Hôpitaux du Mont Blanc Site Sallanches

380 rue de l'Hôpital - 74700 Sallanches

Aucun site internet

Score ICALIN: N.C.


Équipements:

  • IRM
  • Scanner

Activités autorisées:

  • Urgences Générales

Présentation

Retrouvez sur cette fiche les coordonnées, les indicateurs qualité et les avis des patients de l'établissement de santé «Hôpitaux du Mont Blanc Site Sallanches» se situant à Sallanches.

Si vous souhaitez répondre à un avis et que vous représentez cet établissement, vous pouvez nous contacter à contact@le-guide-sante.org.

Les spécialités médicales de cet établissement :

    . Chirurgie orthopédique

    . Psychiatrie

    . Cardiologie

    . Cardiologie interventionnelle

    . Chirurgie de la main

    . Chirurgie générale et viscérale

    . Gastro-entérologie

    . Gynécologie

    . Neurochirurgie

    . Neurologie

    . Ophtalmologie

    . Oto-rhino-laryngologie

    . Urologie

    . Urgences

    . Pneumologie

    . Maladies infectieuses

    . Hématologie

    . Cancérologie

    . Pédiatrie

    . Dermatologie

    . Endocrinologie

    . Stomatologie

    . Divers

    . Chirurgie Plastique reconstructrice et esthétique

    . Médecine d'urgence

    . Réanimation

    . Obstétrique

Vous souhaitez présenter votre activité ou votre établissement ?

Rejoignez l'espace pro

Intervenants

Aucun intervenant n'a été renseigné pour cet établissement.

La communauté prend la parole


  • username

    il y a 5 ans sur Hôpitaux du Mont Blanc Site Sallanches / Sallanches

    Note :

    Prise en charge pour IVG un petit peu lente, puis rdv avec doc pas simpa du tout. L'impression d'être jugé et pas du tout soutenue. Rdv avec conseillère familiale top par contre pour parler des différents contraceptifs. Attente très longue le jour de l'IVG, il y avait du retard, mais très dur psychologiquement et douloureux. Puis la galère pour poser le stérilet. 1 mois après, j'ai acheté le stérilet puis je me pointe au service. Ce n'était pas le bon, il était trop grand... Je suis renvoyée chez moi pour 1mois... Et cette doc toujours exécrable et froide comme une porte de prison... Oui, j'ai fait une IVG avec plaisir, je vais super bien dans ma tête là... (Cette histoire ne finira donc jamais ??? ). Bon, je me repointe 1 mois plus tard, avec un autre doc, j'allais quand même par revoire cette bonne femme... Mais erreur ! Lui aussi m'a fait payé mon IVG. Je m'installe, il me met le spéculum, bon... puis je le vois s'avancer avec cette pince de pozzi, qui fait bien peur ! Et là, c'est parti pour la souffrance... Aïe aïe aïe, j'ai mal, je sers les dents c'est presque fini, il prend les ciseau coupe les fils et retire les ciseau avec... le stérilet !!! Youpi ! Je me dis que je suis reparti pour 1 mois de pilule et de la souffrance, mais non, il en a en stoke (il aurait pas pu me filer celui là le mois dernier non ? Fallait me renvoyer... Grrrr.... ) Bref, monsieur va chercher la boite, en me laissant la pince de pozzi me triturer mon col de l'utérus ! Une sensation de tiraillement horrible. Oui, je paye encore mon IVG... Bref, le stérilet est posé. Ouf ! Bon, douleurs pendant un certain temps après, forcément, c'était pas un tendre ce doc... Et aujourd'hui, je veux l'enlever, je me renseigne sur la douleur, (j'ai peur de revivre ces instants horrible). Et qu'elle est ma surprise en lisant cet article : http://www.cnrd.fr/IMG/pdf/Winckler.pdf Il est possible de poser un stérilet sans faire subir à la femme d’atroces souffrances. La pince de Pozzi n'est même pas obligatoire... Bref, je recommande à toutes les femmes de se renseigner pour avoir un médecins qui n'utilise cette pince que en cas de nécessité. Et si vous pouvez aller voir ailleurs, je ne recommande pas ce service pour l'IVG ni pour la pose du stérilet. (Malheureusement, on a pas vraiment le choix pour l'IVG... )
  • username

    il y a 5 ans sur Hôpitaux du Mont Blanc Site Sallanches / Sallanches

    Note :

    Nous sommes arrivés en urgence pour une crise d'asthme de notre fille de 13 mois a l'hôpital de Sallanche alors que nous étions en vacances. Notre fille souffre d'un asthme sévère, qui nécessite un traitement de fond (2 à 4 aérosols de ventoline par jour) et nous avons donc l'habitude des prises en charge hospitalières. Le jour où la crise est arrivée nous avions suivi le protocole que l'on nous avait donné en cas de crise c'est à dire un enchaînement de 3 aérosols espacés de 20mn. Malgré cela l'état de notre fille ne s'est pas amélioré et c'est donc avec beaucoup d'inquiétude et après un appel au SAMU que nous nous sommes rendus à l'hôpital. Dés notre arrivée aux urgences, nous avons trouvé que le cas de notre fille était traité avec légèreté. En effet, ayant vécu ces crises par le passé la première chose que les équipes médicales ont fait les fois précédentes a été de faire une radio des poumons. Hors malgré notre étonnement auprès de l'interne qui a pris notre fille en charge aux urgences de l'hôpital, ce dernier n'a pas jugé nécessaire de faire cette radio. Nous avons ensuite été installés dans une chambre en pédiatrie. Et là, peu d'échanges avec le corps médical un certain laxisme sur la surveillance de notre fille et surtout un grand manque de réactivité : - Pas de radio des poumons malgré notre nouvelle demande, - Besoin d'appeler 3 fois l'infirmière avant qu'elle ne vienne pour notre fille qui était descendue a 79 en saturation. Pas de relai entre l'appareil et le bureau des infirmières, ni d'alarme pour alerter le personnel.Que ce serait-il passé si nous n'avions pas été dans la chambre à ce moment là? - les draps qui ne sont pas changés - les biberons qu'il faut demander 4 fois avant de les avoir (Evidement quelques exceptions d 'auxiliaires et d'infirmières gentilles, réactives et rassurantes, mais bcp trop en minorité dans ce service!) - etc. 4 jours après son hospitalisation on nous dit qu'il faut rapatrier notre fille en Ambulance vers l'hôpital de notre région. Nous mettons tout en place pour le transfert prévu 2 jours plus tard. Le lendemain de cette décision le médecin nous dit que finalement nous pouvons sortir et ramener nous même notre fille, malgré les 750 kms que nous avons à parcourir pour rentrer chez nous Ils nous donne un traitement très léger par rapport a ses traitements précédents, il commence à nous dire de ne lui faire les aérosols qu'a la demande. Puis nous lui rappelons le traitement mis en place depuis 3 mois pour notre fille et il finit par nous dire de lui faire 2, puis 3 aérosols.... Nous connaissons notre fille et ses difficultés respiratoires et savions que ce ne serait pas suffisant. Nous décidons de poursuivre les 4 aérosols puis prenons RDV d'emblée avec notre kiné puis pédiatre en arrivant chez nous. Le kiné trouve que ce qu'il remonte des poumons est très sale et me dit qu'il y a un problème. Notre pédiatre nous envoie faire une radio des poumons immédiatement en la mettant sous antibiotiques avant même d'avoir les résultats (afin de stopper tout risque infectieux). Et c'est en faisant cette radio, celle que nous n'avons jamais eu à l'hôpital qui n'avait pas jugé nécessaire de la faire, que nous découvrons que notre fille a une pneumopathie (infection du poumon) soit une infection qui s'avère dangereuse pour un enfant asthmatique. Nous avons donc perdu 5 jours de traitement elle aurait dû avoir un traitement antibiotique à notre arrivée comme ils l'ont fait dans ses précédentes hospitalisations et évidement il lui faut un minimum de 4 aérosols par jour. Si nous avions écouté ce médecin aujourd'hui notre fille serait dans un sale état.

Vous souhaitez nous donner un avis sur un établissement ?

* Ce numéro de mise en relation valable 4 minutes n\'est pas le numéro du destinataire mais celui d\'un service de mise en relation avec celui-ci. Ce service est édité par le-guide-sante.org. Pourquoi ce numéro ?


Nos partenaires et institutions: