Troubles cognitifs légers (TCL) et démence :

les programmes informatisés, une stratégie prometteuse ?

Une récente méta-analyse vient d’être publiée pour étudier l’impact des programmes informatiques de stimulation, d’entraînement et de réhabilitation cognitive sur des personnes atteintes de troubles cognitifs légers et de démences [1]. 


L’objectif de cette revue consistait à identifier et comparer entre eux des programmes informatisés pour adultes âgés, atteints de TCL et de démence.


Sur 2 650 études et 531 projets, 19 études ont été sélectionnées répondant aux critères d’inclusion : logiciels pour personnes de plus de 60 ans, programmes informatiques basés sur la stimulation, l’entraînement et la réhabilitation cognitive, technologies destinées aux patients Alzheimer et atteints de démences fronto-temporale ou vasculaire ou atteints de TCL, technologies clairement définies (objectifs, utilisateurs et fonctionnement), études publiées entre 2008 et 2018, rédigées en anglais ou en espagnol. 


Dans cette méta-analyse, les derniers résultats des travaux portant sur les trois types d’interventions non-médicamenteuses y sont présentés :


1) La stimulation cognitive (discussions, thérapie de réminiscence, et rééducation de l’orientation…), ensemble d’exercices non-spécifiques centrés sur le renforcement fonctionnel cognitif et social a un effet positif sur la cognition de sujets présentant une démence légère à modérée.

2) Les entraînements cognitifs dont l’objectif est de maintenir ou d’améliorer un aspect particulier de la fonction cognitive (mémoire ou attention) peuvent améliorer le fonctionnement cognitif général de personnes à démence modérée.

3) La réhabilitation cognitive est considérée comme l’une des interventions les plus efficaces car elle a prouvé un ralentissement de la progression du déclin cognitif chez les personnes atteintes de démence. Les auteurs rappelant que toutes ces interventions devaient être réalisées sous le contrôle d’un thérapeute professionnel. 


Concernant les programmes informatisés, les résultats de cette méta-analyse montrent que la stimulation, l’entraînement et la réhabilitation cognitifs réalisés à l’aide de matériels numériques sont des stratégies prometteuses pour maintenir la fonction cognitive chez des patients âgés en bonne santé ou des personnes atteintes de TCL.


Il a été démontré que les effets bénéfiques de l’entraînement cognitif informatisé se maintenaient sur le court et long terme chez des personnes dont la fonction cognitive était préservée. Ces programmes présentent des avantages par rapport aux techniques traditionnelles car ils peuvent être orientés vers une fonction cognitive spécifique (mémoire, attention), sont ajustables en fonction de la performance individuelle, peuvent être une expérience immersive agréable, fournissent un feedback instantané et enfin sont accessibles sur des portables. Par ailleurs, l’adaptation de nombre de ces interventions traditionnelles aux matériels technologiques courants tels les smartphones, tablettes et ordinateurs est considérée comme une alternative économique. 


Compte tenu des évolutions remarquables des nouvelles technologies et de leur facilité d’utilisation, il semblerait que ces programmes informatisés soit un support efficace et très prometteur pour les patients atteints de TCL et de démence et leur ouvrent de nouvelles perspectives d’amélioration.


Cécile MENU



Sources :

1. Irazoki E, Contreras-Somoza LM, Toribio-Guzmán JM, Jenaro-Río C, van der Roest H and Franco-Martín MA (2020) Technologies for Cognitive Training and Cognitive Rehabilitation for People With Mild Cognitive Impairment and Dementia. A Systematic Review. Front. Psychol. 11:648. doi: 10.3389/fpsyg.2020.00648 



Les articles similaires :