Blog santé : les dernières actualités santé

Infection à Clostridium difficile : comparaison des traitements

Les infections à Clostridium difficile sont des maladies potentiellement mortelles et relativement fréquentes à l’hôpital.

Les patients régulièrement hospitalisés, ainsi que ceux qui sont traités par des antibiotiques, sont des populations à risque. Cette bactérie entraîne des diarrhées intenses pouvant majorer une insuffisance rénale par hypovolémie, par exemple. Le traitement de ces affections repose sur différentes stratégies antibiotiques mais des doutes subsistent concernant la molécule à privilégier.


Dans le cadre de cette méta-analyse publiée dans The Lancet Infectious Diseases, les auteurs ont analysé vingt-quatre essais cliniques (publiés entre 1983 et 2017) regroupant au total 5 361 patients et treize traitements différents. Le critère de jugement principal a été l’arrêt persistant des diarrhées (calculé par le nombre de patients avec arrêt des diarrhées, excepté les cas de récurrence ou de décès au cours du suivi). Les traitements les plus étudiés ont été la vancomycine (vingt-et-une études), le métronidazole (sept études) et la fidaxomicine (six études).
Le critère d’exclusion principal de ces études a été l’infection à Clostridium difficile (C. difficile) à récurrences multiples.

Un classement par efficacité décroissante

Les résultats de cette analyse mettent en exergue un classement par efficacité décroissante : teicoplanine (p = 0,94), ridinilazole (p = 0,83), fidaxomicine (p = 0,79), puis vancomycine (7e sauf dans les cas graves) et enfin métronidazole (11e).

Alors que, depuis plus de trente ans, le traitement des infections à C. difficile repose sur la vancomycine et le métronidazole, cette étude semble remettre en question l’efficacité de ces deux molécules. Il est important de garder à l’esprit que les résultats des méta-analyses sont soumis à de nombreux biais. Concernant notre étude, en s’intéressant à la teicoplanine par exemple, deux essais seulement, comportant de petits effectifs (au total cinquante-cinq patients) et datant de presque trente ans, ont mis en évidence la supériorité de cet antibiotique. Bien qu’intéressants, ces résultats devront donc être confrontés à la clinique pour une prise en charge appropriée des patients.

Dr Paul DESFORGES
http://www.mediamed.org

Source :

Beinortas T, et al. Comparative efficacy of treatments for Clostridium difficile infection: a systematic review and network meta-analysis. Lancet Infect Dis. 2018 Jul 16. pii: S1473-3099(18)30285-8.


Nos partenaires et institutions: