Suivez-nous

Accédez à votre Espace personnel

Annonce commerciale
Annonce commerciale

Articles liés à : "Pharmacie"

  • Depuis l’ascension d’Internet dans les foyers et tous les secteurs de l’économie, il en est un qui se faisait attendre : la pharmacie ou plus exactement la vente de médicaments sur Internet. Véritable service ? Poudre aux yeux servant de publicité détournée ? Une chose est sûre, l’arrêté du 20 juin 2013 entré en vigueur  le 12 juillet 2013 encadrant la vente de médicaments sans ordonnance sur Internet (en France) a été accueilli sans faire de vague.

    Nombreux pharmaciens veulent développer leur officine, autant au comptoir que sur la toile, et la vente sur Internet méritait bien un cadre plus respectueux et libre pour les « vrais » professionnels de santé, notamment pour permettre de contrer la vente de médicaments contrefaits ou falsifiés et la vente illégale réalisée par de nombreuses plateformes Internet. Mais le baromètre général sur ce changement n’aurait cependant pas encore fait sa révolution.

    Publié le , mis à jour le 16 Décembre 2013
  • Grâce à la cellule de veille permanente de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), il est possible de connaître les médicaments en « rupture de stock ». Information essentielle afin d’anticiper ou de réagir face aux complications et problématiques que subiraient les professionnels de santé et les patients, la liste des médicaments en pénurie a récemment révélé une quarantaine de médicaments en rupture de stock. Notons par exemple l’Amétycine (anticancéreux), le Fomépizole (antidote intoxications), le Levothyrox (hypo-thyroïdie), le Typhérix (vaccin typhoïde), ou le Vistide (sida).

    Phénomène régulièrement soulevé par l’ANSM, la rupture de stock de médicament a de multiples causes comme la capacité de production insuffisante, un arrêt de production momentané ou définitif, ou une mauvaise répartition de la distribution des médicaments. Ces ruptures ne sont pas sans conséquences, sachant que certains remèdes sont primordiaux pour les patients, et procurent un certains stress auprès des pharmaciens, qui ne peuvent pas respecter le délai de trois jours du Code de la Santé Publique.

    Publié le , mis à jour le 2 Septembre 2013
  • Indiqué essentiellement dans le traitement du trouble déficitaire de l'attention, de l’hyperactivité, de la narcolepsie, ou de l'hypersomnie, le méthylphénidate (MPH), connu en France depuis 1995 — sous les noms commerciaux de Ritaline®, Ritaline LP®, Concerta LP® et Quasym LP® — est passé récemment à la moulinette dans le cadre d’un rapport de l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé). 

    Psychostimulant placé en pharmacovigilance et en addictovigilance, le MPH est utilisé dans la plupart des cas pour traiter des enfants. Deux décennies après l’arrivée de ce médicament sur le marché français, l’ASNM a souhaité mettre en pratique le vieux dicton qui dit « vaut mieux prévenir que guérir ». En effet, l’ASNM n’a pas attendu les conséquences d’un mésusage généralisé et vient de rendre un rapport sur les données d’utilisation et mesures visant à sécuriser l’emploi du méthylphénidate en France.

    Publié le , mis à jour le 20 Août 2013
  • Les Français peuvent se rassurer. Bien que des économies pour la Sécu soient nécessaires, ou que des laboratoires commettent des erreurs, les prises en charge en milieu hospitalier en France bénéficient toujours de plus d’attention, de respect et de veille.

    L’évolution permanente des soins délivrés et des recommandations issues des groupes d’experts, et l’information à disposition des patients sur la compréhension des indicateurs qualité, comme dans le cadre des Palmarès des hôpitaux Le Guide Santé, participent à cet avancement.

    Publié le , mis à jour le 1 Juillet 2013