Suivez-nous

Accédez à votre Espace personnel

Partagez cette page
Annonce commerciale

Glossaire Santé

Prothèse totale de hanche en ambulatoire : une première en France

Pose d’une prothèse totale de hanche en ambulatoire à la clinique Paulmy : une première en France

Chaque année dans le monde des services de chirurgie orthopédique réalisent de nombreuses opérations sur des patients affectés de pathologies diverses. Ces traitements chirurgicaux peuvent être parfois contraignants pour les patients et de nombreuses équipes s’efforcent de faire évoluer la qualité des prises en charge afin d’optimiser sans cesse la qualité de soin et la récupération rapide.

Récemment, le Docteur Grégory Biette a réalisé une première en France : implanter une prothèse totale de hanche au cours d’un séjour en ambulatoire. Lorsqu’un patient est affecté par l’usure du cartilage articulaire de sa hanche, il subit une douleur à la marche, mais possiblement au repos. Cette pathologie entraîne ce que l’on nomme une boiterie, ainsi qu’une réduction du périmètre de marche, des activités physiques et donc un quotidien difficile et avec un degrés de contrainte variable selon la dépendance et l’âge du patient.

Bien qu’il puisse exister un traitement médical, il n’est parfois plus efficace, et si un patient n’a aucune contre-indication opératoire, un médecin pourra lui proposer un traitement chirurgical avec la mise en place d’une prothèse totale de hanche (PTH). Cette PTH va permettre au patient souffrant de lui restituer une articulation fonctionnelle et non douloureuse. Dans le cadre de cette prise en charge, une première vient d’être réalisée en France à la Clinique Paulmy à Bayonne par le Docteur Grégory Biette.

En effet, ce dernier a réalisé la pose d’une prothèse totale de hanche en ambulatoire le 05 septembre 2012. Un patient a pu bénéficier de l’implantation d’une prothèse totale de hanche au cours d’un séjour en ambulatoire. Pour mémoire, l’ambulatoire permet à un patient de regagner son domicile le jour même de l’intervention chirurgicale. Cette pratique est commune pour les actes diagnostiques comme la coloscopie ou des gestes chirurgicaux peu invasifs et de courte durée comme l’arthroscopie du genou.

Or le Dr Biette a réalisé une intervention chirurgicale prothétique complexe et longue (environ 1h30). A ce jour, la majorité des patients opérés de la hanche restent 4 à 5 jours dans l’établissement. Si cette modernisation radicale de la prise en charge est possible c’est grâce à plusieurs facteurs clé :

  • Une technique opératoire mini invasive
  • Une prise en charge de la douleur innovante de type LIA (infiltration locale de produits antalgiques pendant l’intervention chirurgicale)
  • Une information renforcée du patient en amont et en aval
  • Une collaboration accrue entre les professionnels médicaux et paramédicaux pour optimiser chaque étape de la prise en charge avant, pendant et après le séjour à la clinique

D’après la patiente, être opérée en ambulatoire, explique-t-elle, « m’a permis de garder mes repères du quotidien, dans mon environnement habituel et d’être entourée de ma famille. J’étais libre dans mes mouvements ce qui a grandement facilité ma rééducation. J’ai même abandonné spontanément mes béquilles 4 jours après l’intervention ! Au final j’ai l’impression de ne pas avoir été opérée ! » Le Dr Biette insiste sur « l’importance primordiale de l’information donnée au patient à chaque étape des soins, depuis la consultation pré opératoire jusqu’aux consultations de contrôle. Si cette innovation est possible, c’est aussi grâce au travail en équipe ». Mise en confiance par le Dr Biette, la patiente connaissait parfaitement les différentes étapes de sa prise en charge.

A ce jour, il s’agit d’une première dans le cadre du développement de la médecine moderne dans les cliniques du groupe Capio. Cette première permet de démontrer la faisabilité, dans un cadre précis et sécurisé, de réaliser des interventions chirurgicales majeures avec des modalités organisationnelles nouvelles. Un des principes essentiels étant l’information du patient afin de permettre son implication totale dans sa prise en charge.

Sources

  • Communiqué de presse Capio Bayonne, Octobre 2012.
© Auteurs :
Publié le , mis à jour le