Covid-19 : L'Hospitalisation privée est-elle mobilisée ? Ép. 1

Episode 1 - Marseille, en première ligne ! [1/5]

En région Provence-Alpes-Côte d’Azur, relativement épargnée jusqu'ici par l'épidémie de la maladie Covid-19, ce sont désormais 1316 personnes qui ont été testées positives au coronavirus SARS CoV-2 (Source : Préfecture de la région Provence alpes Côte d’Azur et Agence régionale de santé ).

L'épidémie s'accélère particulièrement dans le département des Bouches-du-Rhône qui concentre désormais plus de 60% du total de cas détectés positifs au SARS CoV-2 de la région PACA.

Malgré une excellente capacité en lits de réanimation (hors crise sanitaire) comme le démontre le tableau en infra, Marseille a du s'adapter à la flambée de l'épidémie.


Lits de réanimation 

CLINIQUE BOUCHARD

9

 HOPITAL PRIVE CLAIRVAL

30

HOPITAL PRIVE BEAUREGARD

8

HOPITAL PRIVE VERT COTEAU

10

CLINIQUE LA RESIDENCE DU PARC

10

HOPITAL SAINT JOSPEH

20

HOPITAL EUROPEEN

20

APHM HOPITAL NORD

29

APHM HOPITAL LA TIMONE ADULTE

62

APHM HOPITAL LA TIMONE ENFANT

16

Nombre de lits de réanimation à Marseille (Source : SAE 2018)


Marseille est en première ligne face au coronavirus :

L'IHU-Méditerranée Infection, dirigé par le professeur Didier Raoult et 57 lits de réanimation privées mobilisés en renfort du secteur public. 

Il n'y a pas que le savon de Marseille en première ligne ! Fort heureusement, il y a l'IHU Méditerranée Infection qui assure le dépistage de toutes les personnes "fébriles" qui se présentent et une considérable capacité de réserve en lits de réanimation du secteur privé commercial.

Dans l'enquête de ce jour, nous avons contacté les médecins responsables des réanimations car paradoxalement, les directions sont restées muettes...

Nous n'avons pas contacté les deux établissements privés à but non lucratif (Hôpital Saint-Joseph et Hôpital Européen) de Marseille car notre enquête porte uniquement sur la contribution des établissements de soins du secteur privé commercial.

Ainsi, nous pouvons rapporter les dernières données concernant les 57 lits de réanimation dédiés Covid-19 :

- Clinique Bouchard : 8 lits 

- Hôpital Privé Clairval : 27 lits

- Hôpital Privé Vert-Coteau : 15 lits

- Hôpital Privé Beauregard : 5 lits

- Clinique La Résidence du Parc : 2 lits


Les cliniques et hôpitaux privés de Marseille se sont mis en ordre de bataille afin de soulager le public. 

"Nous avons également mis en place une unité Covid-19 avec 10 lits modulables selon les besoins. Nous sommes à la disposition du SAMU selon l’évolution.

 Toute la chirurgie non urgente a été déprogrammée. Le service d’accueil des urgences est organisé pour les patients suspects et les circuits ont été organisés. Le laboratoire effectue des PCR de dépistage pour les patients que nous validons avec le médecin Infectiologue." déclare le Dr Achilli-Cornesse (Hôpital Privé Beauregard).

A Marseille, nous recevons pour l’instant dans le privé préférentiellement d’abord les patients Covid négatifs pour décharger les hôpitaux. Nous  sommes dans l’organisation pour augmenter notre capacité de réanimation en fonction de la demande." souligne le Dr Lallemand (Hôpital Privé Vert Coteau).

Près de la totalité des lits qui ont été libérés restent vides.

Exceptée la Clinique Bouchard qui assure la prise en charge de ses propres patients dyalisés chroniques dont 4 sont confirmés Covid-19, les autres lits de réanimation sont vides. Le CHU qui effectue un remarquable travail dans la prise en charge n'a pas encore jugé nécessaire de transférer des patients vers le secteur privé commercial.

La coopération assez inégale suivant les régions est en revanche excellente entre le secteur privé commercial et le secteur public à Marseille.

 Les équipes de réanimation des établissements se félicitent de l'excellente coordination entre le secteur privé et le secteur public. Cet élément sera un avantage dans la lutte intensive contre le coronavirus qui se profile sur la cité phocéenne dans les jours à venir.

Le point critique demeure la protection des soignants  !  

Non seulement les stocks sont insuffisants, mais l’approvisionnement reste beaucoup trop lent. Ce matin, les établissements étaient toujours dans l'attente des masques. En conséquence, beaucoup trop de personnels soignants au contact des patients ne sont toujours pas équipés.


Nous remercions confraternellement les Docteurs ACHILLI-CORNESSE, CODE, LALLEMAND et PAOLI pour leur contribution à la mise à jour des données sur les lits mobilisés en réanimation afin de faire face à l'épidémie.


Dr Jean-Pascal DEL BANO

www.le-guide-sante.org




Les articles similaires :