Comment le sommeil peut affecter les tâches complexes de recherche visuelle ?

Les personnes sujettes aux troubles du sommeil peuvent témoigner sans effort des difficultés à travailler le lendemain, voire les quelques jours suivants une mauvaise nuit. Les experts en santé recommandent généralement huit heures de sommeil par nuit pour la santé et la productivité idéale. Mais que faire si votre lot est un sommeil de cinq à six heures et que votre productivité au travail s’en ressent ? Une équipe de chercheurs a découvert que, indépendamment de la façon dont vous vous percevez fatigué, le manque de sommeil peut influencer la façon dont vous effectuez certaines tâches. Publiée dans le journal scientifique Journal of Vision, le 26 Juillet 2012 (édition en ligne), une étude décrypte les résultats de recherche sur les performances cognitives et le sommeil.


Les performances cognitives sont seulement différentes entre les individus, mais aussi variables en leur sein, et influencées par des facteurs qui incluent les mécanismes du sommeil et de l’éveil, contrôlés par le rythme circadien. Des études antérieures ont montré que ces deux facteurs influencent la précision plutôt que la vitesse d'exécution d'une tâche de recherche visuelle, qui peut être dangereuse pour la sécurité des tâches critiques telles que le contrôle aérien. Les enquêtes précédentes utilisaient des tâches simples et brèves de recherche nécessitant l'utilisation de peu de mémoire de travail.

Afin d'étudier les effets de la phase circadienne, le temps de veille, et la restriction chronique de sommeil sur un scénario le plus réaliste, de tâches plus longues nécessitant l'interaction soutenue de la mémoire visuelle et du contrôle de l’attention, cette récente étude a utilisé deux comparatifs de tâches de recherche visuelle. Parmi ces tâches, les participants de l’étude devaient détecter un décalage entre deux distributions d'objets identiques par ailleurs, avec l'une des tâches (tâche miroir) nécessitant une transformation d'image mentale supplémentaire. 

Essentiellement orientée vers les activités de sécurité sensibles (contrôles aériens, opérations de surveillance des centrales électriques et nucléaires, conduites de transports en commun…), l’équipe de chercheurs a examiné comment le sommeil peut affecter les tâches complexes de recherche visuelle. Ces types d'emplois impliquent des processus répétés qui nécessitent l'encodage et la récupération rapide de mémoire d’une information visuelle, en combinaison avec des prises de décision au sujet de l'information. Autant dire, que la compréhension de ce mécanisme pourrait se gager d’améliorer la réduction d’accidents aux conséquences parfois catastrophiques.

Cette recherche fournit donc des informations précieuses pour les travailleurs et leurs employeurs, qui effectuent ces types de tâches de recherche visuelle, dans des conditions très variables comme le travail posté ou travail de nuit. Enfin, l’étude indique que les conséquences néfastes de la somnolence sur les performances cognitives et visuelles montrent que les participants ont été significativement plus lents dans l'accomplissement de leurs tâches dès la deuxième semaine de l’étude. Ainsi, la perception qu’a une personne de son état de fatigue ne correspond pas toujours à sa capacité de rendement, concluent les chercheurs.

Sources

  • « The effects of circadian phase, time awake, and imposed sleep restriction on performing complex visual tasks: Evidence from comparative visual search » doi: 10.1167/12.7.14 Journal of Vision, 26 Juillet 2012, vol. 12 no. 7 article 14  http://www.journalofvision.org/content/12/7/14
  • Hôpital Brigham and Women (BWH) http://www.brighamandwomens.org
  • Auteurs de l'étude : Department of Computer Science, University of Massachusetts Boston, Boston, Massachusetts, USA ; Division of Sleep Medicine, Department of Medicine, Brigham & Women's Hospital, Boston, Massachusetts, USA ; Division of Sleep Medicine, Department of Medicine, Brigham & Women's Hospital ; Division of Sleep Medicine, Harvard Medical School, Boston, Massachusetts, USA ; Current address: Solar Energy and Building Physics Laboratory, Swiss Federal Institute of Technology Lausanne, Lausanne, Switzerland

Les articles similaires :