Au coeur de l'espoir par Eric Cheysson

«  Ce qui se dresse à Kaboul, ce n’est pas un immeuble, c’est une volonté. La volonté de faire triompher la vie et reculer la mort. La volonté de refuser l’injustice et combattre l’indifférence. »

« Etre né quelque part… Est-ce que les gens naissent, Egaux en droits… » chantait Maxime Le Forestier, et effectivement, l’endroit de la naissance d’un Etre va déterminer nombreux facteurs de sa vie. L’accès aux soins va subir selon l’endroit une disparité incroyable. Accepter qu'un enfant ne puisse être soigné selon son lieu de naissance est inacceptable de fait et encore plus dur à assumer dans une époque où les moyens le permettent.

Remontée et combative envers ces tribulations, l’association La Chaîne de l’Espoir — créée en 1995 — oeuvre pour apporter une véritable lueur d’espoirs et d’activités concrètes réalisées autour de la santé et de l’éducation. Histoire faite de pérégrinations sur un chemin parfois sinueux, l’histoire de cette association est maintenant contée dans le livre « Au coeur de l’Espoir », par Eric Cheysson et Michel Faure.


Récit poignant, l’ouvrage dévoile à la manière d’un carnet de bord daté, les moments forts de l’histoire de rencontres qui font le coeur de ce que cette association est devenue en moins de deux décennies. Cette écriture fragmentée participe de la puissance évocatoire d’un livre où Eric Cheysson retrouve toutes les sensations du jeune médecin qu’il était dans les années quatre-vingt, avec l’ambiance de l’époque (La vieille Renault 5 de 1979…), les réflexions et les impressions des premiers chocs, des premiers choix de vie et voyages.

Accessible au plus grand nombre, « Au coeur de l’Espoir » mêle récits, dialogues, et anecdotes, et se savoure avec beaucoup d’émotions. Il est vrai que le fait d'écrire, parfois ça soulage, que l’acte libère son auteur. Mais la démarche d’Eric Cheysson (président de La Chaîne de l’Espoir) va plus loin. Il vient inscrire à nouveau les efforts de nombreuses femmes et hommes ayant participé ou traversé l’histoire de ces années de voyages et immersions, et éviter que l’histoire s'évapore. Il permet de comprendre certaines des décisions (difficiles) qu’ont pu prendre les acteurs de cette aventure qui perdure, n’ayant que peu de choix devant la réalité qui les attendait, notamment devant la mort d’enfants.

En 279 pages, Eric Cheysson — l’un des premiers « French doctors » a avoir posé le pied clandestinement en Afghanistan en 1980 (alors envahie par l’armée soviétique) — témoigne des paradoxes de la guerre et de la paix, et des épreuves et joies traversées. Il témoigne de la gratitude aux rencontres qui lui ont permis avec son équipe de construire une identité qui est propre à l’association La Chaîne de l’Espoir.

« C’est un terrain vague livré à l'abandon et encombré de débris, situé dans un faubourg de Kaboul, au pied d'une montagne ou s'entassent les bidonvilles. Sur ce terrain misérable, en quelques années, grâce à la conviction et à la générosité de quelques hommes et de quelques femmes, un rêve fou va devenir réalité : un hôpital aux normes internationales sera bâti pour apporter les bienfaits de la médecine et de la chirurgie du XXIe siècle aux enfants d'un pays économiquement attardé, politiquement écartelé et dévasté par trente ans de guerre. Aujourd'hui, malgré les attentats, malgré le fanatisme, malgré l'insécurité, malgré le manque d'argent, cet hôpital sauve la vie de milliers de petits Afghans chaque année. On le sait peu, mais ceux à qui l'on doit ce miracle sont une poignée de Français. ».


Responsable de l'Hôpital français à Kaboul, Éric Cheysson puise au plus profond de ses souvenirs pour dédicacer des pages tendres qui racontent « l’histoire d'amour qui lie un homme à ce pays et, au-delà, le combat de tous ceux qui ont rendu possible un projet humanitaire hors du commun ».

« Au coeur de l’Espoir » est aussi l’occasion de croiser les destins de journalistes, d'artistes, d'entrepreneurs, de politiques qui se sont enrôlés ou engagés pour « donner corps à une idée folle » (mais tellement humaine), des médecins et professionnels de santé qui la font vivre et demeurer, et ceux de leurs patients. « Ainsi Kate, infirmière écossaise, Alexander, le pédiatre allemand, ou Nadjeebullah, le chirurgien afghan... Ainsi Yalda et Mozamel (atteints d'une malformation cardiaque), Afzal (à l'oesophage brûlé par l'acide) ou Hosaï (violemment avortée par les siens), ces enfants qu'un accident, une anomalie ou une maladie grave condamnaient irrémédiablement et à qui l'hôpital français va donner une chance. On suit le parcours heureux ou tragique de chacun d'eux (entourés de leur famille) alors que l'Hôpital finit de se construire dans une course contre la montre et contre la mort… ».


« Au coeur de l’Espoir » est un récit fort et délicat qui, en plus de retracer l’histoire de l’association La Chaîne de l’Espoir, pousse à la réflexion et la conversation intérieure des émotions. « Au coeur de l’Espoir » donnera peut-être le petit coup de pouce pour éveiller la vocation de certaines et certains pour la voie de l’humanitaire, mais replantera surement en chacun une graine d’espoir et de lucidité sur notre propre condition et celles des enfants dans le monde. Un ouvrage qui atteint les consciences par petites touches, pour refuser la fatalité, et affirmer que c’est en continuant à raconter les choses qu’elles finiront par changer.

                                                                                                   

  • Référence de l’ouvrage : « AU COEUR DE L’ESPOIR » Eric CHEYSSON avec Michel FAURE — Editions Robert Laffont. Parution : 5 Avril 2012 - Format : 138 x 218 mm - Nombre de pages : 279 - Prix : 20,00 € - ISBN : 2-221-11552-X

Les articles similaires :