Suivez-nous
Annonce commerciale

Accédez à votre Espace personnel

Annonce commerciale

Articles liés à : "Cancer"

  • Comme le signale l’OMS, « le cancer est une cause majeure de décès dans le monde, à l’origine de 8,2 millions de décès en 2012 ». Cependant, le cancer ne serait pas une maladie uniquement contemporaine, puisqu’une découverte récente publiée dans la revue américaine PLOS One révèle qu’il y a « 3.200 ans, on souffrait déjà du cancer ». Des archéologues ont trouvé la plus ancienne trace de cancer au Soudan, sur le squelette d'un homme ayant souffert d'un cancer métastatique.

    La recherche s’active donc pour enrayer une maladie qui décime l’Homme depuis la nuit des temps. Et à chaque annonce d’une avancée, une lueur d’espoir naît pour un grand nombre de patient. C’est dans cette direction que l’annonce d’une nouvelle approche pour l'immunothérapie du cancer a été faite par une équipe de chercheurs américains. Les résultats de leur étude, publiée en Février 2014 dans la revue médicale Journal of Hematology & Oncology, risque de fournir une nouvelle arme contre certaines tumeurs très meurtrières ; comme le cancer de l'ovaire et le mésothéliome (une forme rare et virulente de cancer qui attaque notamment les poumons).

    Publié le , mis à jour le 19 Mars 2014
  • La thérapie génique (ou génothérapie) ciblée est très prometteuse pour le traitement futur des Cancers. Une étape cruciale dans cette thérapie est l'identification exacte des gènes « candidats » et des voies appropriées pour le traitement ciblé de chaque patient. Dans cette volonté des chercheurs viennent de révéler les résultats d’une étude qui risque de motiver la poursuite des traitements ciblés.

    Publiés dans la revue médicale Pancreas, les résultats de l’étude indiquent que l’approche du traitement du cancer devrait se baser sur un traitement au cas par cas, sans utiliser les gènes et les voies les plus souvent perturbés chez les patients. Cette étude fait valoir l'importance de la médecine personnalisée, où chaque personne est traitée par la recherche individuelle de l'étiologie de sa maladie, en améliorant ainsi « la qualité de vie du malade, d’éviter de prescrire des médicaments inadaptés et de réduire les pathologies iatrogènes (provoquées par le traitement), d’augmenter la probabilité de guérison par une médecine "à la carte" ».

    Publié le , mis à jour le 4 Mars 2014
  • Les antioxydants sont servis à toutes les sauces. Dès qu’il s’agit de prendre soin de sa santé, tant par l’alimentation que par les soins du corps, il n’est pas rare de voir apparaître que tels ou tels antioxydants pour favoriser notre santé. Cependant, une étude récente suggère que des suppléments tels que la vitamine E peuvent promouvoir la croissance tumorale.

    Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette étude vient semer le doute et insister sur le fait qu’il ne faut prendre pour argent comptant tous les arguments de marketing développés par les fabricants. Cette étude, réalisée sur des souris, a montré que deux antioxydants couramment utilisés, la vitamine E et un composé appelé N- acétylcystéine (NAC), pourraient accélérer la croissance du cancer du poumon plutôt que de la freiner.

    Publié le , mis à jour le 9 Février 2014
  • Initié en 2003 par le président Jacques Chirac, le Plan Cancer a pour mission d’établir et mettre en place des mesures de lutte contre les cancers. Pathologie en cause dans environ 13% de la mortalité mondiale en 2008 selon l’OMS, notamment avec le cancer du poumon, le cancer de l’estomac, le cancer du foie, le cancer du côlon et le cancer du sein, le cancer est un élément essentiel au sein des stratégies de prévention en santé publique. Le Plan Cancer est donc un pilier vital pour améliorer sans cesse le dépistage précoce, les traitements et soutenir les actions de l’ensemble des professionnels de santé et des associations d’usagers.

    Remis sous les feux de la rampe — notamment par les Lettres Ouvertes d’associations de patients — et passé à la loupe par des rapports et évaluation d’impact, le Plan Cancer a dernièrement repris la Une des tribunes, suite à la publication des « Recommandations pour le troisième Plan Cancer (2014-2018) », au travers d’un rapport de plus cent pages, élaboré par le Pr Jean-Paul Vernant (hématologue à la Pitié-Salpêtrière et professeur à l’Université Pierre et Marie Curie).

    Publié le , mis à jour le 20 Janvier 2015
  • Le rapport au temps est un élément primordial dans la vie et tout le processus de notre existence. Ce n’est pas peu dire, puisque des rythmes circadiens sont générés à l'intérieur de notre corps, par un mécanisme temporel endogène : l'horloge circadienne.

    Présente dans les mécanismes de l’humeur, du rythme cardiaque, du niveau de sommeil, de la mémoire ou encore de la température corporelle, l'horloge circadienne est l’enjeu de certains chercheurs et médecins depuis plusieurs années. De ce constat, la Chronothérapie est née et se développe, en devenant une méthode de moins en moins anecdotique ces dernières années, comme dans le cadre des traitements anticancéreux.

    Publié le , mis à jour le 9 Octobre 2013
  • Selon deux nouvelles études menées par des chercheurs de l'École de médecine de l'Université de Stanford (Etats-Unis), l’origine ethnique joue un rôle étonnamment important dans la façon dont le diabète se développe à un niveau cellulaire. Publiées en ligne simultanément le 23 Mai 2013 dans les tribunes des revues « PLoS Genetics » et « Diabetes Care », les études démontrent, à partir de données réanalysées, que les voies physiologiques des maladies du diabète varient entre l'Afrique et l'Asie de l'Est et que ces différences se traduisent en partie par des différences génétiques.

    Publié le , mis à jour le 28 Mai 2013
  • L’exercice physique est souvent conseillé pour une bonne santé générale, que ce soit pour une personne en bonne santé ou une personne touchée par une pathologie ou encore fragilisée temporairement. Prescrit depuis récemment par des praticiens en France, l'exercice physique est aussi important pour les patients atteints de cancer. C’est ce qu’une nouvelle étude vient réaffirmer. Selon la Mayo Clinic (Etats-Unis), l’activité physique (ou la pratique d’un sport) aiderait à lutter contre la fatigue fréquemment associée au cancer et aux traitements anticancéreux. Mais jusqu’alors peu d'études ont examiné la faisabilité de programmes d'exercice et si même un entraînement minimal peut aider les patients.

    Publié le , mis à jour le 26 Septembre 2013
  • Grâce à l’utilisation d'une nouvelle méthode de dosage pour étudier les cellules tumorales, les chercheurs de l'Université de Californie aux Etats-Unis (San Diego School of Medicine, UC San Diego Moores Cancer Center) ont trouvé des preuves de l'évolution clonale dans la leucémie lymphoïde chronique (LLC). La méthode de dosage distingue les caractéristiques de cellules leucémiques qui indiquent si la maladie va être agressive ou lente, un facteur clé pour les traitements des patients.

    Publiés le 26 juillet 2012 dans la revue Blood du journal de l’American Society of Hematology, les résultats de cette étude sont très porteurs. L'évolution clinique de patients atteints de leucémie lymphoïde chronique (LLC) est hétérogène, et plusieurs facteurs pronostiques ont été identifiés comme pouvant stratifier les patients en groupes qui se diffèrent par leur tendance à une relative progression de la maladie et/ou de survie. Les chercheurs ont suivi pour leur étude une cohorte initiale de 130 patients. En tant que tel, ces résultats ont des implications pour la compréhension de l'évolution du cancer et pour le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques pour tous les patients atteints de LLC.

    Publié le , mis à jour le 28 Juillet 2012
  • Une étude publiée dans la revue Nature Genetics, dévoile le rapport d’une équipe de recherche du Seattle Children's Research Institute sur la découverte de mutations de gènes liées entre autre à la taille du cerveau. Les mutations de trois gènes, Akt3, PIK3R2 et PIK3CA, seraient associées à plusieurs troubles et maladies comme l’hydrocéphalie, la mégalencéphalie, le cancer, l’épilepsie, l'autisme, ou des anomalies vasculaires.

    Publié le , mis à jour le 2 Juillet 2012
  • Selon CECILE, nom d’une étude réalisée en France par des chercheurs d'une unité de l'Inserm (CESP, Centre de recherche en Epidémiologie et Santé des Populations), et publiée dans l'International Journal of Cancer, le risque de développer un cancer du sein est plus élevé chez les femmes qui ont travaillé pendant la nuit (compris selon la loi française entre 21H et 6H du matin). L'étude a comparé les carrières de 1232 femmes ayant développé un cancer du sein entre 2005 et 2008 avec les carrières de 1317 autres femmes non atteintes.

    Publié le , mis à jour le 22 Juin 2012