Blog santé : les dernières actualités santé

Handicap : un fauteuil roulant qui obéit au nez

Des patients lourdement handicapés sont parvenus à actionner un fauteuil roulant électrique ou à communiquer en faisant varier la pression de l'air inspiré/expiré par le nez, selon une étude israélienne publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Les progrès de la médecine d'urgence ont permis d'augmenter la survie même en présence de handicaps sévères, qui peuvent aller de la tétraplégie au syndrome d'enfermement. Ce dernier, plus connu sous son nom anglais de "locked-in syndrom", définit un patient totalement conscient, mais qui souffre d'une paralysie complète à l'exception du mouvement des paupières.

En supposant que le contrôle de la respiration est conservé même en cas de lésions sévères, des chercheurs ont développé un dispositif pour convertir la pression de l'air au niveau du nez en signaux électriques puis en action mécanique. La vitesse de la respiration permet ainsi de contrôler un actionneur à la façon d'une "main utilisant une souris d'ordinateur ou un joystick".

Le dispositif a permis à des patients souffrant du syndrome d'enfermement d'écrire un texte. En battant sa paupière valide à la lettre voulue pendant qu'un partenaire récitait un alphabet, le journaliste Jean-Dominique Bauby avait dicté son témoignage "Le scaphandre et le papillon" au rythme d'un mot toutes les deux minutes. Avec le dispositif basé sur la respiration, l'un des patients de l'étude israélienne s'est montré plus rapide (trois lettres par minute) et un autre, plus lent (1,5 lettre par minute), soulignent les chercheurs.

Le dispositif a également offert la possibilité à des patients tétraplégiques d'écrire un texte et d'actionner un fauteuil roulant électrique, suivant un parcours complexe avec des virages./vdb/tn/vr

(Anton Plotkin and Col., PNAS, édition en ligne du 26 juillet 2010, six pages)

 

© APM-Santé - PARIS, le 12 août 2010


Nos partenaires et institutions: