Suivez-nous

Accédez à votre Espace personnel

Partagez cette page
Annonce commerciale

Glossaire Santé

Stress, peurs et traumatismes : la plasticité du cerveau serait capable de s’adapter et nous protéger

Des chercheurs d’une équipe anglaise de l'Université d'Exeter Medical School (UEMS) ont pour la première fois identifié le mécanisme qui nous protège du développement de la peur incontrôlable. Nous le savons et l’apprenons régulièrement, notre cerveau a la capacité extraordinaire de s'adapter à des environnements changeants.

Cette capacité est nommée par les experts, la « plasticité ». La plasticité neuronale (ou neuroplasticité) nous protègerait du développement de certains troubles mentaux à la suite de stress et de traumatismes. Cette nouvelle étude, publiée dans la revue de psychiatrie Molecular Psychiatry (1) du journal Nature, vient confirmer cette propension naturelle et approfondir le champ de compréhension de son mécanisme.

Les chercheurs ont constaté que les événements stressants ont la capacité de reprogrammer certains récepteurs dans le centre émotionnel du cerveau (l'amygdale ou complexe amygdalien), dont les récepteurs vont ensuite déterminer comment le cerveau réagit à l'événement traumatique. Ces récepteurs, nommés PAR-1 (de l’anglais « Protease-Activated Receptor 1 ») agissent de la même manière qu’une tour de contrôle et commandent les neurones en leur ordonnant s’ils doivent arrêter ou accélérer leur activité.

Avant un événement traumatique, les récepteurs PAR-1 vont habituellement informer les neurones amygdaliens de rester actifs et de produire des émotions vives. Cependant, après un traumatisme ces récepteurs commandent les neurones d'arrêter leur activation et de stopper la production d’émotions, ceci afin de nous protéger contre le développement de peurs incontrôlables. Ainsi, ce mécanisme nous aide à nous adapter et à garder notre peur sous contrôle, en ne développant pas de réponses exagérées.

La découverte communiquée au travers de cette étude — qui démontre que le même récepteur peut, soit « réveiller » les neurones, soit les inhiber selon un traumatisme — ajoute une toute nouvelle dimension à la connaissance sur la façon dont le cerveau fonctionne et sur la formation des émotions. Etude réalisée en laboratoire sur des souris, les chercheurs veulent maintenant l’étendre afin d’examiner si les mécanismes découverts, ou les défauts génétiques du récepteur PAR-1, sont responsables de l'apparition de troubles anxieux et de dépression chez les patients humains.

Sources

A lire 

  • « Psychologie de la peur. Craintes, angoisses et phobies. » de Christophe André (médecin psychiatre), Editions Odile Jacob, Novembre 2005, ISBN 978-2-7381-1677-2.
  • « La force des émotions. Amour, colère, joie. », de Christophe André et François Lelord (médecins psychiatres), Editions Odile Jacob, Mars 2003, ISBN 978-2-7381-1267-5.
© Auteurs :
Publié le , mis à jour le