Blog santé : les dernières actualités santé

Les injections de toxine botulique peuvent être utiles en cas de paralysie faciale post-neurochirurgicale

Les injections d’incobotulinumtoxinA, une des toxines botuliniques actuellement sur le marché, amélioreraient la rapidité de récupération des patients souffrant d’une atteinte du nerf facial et elles auraient des effets à long terme. Un nouvel essai a été conduit afin d’en préciser l’efficacité thérapeutique.

Cette étude prospective, contrôlée, randomisée en simple aveugle, a tenté d’évaluer les effets à court et long termes (respectivement, moins et plus de huit mois) d’injections de toxine botulinique (ou toxine botulique) dans la prise en charge de patients présentant une parésie faciale (PF) unilatérale au décours d’une intervention neurochirurgicale. Deux groupes thérapeutiques ont été constitués. Des injections d’incobotulinumtoxinA ont été effectuées dans le groupe de traitement actif et un traitement par traction utilisant des bandes adhésives a été proposé pour le groupe témoin.

paralysie faciale post-neurochirurgie

Les critères de jugement ont été des échelles cliniques et de qualité de vie

Les patients étaient âgés de 18 à 65 ans et ils étaient atteints de PF post-chirurgicale au stade aigu. Ils ont été surveillés durant deux ans. Les patients du groupe traitement actif ont reçu des injections de toxine botulinique du côté sain entre 24 et 48 heures après la survenue de la parésie (40-50 U par patient — 10-15 points d’injection). Les injections ont été répétées au 4e et au 8e mois. À partir du 8e mois, afin de diminuer les syncinésies, une petite dose (1-1,5 U par point d’injection) a été injectée dans les muscles du côté atteint et une double dose dans les muscles du côté sain. Les deux groupes ont suivi en parallèle le même programme de rééducation. Les critères de jugement ont été des échelles cliniques (échelle de House-Brackmann, Yanagihara System et Facial Grading scale [FGS]) et une échelle de qualité de vie spécifique de la PF (Facial Disability Index [FDI]). Soixante-seize patients (46,7 ± 7,1 ans, 41 hommes) ont été inclus, 51 dans le groupe traitement actif et 25 dans le groupe témoin (randomisation 2:1).

L’injection d’incobotulinumtoxinA est une bonne option thérapeutique dans la prise en charge des PF

Une amélioration significative des scores de toutes les échelles est survenue dès un mois de traitement dans le groupe incobotulinumtoxinA (p < 0,05), mais seulement après trois mois de traitement dans le groupe témoin, laissant suggérer que les injections au stade aigu ont un effet plus rapide que les techniques de rééducation standard. Six mois après la chirurgie, le nombre de syncinésies dans les deux groupes n’a pas été significativement différent. À un an, la prévalence des syncinésies a été significativement plus basse dans le groupe incobotulinumtoxinA (p < 0,05). Cette différence est apparue renforcée à deux ans (p < 0,001). À un an et à deux ans, les scores des échelles FGS et FDI ont été significativement meilleurs dans le groupe actif que dans le groupe témoin (p < 0,05).

Le traitement par injection d’incobotulinumtoxinA semble ainsi une bonne option thérapeutique à la phase aiguë et chronique d’une parésie faciale. Ces injections de toxine botulinique, sous réserve d’une dose et d’une administration appropriées, associées à une éducation du patient à exécuter des exercices ciblant la restauration de la mimique faciale, devraient être considérées comme partie intégrante de l’arsenal thérapeutique multidisciplinaire des patients atteints de parésie faciale.

Dr Marjolaine BAUDE

www.mediamed.org

Sources et références

Akulov MA, et al. IncobotulinumtoxinA treatment of facial nerve palsy after neurosurgery, J Neurol Sci. 2017 Oct 15;381:130-134. doi: 10.1016/j.jns.2017.08.3244. Epub 2017 Aug 24.

Les articles similaires :

Aucun article similaire trouvé.


Nos partenaires et institutions: