Blog santé : les dernières actualités santé

Contraception masculine : découverte d’un gène pour une future pilule ?

 

Un nouveau type de contraceptif masculin pourrait être créé grâce à la découverte d'un gène clé essentiel pour le développement des spermatozoïdes.

Développer une pilule contraceptive masculine est un sujet régulièrement traité depuis nombreuses années dans les laboratoires de recherches pharmaceutiques. Loin d’être efficace et d’avoir trouvé acheteur jusque-là, la pilule contraceptive pour homme nécessite aussi un changement de comportement masculin. Publiée le 24 mai 2012 dans la revue PloS Genetics, une étude d’un groupe de chercheurs d’Edimbourg (Ecosse, Royaume-Uni) révèle l’identification d’un gène essentiel pour la production de spermatozoïdes sains.

Suite à des expériences chez la souris, les chercheurs signalent que le gène KATNAL1 est vital pour la spermatogenèse, qui est le processus complexe des étapes de fabrication des spermatozoïdes. Les auteurs de cette récente étude ont déclaré qu’un médicament interrompant le gène KATNAL1 pourrait être un moyen de contraception réversible.


KATNAL1 : gène régulateur essentiel de la fertilité masculine

La contraception chez les hommes se résume en particulier avec l’usage des préservatifs ou par un acte chirurgical, la vasectomie (qui serait relativement réversible grâce à l’opération inverse, la vasovasostomie). Même si des pilules contraceptives masculines ont vu le jour ces dernières années, leur faible résultat pour la recherche vers d’autres moyens de contraception plus efficaces.

Les chercheurs du Centre pour la santé de la reproduction (MRC Centre for Reproductive Health) à l'Université d'Edimbourg ont enquêté sur les causes de l'infertilité masculine. Au hasard de leur recherche, en modifiant le code génétique de souris pour comprendre le processus de l’infertilité, ils ont tracé des mutations qui ont conduit au gène KATNAL1. Il contient tous les aspects d’une protéine qui est importante dans les cellules qui soutiennent le développement des spermatozoïdes. Sans cette protéine, le sperme ne peut pas pleinement se former. Les scientifiques espèrent qu'ils seront en mesure d'effectuer le processus similaire chez les humains pour empêcher les spermatozoïdes en développement, sans causer de dommages durables. L’objectif est de trouver un moyen de cibler le gène KATNAL1 dans les testicules, pour potentiellement développer un contraceptif non hormonal.

Par ailleurs, les chercheurs signalent que les effets d'un tel médicament seraient réversibles. Le gène KATNAL1 serait affecté uniquement lorsque les spermatozoïdes se trouveraient dans les stades ultérieurs du développement, de sorte qu'il ne serait pas entraver dans les premiers stades de la production de sperme et de la capacité globale à produire des spermatozoïdes.

La clé dans le développement d'un contraceptif non hormonal pour les hommes, est que la cible moléculaire doit être très précise pour les spermatozoïdes ou d'autres cellules dans les testicules qui sont impliqués dans la production de sperme. Selon les chercheurs et andrologues (L'andrologue est l'équivalent du gynécologue. Un andrologue se charge de la santé de l'appareil reproducteur masculin), sans cible très précise, une telle contraception pourrait avoir des effets secondaires indésirables sur d'autres cellules et les tissus dans le corps. La communauté des scientifiques souligne que le gène décrit par le groupe de recherche de cette étude ressemble à une cible intéressante possible pour un nouveau contraceptif masculin, mais il peut également mettre en lumière d’autres points importants, comme comprendre pourquoi certains hommes sont sous-fertiles et pourquoi leur sperme ne fonctionne pas correctement.

L'identification du gène KATNAL1 comme régulateur essentiel de la fertilité masculine fournit un nouveau point de départ important dans l'avancement et la compréhension de la fertilité masculine. Cette découverte aura une résonance à la fois pour le traitement futur de la fertilité masculine et le développement de contraceptifs non hormonaux masculins.

Sources

 


Nos partenaires et institutions: