Prise en charge de l’obésité : quelle est la place de la sleeve gastroplastie endoscopique ?

Une technique très prometteuse !

Comme le rappelle dans un article la Société Nationale Française de Gastro-entérologie (SNFGE), « l’obésité est un problème de santé public majeur. Sa prévalence en Europe oscille entre 4 et 36.5 % selon les pays, en France elle est de 15.5 %, mais elle continue d’augmenter. Elle est associée à une diminution de la qualité de vie et de l‘espérance de vie notamment du fait des complications métaboliques (diabète, hypertension, dyslipidémie, apnée du sommeil) qui l’accompagnent ».

En effet, avec « un nombre de cas d’obésité qui a presque triplé depuis 1975 à l’échelle mondiale » dans toutes les tranches d’âge, d’après un rapport de l’OMS, l’obésité est un problème de santé public majeur. Le risque de contracter des maladies non transmissibles augmente avec l’IMC, et notamment le facteur de risque majeur pour certaines maladies chroniques comme les maladies cardiovasculaires (cardiopathies, accidents vasculaires cérébraux, etc.), le diabète de type 2, les troubles musculo-squelettiques (arthrose, etc.), certains cancers (de l’endomètre, des ovaires, du sein, de la prostate, du foie, de la vésicule biliaire, du rein et du colon).

Pour mémoire, l’obésité se classifie en fonction de ce que l’on nomme l’index de masse corporelle (IMC), appelé aussi l'indice de Quetelet (du nom de son inventeur Adolphe Quetelet, au 19ème siècle). L’IMC correspond à une grandeur (qui s’exprime en kg/m²) permettant d'estimer la corpulence d’une personne. Il s’obtient par la formule suivante : IMC = poids/taille X taille. « Le poids en kilogrammes divisé par le carré de la taille en mètres (kg/m2) est l’indice habituellement utilisé pour déterminer et classer le surpoids et l’obésité chez les adultes. L’OMS définit le surpoids comme correspondant à un IMC égal ou supérieur à 25, l’obésité comme correspondant à un IMC égal ou supérieur à 30 » et l’obésité morbide comme correspondant à un IMC égal ou supérieur à 40.

« Avec plus de 1,9 milliard d’adultes en surpoids sur la planète, dont plus de 600 millions de personnes obèses, le gain de poids et l’obésité ont été décrits comme une véritable épidémie et un problème complexe ». Cependant, il est possible de ralentir et d’inverser la tendance. Effectivement, l’obésité et le surpoids ne sont pas qu’une fatalité, et grâce aux avancées de la recherche et une meilleure compréhension, l’on peut aujourd’hui mieux prévenir et améliorer la prise en charge de l’obésité. Soulignons que classiquement le traitement de l’obésité repose sur deux options (intervention médicale ou intervention chirurgicale), ce qui laisse de nombreuses options dans les protocoles de traitements selon les critères des patientes et des patients.

Le traitement de l’obésité

L'obésité comporte de nombreux risques de développer des problèmes de santé graves et à long terme, tels que les maladies cardiaques, l'hypertension artérielle, le diabète de type 2 et le cancer. Néanmoins, la perte de poids par le régime et l'exercice physique peut être difficile, voire impossible pour de nombreuses personnes, en raison de problèmes de santé existants, de médicaments ou de raisons émotionnelles et socio-économiques.

Avantageusement, à ce jour il existe une gamme de procédures de traitement de l’obésité (anneau gastrique, etc.) selon les cas, qui ont aidé d'innombrables personnes à perdre du poids et à vivre plus longtemps et en meilleure santé. La moins invasive de ces options de prise en charge de l’obésité consiste à travailler avec des professionnels de la santé (médecins, chirurgiens) pour une thérapie comportementale intensive ou une thérapie nutritionnelle médicale (pour améliorer notamment la vidange des aliments, etc.). Le but est de surmonter les problèmes d’alimentation, retrouver une alimentation normale, une sensation de satiété, et de perte de poids grâce à l'établissement d'objectifs, à l'éducation et aux changements alimentaires contrôlés.

Le traitement médical est basé surtout sur ce que l’on nomme « la prise en charge hygiénio-diététique » avec une adhésion très limitée des patients parce qu’elle est souvent associée à des frustrations psychologiques et des modifications du métabolisme basal qui entrainent à long terme une récurrence ou l’effet dit « yo-yo ».

Pour les patients et les patientes dont l'IMC est supérieur à 40 (obésité morbide), les médecins peuvent recommander un traitement de l'obésité (intervention de chirurgie de l’obésité) appelée « chirurgie bariatrique » ou « chirurgie de perte de poids ». Les interventions de chirurgies bariatriques agissent soit pour restreindre la quantité de nourriture, soit pour limiter l'absorption des aliments dans l'intestin grêle, ou pour une combinaison des deux.

Lors d’une intervention de chirurgie bariatrique (chirurgie de l’obésité), une perte de poids importante se produit souvent rapidement, laissant un excès de peau qui peut être inconfortable et affecter l'image de soi. Ainsi, les patients et les patientes peuvent souhaiter discuter de leurs options pour les procédures d’une opération chirurgicale plastique (chirurgie de la silhouette) après une chirurgie de perte de poids.

Le traitement chirurgical est acté depuis 1991 au niveau international par le NIH (National Institute of Health) puis par la HAS (Haute Autorité de Santé). Il s'adresse aux patients avec une obésité sévère ou morbide. Cependant, selon une enquête de l’ObEpi en 2012, les patients avec une obésité modérée (IMC 30-35) sont 3 fois plus nombreux (9.9 % vs 3.1 %) et sont les "oubliés" de la prise en charge, car non éligibles à un traitement chirurgical et en échec d’un traitement médical inefficace.

Devant ce constat une nouvelle discipline a vu le jour, il s’agit de l’endoscopie bariatrique avec pour objectif de tendre vers les résultats de la chirurgie bariatrique tout en minimisant le risque des complications. La sleeve gastroplastie endoscopique est l’une de ces techniques les plus prometteuses.

Qu’est-ce que la sleeve endoscopique ou endosleeve ?

La sleeve gastroplastie endoscopique est une procédure mini-invasive sans incision innovante et qui présente plusieurs avantages, notamment d’être adaptée aux patients qui ne souhaitent pas de chirurgie bariatrique (chirurgie de l’obésité).

La sleeve gastroplastie endoscopique est une technique endoscopique de suture de la paroi interne de l’estomac réalisée par voie naturelle sous anesthésie générale. On réalise ainsi une réduction du volume gastrique d’environ de 70 % en donnant la forme d’un tube sans ablation d’une partie de l’estomac et sans cicatrice.

Selon un article publié en 2000 dans la revue Nutrition Clinique et Métabolisme, « La technique de réduction endoscopique de l’estomac par le système Overstich a montré son efficacité et sa tolérance pour perdre du poids et améliorer les comorbidités chez les patients en obésité non morbide qui ne peuvent pas bénéficier de chirurgie bariatrique. Son efficacité est corrélée au suivi pluridisciplinaire pour modifier le comportement alimentaire et reprendre une activité physique régulière ».

La sleeve endoscopique : une opération pour perdre du poids ?

Une intervention bariatrique (anneau gastrique, etc.) ne représente pas un miracle, mais est un très bon outil pour arriver à un objectif de perte de poids fixer avec les médecins.

L’obésité est une maladie chronique qui peut être traitée mais pas guérie et les résultats à long terme (5 à 10 ans et plus), globalement dépendante de 5 facteurs variables selon chaque patient : limitation des aliments et boissons sucre ; attention aux périodes de stress pour éviter le grignotage ; absence d’alcool ; pratique d’une activité physique régulière et surtout avoir un suivi à vie).

En ce qui concerne la sleeve endoscopique les résultats à un an sont de 15 à 25 kg, cette perte pondérale va ainsi aider les patients avec un IMC de 30 à 35 à atteindre leurs objectifs. Étant donné qu’il s’agit d’une intervention moderne, il n’y a, à ce jour, que des petites quantités de résultats à long terme qui peuvent être analysées. Dans une étude, une équipe américaine de la Mayo Clinic, un établissement de santé et recherche médicale précurseur de la technique, a rapporté une perte pondérale d’environ 15 % du poids totale à 5 ans ce qui est très satisfaisant pour une technique endoscopique.

Cette mise au point sur la sleeve endoscopique ouvre de nouvelles perspectives et avantages dans la prise en charge de l’obésité. En effet, cette technique, bien que non remboursée par la sécurité sociale, est en train de trouver sa place au sein de l’arsenal thérapeutique existant.

Enfin, la crise sanitaire actuelle liée à la flambée de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) met en lumière la nécessité de combattre ce fléau que représente l’obésité. Ainsi, la sleeve endoscopique peut être une réponse à faible coût pour ce problème de santé publique inquiétant.

Quel poids minimum pour faire l’endosleeve ?

Les patients éligibles à la sleeve endoscopique sont en particulier les personnes en surpoids (IMC 27-30) - avec la présence d'un ou de plusieurs troubles associés à un trouble ou une maladie primaire (comorbidité) comme l’hypertension artérielle, le diabète, l’apnée du sommeil, l’hypercholestérolémie - ou à des personnes en obésité modérée (IMC 30-35) avec ou sans comorbidité.

De plus, l’avantage de la sleeve endoscopique c’est qu’elle peut être proposée à des patients indépendamment de leur IMC et qui présentent des craintes sur l’intervention chirurgicale du fait des complications potentielles.

Sleeve endoscopique avant et après : comment on se sent après une sleeve et quels sont les risques d'une sleeve ?

« Dans les 6 à 12 mois qui précédent l'intervention, le patient consulte des nutritionnistes afin de modifier son comportement alimentaire et ainsi d'augmenter sensiblement les chances de réussite de l’intervention ».

« Sous anesthésie générale, sans aucune résection ni incision externe et à l’aide d’un endoscope équipé d’un dispositif de suture endoscopique, la sleeve endoscopique permet de réduire le volume disponible de l’estomac à l’aide de sutures (points de suture) des parois gastriques qui le replient sur lui-même ».

« La durée de l’opération est d’environ une heure. Les suites opératoires sont généralement simples en dehors de quelques douleurs post-opératoires. La durée de séjour est en principe d’une nuit d’hospitalisation après la procédure. La surveillance d'éventuelles carences associée à un régime alimentaire adapté calqué sur le régime de la sleeve post-chirurgicale est prescrit pour une durée d'un mois puis le patient pourra repasser à une alimentation normale. »

Quel est le prix d'une endosleeve ?

Actuellement, la pratique d’une gastroplastie endoscopique n'est pas couverte par l'assurance maladie dans la plupart des pays quel que soit son coût financier.

Son coût actuel moyen varie entre 4500 et 7000 Euros en Europe. S’il n’y a pas de contre-indications avérées lors de l’évaluation d’un patient, pour la pratique d’une intervention de sleeve gastroplastie, le protocole (consultation avec l’anesthésiste, etc.) de la prise en charge de cette intervention par une équipe pluridisciplinaire se déroule autant dans des hôpitaux publics que des cliniques privées.

Docteur Thierry MANOS



Sources

     

  1. V.007 - Endoscopie bariatrique : gastroplastie endoscopique à l’aide du dispositif Endomina®, Société Nationale Française de Gastro-entérologie (SNFGE), https://www.snfge.org/content/endoscopie-bariatrique-gastroplastie
  2.  

  3. Obésité et surpoids, https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/obesity-and-overweight
  4.  

  5. Adolphe Quetelet, https://fr.wikipedia.org/wiki/Adolphe_Quetelet
  6.  

  7. 10 faits sur l’obésité, https://www.who.int/features/factfiles/obesity/facts/fr/
  8.  

  9. Chacun son régime ! Choisir la diète qui va fonctionner pour vous. Jimmy Braun. Éditions Ideo, Hachette : 6161909, ISBN : 9782824614793, page 49, 2019, http://www.city-editions.com/IDEO/index.php?page=livre&ID_livres=180&ID_auteurs=110
  10.  

  11. Découverte d’un moyen de mettre fin à l’effet yo-yo des régimes amaigrissants, 2018, https://blognutritionsante.com/2018/02/18/regime-effet-yoyo/
  12.  

  13. Obésité : prise en charge intervention chirurgicale chez l’adulte, 2009, https://www.has-sante.fr/jcms/c_765529/fr/obesite-prise-en-charge-chirurgicale-chez-l-adulte
  14.  

  15. Chirurgie de la silhouette chez l'ancien obèse, 2005, https://www.revmed.ch/RMS/2005/RMS-28/30551
  16.  

  17. Gastrointestinal Surgery for Severe Obesity, National Institutes of Health, Consensus Development Conference Statement, 1991, https://consensus.nih.gov/1991/1991gisurgeryobesity084html.html
  18.  

  19. Surpoids et obésité de l'adulte : prise en charge médicale de premier recours, 2012, https://www.has-sante.fr/jcms/c_964938/fr/surpoids-et-obesite-de-l-adulte-prise-en-charge-medicale-de-premier-recours
  20.  

  21. Enquête épidémiologique nationale sur le surpoids et l'obésité? Une enquête INSERM/KANTAR HEALTH/ROCHE, 2012, https://www.roche.fr/content/dam/rochexx/roche-fr/roche_france/fr_FR/doc/obepi_2012.pdf
  22.  

  23. La sleeve endoscopique : une technique d’endoscopie bariatrique innovante, 2019, https://www.le-guide-sante.org/actualite/439-la-sleeve-endoscopique-une-technique-dendoscopie-bariatrique-innovante.html
  24.  

  25. La sleeve gastroplastie endoscopique, une alternative pour les patients obèses non éligibles à la chirurgie bariatrique ?, Nutrition Clinique et Métabolisme, Volume 34, Issue 1, April 2020, Page 83, https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0985056220304258
  26.  

  27. Assurance Maladie. Obésité de l'adulte : traitement médicamenteux et chirurgical, https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/surpoids-adulte/traitement-medicamenteux-chirurgical
  28.  

  29. Sleeve endoscopique, https://www.sleeve-endoscopique.com/
  30.  

  31. Rubrique Santé publique, https://www.le-guide-sante.org/actualite/mot-cle/sante-publique.html
  32.  

  33. Monitoring the obesity epidemic in France: the Obepi surveys 1997-2006.

    Charles MA, Eschwège E, Basdevant A.Obesity (Silver Spring). 2008 Sep;16(9):2182-6.

  34.  

  35. Endoscopic gastroplasty. Initial experience, Thierry Manos, Patrick Noel, Marius Nedelcu. Chirurgia, Nov 2019
  36.  

  37. 175 long-Term follow up and outcomes after endoscopic sleeve gastroplasty for treatment of obesity (5 year data), Kaveh Hajifathalian, Reem Sharaiha. Gastrointestinal Endoscopy. Jun 2019


Articles récents