Blog santé : les dernières actualités santé

Médicaments : 2/3 des français jugent les pouvoirs publics incapables d'éviter une récidive

 

Deux tiers des Français jugent les pouvoirs publics incapables d'éviter un nouveau Mediator 

Deux Français sur trois n'ont pas confiance dans la capacité des pouvoirs publics à éviter une nouvelle affaire Mediator*, selon un sondage rendu public par la Mutualité française.

Cette étude, menée par l'institut TNS Sofres pour la Mutualité française début mai, a porté sur un échantillon national de 1.000 personnes, représentatif de la population française.

Il en ressort que 63% des Français disent ne pas avoir confiance dans la capacité des pouvoirs publics à éviter une nouvelle affaire Mediator. En outre, pour 77% des personnes interrogées, l'affaire Mediator est liée à "une défaillance globale du système", ce qui est supérieur de huit points à ce qui avait été constaté dans une précédente enquête menée en janvier par TNS Sofres pour Canal+.

En revanche, 16% d'entre elles jugent qu'il s'agit d'un "cas exceptionnel et limité à ce médicament". Si les Français estiment plutôt que les pharmaciens et les médecins sont suffisamment informés sur les médicaments (respectivement à 57% et 55%), ils jugent en majorité que ce n'est pas le cas des pouvoirs publics et des patients. Ainsi 84% des Français estiment que les patients ne sont pas assez informés et plus de la moitié (54%) qu'il en est de même pour les pouvoirs publics.

Questionnés sur plusieurs mesures visant à améliorer la sécurité des médicaments, les Français se prononcent massivement en leur faveur. Ils estiment ainsi "utile" de "permettre aux professionnels de santé de mieux signaler au ministère de la santé tout effet indésirable" (à 93%), de "faire tous les cinq ans un bilan scientifique et médical de l'utilité et des effets de chaque médicament" (89%), de "réduire l'influence des laboratoires pharmaceutiques sur les professionnels de santé" (87%), de "permettre à l'Etat de mieux contrôler les actions de promotion et de publicité menées par les laboratoires pharmaceutiques" (84%) et de "mettre à disposition du grand public un site internet avec l'ensemble des informations et données publiques sur chaque médicament" (76%).

Toutefois, si toutes ces propositions sont jugées utiles, une part non négligeable des Français estime qu'elles ne sont pas réalisables. Ainsi la réduction de l'influence des laboratoires sur les professionnels de santé est considérée utile mais non réalisable pour 40% d'entre eux. De même, 29% des personnes interrogées considèrent utile mais non réalisable de permettre à l'Etat de mieux contrôler la promotion et la publicité des laboratoires.


Nos partenaires et institutions: