apparu associé aux allergies, à l'exception de certains jus de fruits ou fruits.

(Thorax 2010, Gabriele Nagel, université d'Ulm -Allemagne- et coll.; vol.65, p.: 516-522)

 

© APM-Santé - WASHINGTON, le 15 juillet 2010


Nos partenaires et institutions: