Blog santé : les dernières actualités santé

Rétrécissement aortique : une TAVI pour tous ?

Le rétrécissement aortique (RA) est la valvulopathie la plus fréquente des pays développés. Son traitement a longtemps été réservé aux chirurgiens, avec la mise en place d’une valve mécanique ou d’une bioprothèse. Depuis 2002 et la première implantation d’une valve par voie fémorale, l’implantation de valve aortique par voie transcathéter (transcatheter aortic valve Implantation : TAVI) a pris une place prépondérante dans le traitement du RA.



En mars 2018, lors du 67e congrès de l’American College of Cardiology, les premiers résultats d’une analyse post hoc à cinq ans de l’étude NOTION (étude danoise prospective, multicentrique, randomisée, ouvert) concernant la durabilité des TAVI ont été exposés.

Pour rappel, les auteurs de l’étude NOTION, publiée dans le Journal of The American College of Cardiology en 2015, ont comparé le traitement d’un rétrécissement aortique sévère par chirurgie à un traitement par TAVI chez des patients de plus de 70 ans. Le critère de jugement principal (CJP) de cette étude était un critère composite associant mortalité toutes causes confondues, accident vasculaire cérébral (AVC) et infarctus du myocarde, un an après l’intervention. Deux cent quatre-vingts patients ont été recrutés. Les résultats ont montré une absence de différence significative entre les deux groupes concernant le CJP (4,9 % dans le groupe TAVI versus 7,5 % dans le groupe chirurgie soit  = 0,38).

Cinq ans après chirurgie ou TAVI, il n’est toujours pas apparu de différence significative concernant le CJP (35,8 % des patients ont présenté un événement dans le groupe chirurgie contre 39,2 % dans le groupe TAVI soit p = 0,78). Il n’y a pas eu non plus de différence significative entre les groupes pour chacun des paramètres du CJP : mortalité (27,7 % dans chaque groupe soit p = 0,90), AVC (10,5 % dans le groupe TAVI versus 8,2 % dans le groupe chirurgie soit p = 0,67) et infarctus du myocarde (8,6 % dans le groupe TAVI versus 8,7 % dans le groupe chirurgie soit p = 0,87).

En attendant les résultats complets de l’analyse post hoc, les premières réponses apportées ici confirment l’excellente tolérance à moyen terme des TAVI. Des zones d’ombre restent cependant à surveiller ; notamment la morbi-mortalité après pose de pace-maker (implantation due à la procédure de TAVI elle même) ainsi que l’impact des fuites para-prothétiques sur la mortalité. Un suivi plus long sera donc nécessaire pour valider définitivement cette technique.

Dr Paul Desforges

Source :

Thyregod HG, et al. Transcatheter Versus Surgical Aortic Valve Replacement in Patients With Severe Aortic Valve Stenosis: 1-Year Results From the All-Comers NOTION Randomized Clinical Trial. J Am Coll Cardiol.2015 May 26;65(20):2184-94. doi: 10.1016/j.jacc.2015.03.014. Epub 2015 Mar 15.



Nos partenaires et institutions: